LE ROMAN "BADAWI" par Mohed Altrad

 

Introduction de la Présidente, Anna Owhadi Richardson.

 

Je suis heureuse de vous informer que la version de BADAWI en édition bilingue de Mohed Altrad traduite par Tran Thu Dung et imprimée à Hanoi  est prête.


Préfaces de Michaelle Jean, Secrétaire générale de l'OIF et du Pr Henri Pujol, Président d'honneur fondateur d'AD@lY , Président d'honneur de la Ligue contre le cancer.

 

Cet ouvrage conseillé par le Ministère de l'éducation nationale en France espère remplir sa mission de promotion de la langue française auprès de la jeunesse vietnamienne par cette édition à présentation pédagogique ( les deux langues en face à face : explication de Jeannine Deunff ).

 

C'est l'histoire du parcours passionnant d'un homme parti de rien et couronné par le prix du meilleur entrepreneur mondial en 2015 à Monaco.


Écrivain, il est l'auteur de plusieurs ouvrages et est le Président du MHR à Montpellier ( Altrad Stadium / Rugby). Illustration de GASTON et Man."

 

0 commentaires

JOURNÉE D’INFORMATION SUR L’APPEL A PROJETS « CO-DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL »


Occitanie Coopération organise, en partenariat avec la Région Occitanie-Pyrénées/Méditerranée, une journée d’information à destination des associations de solidarité internationale souhaitant répondre à l’appel à projets co-développement international ouvert par la Région pour l’année 2017.

 

 

Le mardi 18 avril 2017 à l’espace Capdeville de Montpellier (la salle Occitanie)

 

 

 

PROGRAMME

 

 

10h30-12h30 : présentation de l’appel à projets – intervention de Thomas Lavaur, chargé de mission Région Occitanie-Pyrénées Méditerranée

 

 

14h-16h30 : point conseil de l’équipe d’Occitanie Coopération

 

 

 

 

Plus d'information et inscription en cliquant ici

 

 

Journée ouverte à tous - inscriptions obligatoires

 

Pour en savoir plus, contactez : equipe@oc-cooperation.org - 05 32 26 26 73

 

0 commentaires

23ème Assemblée Générale D'AD@lY 2017


QUAND ? OU ?


 

  • Date  : Dimanche 27 Mars 2017
  • Heure : 10 à 12 h 
  • Lieu  : Gazette Café , 6 rue Levat (Face à la Gare St Roch)

 

 


QUI PEUT Y ASSISTER ?


Tous les membre d'AD@lY et exceptionnellement toute autre personne intéressée porteuse de projets.
Elle se déroulera en présence de l'Ambassadeur du Vietnam
S.E.M. NGUYEN NGOC SON 

 

Pour tous renseignements l Contactez-nous au : 06.10.38.90.14


ORDRE DU JOUR


 

  • Rapport moral de la Présidente

 

  • AD@lY hier , aujourd'hui et demain 

 

  • État des lieux sur les trois commissions 

 

  • Bilan financier 

 

  • Modification du statut 

 

  • Réorganisation du Bureau et des commissions

PÈLERINAGE SUR LA TOMBE DE YERSIN 2017


74ème anniversaire de la mort de Yersin

Pèlerinage à Nha Trang des étudiants de l'Université Yersin de Da Lat sponsorisé par AD@lY avec la participation du Club Richelieu et de AEVM, Association des Étudiants vietnamiens de Montpellier.

Hélène Mandroux, Maire honoraire de Montpellier, invitée d'honneur découvre le pays si cher à "Ông Nam"...et la vénération des vietnamiens envers leur bienfaiteur.


0 commentaires

Vœux d'AD@lY pour l'année du Coq de Feu

..........................................................................................................................................................................

 

Le Singe 🐒 nous quitte demain 28 Janvier pour laisser la place au Coq 🐓

 

Je transmets mes meilleurs vœux aux amis de Yersin, du Vietnam et à leur proches.

 

Et surtout une BONNE SANTÉ !

 

La définition de la santé de l'OMS qui date de 1946 est dépassée .... :

 

"Un état de complet bien être physique mental et social"

 

Je préfère celle de Georges Canguilhem :

 

"La santé est la capacité prolongée d'un individu de faire face à son environnement émotionnellement , physiquement et socialement"

 

Cette définition est particulièrement adaptée au monde d'aujourd'hui, un environnement plein d'incertitudes...gardons la capacité prolongée d'y faire face surtout émotionnellement ... Restons positif pour voir le bouteille à moitié pleine et contribuons ensemble à la remplir.

 

Anna Owhadi-Richardson - Présidente d'AD@lY

 

 

AD@lY vous invite à fêter l’année du Coq le 18 février avec les Étudiants vietnamiens de Montpellier AEVM

..........................................................................................................................................................................

 

Phúc Lộc Thọ - Bonheur Santé Prospérité

0 commentaires

Les 10e Assises de la coopération décentralisée franco-vietnamienne

Les 10ème Assises de la coopération décentralisée France-Vietnam on eu lieu entre le 14 et le 16 Septembre 2016 à Cân Tho, dans le delta du Mékong.

Ces assises ont été une bonne occasion pour les entreprises des deux pays de renforcer leur coopération dans quatre secteurs prioritaires que sont l’économie et le tourisme; l’éducation et la santé; l’environnement, l’adaptation au changement climatique, l’agriculture et l’aquaculture; le

développement urbain.

 

 

Une vue de la ville de Cân Tho. Photo : Duy Khuong/VNA/CVN

Selon le diplomate français, cet a réuni environ 300 délégués vietnamiens et 200 français. Toujours dans le cadre des assises, a été organisés du 12 au 18 septembre la semaine culturelle Vietnam - France, du 15 au 17 septembre la foire internationale Vietnam - France, le 15 septembre un colloque sur la promotion du commerce bilatéral.

La coopération décentralisée franco-vietnamienne a débuté en 1989 avec la mise en place du partenariat entre la région Île-de-France et la ville de Hanoi, et s'est développée fortement dans les années 1990.

Les acteurs impliqués dans la coopération décentralisée au Vietnam sont très nombreux et variés, avec 34 collectivités territoriales dont 7 conseils régionaux, 6 conseils généraux, 13 communes et 8 établissements de coopération intercommunale. Leurs actions se concentrent sur trois zones urbaines à  Hanoi, Hô Chi Minh-Ville et Thua Thiên-Huê, ainsi que dans une dizaine de localités rurales.

Les domaines de coopération sont très diversifiés, avec un total de plus de 240 projets déployés.

Neuf éditions des Assises de la coopération décentralisée franco-vietnamienne ont été organisées afin de mutualiser les expériences et ainsi maintenir le dynamisme de cette coopération de proximité. Elles favorisent également la création de nouveaux partenariats entre collectivités territoriales. Les dernières assises se sont déroulées à Brest en 2013. En savoir plus I Cliquez ici Les 10ème Assises de la coopération décentralisée France-Vietnam ou le Site officiel des Assises de Cân tho I

 

 

Source I Adapté de Les prochaines Assises France - Vietnam 2016 à Cân Tho (Le Courrier du Vietnam)


AD@iY AUX assises de cân tho



EN AMONT DES ASSISES


Anne et M.Pham S , Vice Président du Comité Populaire du Lam Dong, discutant de projets en cours et futurs en préparation des Assises à Cân Tho. (Da Lat)

0 commentaires

France - Vietnam : Entre héritages de l’histoire et quête d’un nouveau souffle


Sources : asiapacnews - indomemoires.hypotheses - asialyst
Parution originale : 31 Août 2016

Auteur : Pierre Journoud (1)


Le président de la République effectuera une visite d’Etat au Vietnam, les 6 et 7 septembre, aussitôt après sa participation au Sommet du G20 réuni pour la première fois en Chine. Voilà douze ans qu’un président français ne s’était pas rendu dans ce pays engagé depuis une trentaine d’années dans un processus d’ouverture internationale et de réformes structurelles (le Doi Moi) qui en a modifié partiellement, mais en profondeur, le visage.

 

Après la visite historique de François Mitterrand, venu en 1993 y « clore un chapitre pour en ouvrir un nouveau », Jacques Chirac, mû par une forte appétence pour les grandes et vieilles civilisations asiatiques, n’avait pas négligé l’Asie du Sud-Est et encore moins le Vietnam. Il était même allé à deux reprises à la rencontre des Vietnamiens : en 1997, à l’occasion du 7Sommet de la Francophonie, puis en 2004, lors du 15e Sommet de l’ASEM (Asia-Europe Meeting), deux grandes rencontres multilatérales accueillies pour la première fois au Vietnam par des autorités plus que jamais désireuses de conforter leur intégration régionale et internationale, après des décennies de guerre et de relatif isolement vis-à-vis du monde non communiste.

De Jacques Chirac à François Hollande : l’effacement du passé comme contrainte politique

 

En 2004, précisément, le passé était encore présent. Il fallait solder le cinquantenaire de la bataille de Dien Bien Phu et des accords de Genève qui avaient mis fin à la « guerre d’Indochine », accorder – pour la première fois au niveau du président de la République, grâce à l’action de l’Association nationale des combattants de Dien Bien Phu, dissoute peu après – l’hommage de la nation aux anciens combattants, et accompagner les colloques des historiens contemporanéistes qui s’étaient engagés, eux aussi de façon inédite, dans une fructueuse coopération scientifique.

 

Ce temps fort, à l’évidence le dernier en présence d’un si grand nombre de témoins, fut dominé par un esprit de compréhension, de respect et de dignité. Le passé s’était aussi invité par effraction : aux yeux des Vietnamiens et de leurs voisins chinois, la diplomatie française venait de se distinguer, en 2003, en renonçant à suivre les États-Unis de George W. Bush dans leur imprudente aventure irakienne. Cette posture de défiance à l’égard de l’« hyperpuissance » américaine avait alors fait resurgir le souvenir de l’opposition vibrante du général de Gaulle à l’engagement militaire massif des États-Unis au Vietnam et en Asie du Sud-Est dans les années 1960 même si, en 2004, l’intérêt de Hanoï, alors candidat à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), lui commandait de mettre en sourdine ses récriminations diplomatiques à l’encontre de l’ancien adversaire américain.

 

Dans la plus pure tradition gaullienne et plus offensif que jamais dans sa lutte pour le respect de la diversité culturelle, Jacques Chirac avait aussi, devant les étudiants rencontrés à l’Espace culturel français lors de sa seconde visite à Hanoï, fustigé l’hégémonie de la langue anglaise en l’accusant de « rétrécir la pensée » et de conduire à une « sous-culture générale » : « Dans un monde où il n’y aurait qu’une seule langue, avait-il averti, tout le reste disparaîtrait. Ce serait une catastrophe écologique. » La promotion de la francophonie se distinguant difficilement de celle des Droits de l’Homme, il avait remis discrètement à ses hôtes vietnamiens, comme son prédécesseur en 1993, une liste de prisonniers politiques à libérer – et dont certains le furent effectivement.

 

François Hollande n’aura pas à supporter le (sur)poids du passé. Sans doute, ses discours seront-ils émaillés de quelques formules convenues sur les « liens indéfectibles hérités de l’histoire » et la « proximité entre nos deux peuples ». Mais, les Vietnamiens sont jeunes, très jeunes : 65% des 90 millions d’habitants sont nés après 1980, plus de la moitié ont moins de 30 ans, et un quart environ, moins de 15 ans. Cette histoire ne leur parle plus. Même leurs dirigeants ne sont plus assez vieux pour avoir vécu, adultes, la colonisation et son dénouement. Né en 1944, Nguyen Phu Trong, secrétaire général du parti communiste, est le plus âgé des quatre plus importants membres du Bureau politique… Le réalisme politique, parfois non dénué de cynisme, l’emporte sur le facteur idéologique. Sans doute, François Hollande rappellera-t-il aussi aux dirigeants de l’État-parti vietnamien l’importance du respect des Droits de l’Homme, pour les inciter à octroyer de véritables libertés d’expression et de réunion publiques à une société civile embryonnaire encore privée de toute capacité d’opposition politique. Personne ne s’attend toutefois à des avancées décisives et encore moins rapides dans ce domaine, au moins tant que l’État-parti peut conforter par ses succès économiques une légitimité historiquement tirée de ses victoires politico-militaires contre le colonisateur et ceux qui lui ont succédé.

 

En France non plus, l’Indochine n’est plus un sujet de polémique. Les « anciens d’Indo » sont de moins en moins nombreux et ne constituent plus un lobby à proprement parler, à supposer qu’ils l’aient été auparavant. Avec Bigeard, leurs derniers hérauts ont disparu. Au-delà des vétérans, la perception globale des derniers régimes communistes de l’histoire a profondément évolué. Ni la Chine ne le Vietnam ne sont plus appréhendés avec les lunettes déformantes qui les avaient fait passer, auprès d’une partie de nos élites, d’un statut idéalisé au rang de paria. Le communisme, la colonisation indochinoise, la guerre, Dien Bien Phu, n’intéressent plus guère, à première vue, qu’une poignée d’historiens et de diplomates, d’écrivains, de réalisateurs et de cinéastes, stimulés par les bataillons un peu plus nombreux d’amateurs d’histoire politique, coloniale et militaire – souvent les mêmes. Aussi, les dirigeants français seraient-ils fondés, aujourd’hui, à faire de ce passé table rase.

 

La prégnance de l’imaginaire colonial

 

À bien y regarder, pourtant, le passé n’est pas mort. Il pèse encore, d’une façon moins conscientisée, sur la relation franco-vietnamienne.

 

Relativement nombreux sont encore les Français qui entretiennent le souvenir de cette page d’histoire commune, par leurs origines vietnamiennes (au moins 300 000 Viet Kieu) ou des attaches familiales nées de la colonisation, par leurs voyages touristiques au Vietnam (211 636 en 2015 contre un peu plus de 130 000 une décennie auparavant), leurs activités professionnelles et/ou associatives…

 

Côté pile : le romantisme suscité par le processus d’interpénétration de deux vieilles civilisations, corps et esprits, et tout ce qui a pu en surgir de constructif, fructueux et durable. Côté face : la gravité des malentendus, la cruauté de la guerre, le fiel de la défaite et l’humiliation de l’abandon des « populations amies ».

 

Confisquée par les idéologues de tout bord et presque totalement éradiquée de l’enseignement, en France, au point de n’être plus enseignée que dans de rares établissements universitaires, cette histoire a été d’autant plus fantasmée que l’imaginaire collectif ne pouvait plus satisfaire sa soif qu’au contact d’une culture exotico-érotico-coloniale, aux reflets aussi envoûtants que déformants. Des sources littéraires et audiovisuelles sur l’Indochine ont en effet jailli des images communes mêlant confusément, par touches impressionnistes, amours métisses interdits et violentes embuscades de guérilla, vieilles pagodes boisées et églises en pierre flambant neuves, liasses de piastres et mystérieuses fumeries d’opium, vastes rizières au vert dense et petites plantations clairsemées d’hévéas, chapeaux coniques intemporels et modernes complets-vestons, larges villas coloniales et maisons traditionnelles étroites, Université indochinoise et Temple de la littérature, Alexandre de Rhodes et Nguyen Van Vinh, Victor Hugo et Nguyen Du [prononcer Zou]… La puissance de cet imaginaire est telle, à propos du Vietnam, qu’il est encore difficile, aujourd’hui, de s’en extraire totalement. Ne trahirait-elle pas une part de notre histoire et de notre identité collectives, aussi sombre que lumineuse, de nos rêves accomplis et avortés, de nos combats gagnés et perdus, de notre innocence perdue puis reconquise ?

 

Un effort de démythification est pourtant nécessaire si l’on veut dégager une vision réaliste du bilan, des enjeux et des possibilités offertes au développement des relations franco-vietnamiennes. Deux écueils semblent devoir être évités.

 

Le mythe d’une relation privilégiée

 

L’erreur sans doute la plus fréquente, chez nous, est de se laisser convaincre que la France et le Vietnam sont liés entre eux par des liens privilégiés parce qu’hérités de l’histoire, et que, par la seule vertu du passé, ils se réserveraient l’un à l’autre une place de choix dans leur relation bilatérale. Certes, les Vietnamiens dans leur grande majorité, pragmatiques par nature et débarrassés du complexe du colonisé par leur retentissante victoire militaire sur le corps expéditionnaire français en 1954, ne veulent surtout retenir aujourd’hui que le versant positif des liens qui ont été forgés à l’épreuve de la colonisation.

 

De l’école Française d’Extrême-Orient à l’Institut océanographique de Nha Trang, d’Alexandre Yersin au chirurgien Pierre Huard, d’Alfred de Vigny à Françoise Sagan, de l’Opéra de Hanoi à l’hôtel de Ville (aujourd’hui siège du Comité populaire) de Saigon (devenu Ho Chi Minh-Ville), du pont Paul Doumer (devenu Long Bien) aux 1 700 kilomètres du Trans-indochinois (baptisé « la Réunification » en 1975 puis « le Renouveau » en 1989), de la route nationale (ex-coloniale) n°1 au vélo Peugeot et à la Citroën Traction Avant… tout ce qui les a enrichis, matériellement, intellectuellement et spirituellement, et qu’ils se plaisent à redécouvrir, tantôt avec nous, tantôt sans nous, est désormais considéré comme constitutif de leur patrimoine national.

 

Croire néanmoins que nous sommes attendus, parce que Français, relève d’une illusion qui ne peut conduire qu’à de brutales déconvenues. Passe encore que cette méprise ait été nourrie par les acteurs de la « pacification » coloniale – peu d’Européens, imbus de leur « mission civilisatrice », échappaient alors au complexe de supériorité dominant. Mais, il est plus surprenant de la voir parfois se perpétuer aujourd’hui dans la communauté française, notamment au sein de milieux d’affaires pas toujours assez modestes ni attentifs aux besoins du consommateur final.

 

Or, résolument engagé dans un processus d’insertion et de reconnaissance internationale depuis le tournant du Doi Moi, le Vietnam évolue d’abord et avant tout dans sa sphère d’influence traditionnelle, la péninsule indochinoise et l’Asie du sud-est, avec laquelle il a rétabli de multiples liens d’échanges, à l’échelle bilatérale comme dans le cadre régional de l’ASEAN, l’Association des Nations d’Asie du Sud-Est. Au-delà de ce premier cercle, il a démultiplié le nombre de ses relations diplomatiques avec les états étrangers (de 57, en 1986, à 169 au début des années 2000) tout en intensifiant son rapprochement avec les pays qui, à l’instar des États-Unis ou du Japon, pouvaient l’aider à contenir les ambitions jugées excessives et inquiétantes de son immense, dynamique et incontournable voisin, la Chine populaire.

 

Dans cette reconfiguration post-guerre froide, la France n’est aucunement privilégiée par rapport à ses concurrents asiatiques et même européens. Elle ne l’a d’ailleurs jamais été depuis la fin de la période coloniale, sauf entre 1954 et 1975 dans la République du (Sud-)Vietnam, ce prolongement du régime dont elle avait permis la naissance en pleine guerre d’Indochine pour contrebalancer l’État communiste fondé par Ho Chi Minh en 1945, avant d’être littéralement placé sous perfusion par les États-Unis pendant toute la durée de la guerre au Vietnam.

 

Peut-être plus encore que les autres, les Français doivent faire leurs preuves, convaincre, persévérer, être attentifs aux attentes. S’il n’existe, a priori, aucun lien privilégié entre la France et le Vietnam, il peut en naître, a posteriori, d’échanges réguliers et égaux, de coopérations durables et confiantes.

 

Le mythe d’une relation indifférente ou dépassée

 

La deuxième erreur consiste à penser, au contraire, que nos deux pays seraient devenus indifférents l’un à l’autre, séparés par une guerre, 10 000 km, un régime politique et soixante dix ans d’histoire. En réalité, jamais depuis la fin de la guerre d’Indochine, Paris et Hanoï ne se sont tourné le dos, malgré les vicissitudes de l’histoire et les divergences politico-idéologiques qui n’ont cessé d’être instrumentalisées par tous ceux qui, en France comme au Vietnam, croyaient nécessaire d’aggraver le fossé entre les anciens ennemis.

 

Dès 1954, après plus de huit années de guerre, près de 100 000 morts dans les troupes de l’Union française et – selon les estimations – 500 000 morts parmi les civils et militaires vietnamiens, les Premiers ministres Pierre Mendès France et Pham Van Dong avaient audacieusement posé les premiers jalons d’une normalisation des relations sous la forme d’une amorce de coopération commerciale et culturelle, en prélude à une nécessaire réconciliation. Mais, la partition provisoire du pays à laquelle les accords de Genève avaient prévu un terme au bout de deux par voie d’élections générales qui n’eurent jamais lieu, conduisit Paris à privilégier la République du (Sud-)Vietnam, où se trouvaient l’essentiel de ses intérêts économiques, culturels et pour tout dire clientélistes, au détriment de la moitié septentrionale sous régime communiste, avec lequel s’accumulaient les difficultés de coexistence, en particulier dans les établissements français d’enseignement et de recherche que nous nous efforcions alors tant bien que mal de maintenir.

 

Les pressions américano-sud-vietnamiennes achevèrent de dissiper rapidement ces velléités initiales. Dix ans plus tard, l’escalade et l’américanisation de la guerre au sud du Vietnam décidèrent le général de Gaulle, conscient des erreurs qui l’avaient conduit à privilégier l’option militaire en 1945, à répondre favorablement aux sollicitations exprimées par Ho Chi Minh et Pham Van Dong en faveur d’un rapprochement prudent mais volontariste avec l’ancien adversaire. Auréolé de son rôle dans la décolonisation africaine et libéré du fardeau algérien, de Gaulle nourrissait une stratégie de sortie de guerre dans la péninsule indochinoise – pour ne pas dire de guerre froide – que ne saurait résumer, à elle seule, la condamnation magistrale de l’aventurisme américain qu’il prononça dans le grand stade de Phnom Penh il y a très exactement 50 ans.

 

Devant Norodom Sihanouk, ancien roi devenu chef de l’État du royaume du Cambodge, et des dizaines de milliers de Cambodgiens admiratifs, mais contre l’avis de bien des « experts » en stratégie, il alla jusqu’à prophétiser l’échec militaire de la plus grande puissance mondiale : « Eh bien ! La France considère que les combats qui ravagent l’Indochine n’apportent, par eux-mêmes et eux non plus, aucune issue. Suivant elle, s’il est invraisemblable que l’appareil guerrier américain vienne à être anéanti sur place, il n’y a, d’autre part, aucune chance pour que les peuples de l’Asie se soumettent à la loi de l’étranger venu de l’autre rive du Pacifique, quelles que puissent être ses intentions et si puissantes que soient ses armes. Bref, pour longue et dure que doive être l’épreuve, la France tient pour certain qu’elle n’aura pas de solution militaire. À moins que l’univers ne roule vers la catastrophe, seul un accord politique pourrait donc rétablir la paix… »

 

Sa politique était fondée sur un rééquilibrage des relations avec le monde communiste et neutraliste asiatique, un retrait programmé des troupes américaines seul à même d’éviter l’implication sino-soviétique et la généralisation du conflit, ainsi qu’une neutralisation du Vietnam sanctionnée par une conférence internationale à laquelle devait participer la Chine populaire, reconnue officiellement par Paris en 1964. La cohérence et la constance des positions et des initiatives gaulliennes aussi bien publiques que secrètes furent récompensées, en mai 1968, par le choix de Paris comme lieu des négociations officielles puis très vite secrètes entre les belligérants.

 

En janvier 1973, la signature de l’accord de paix mit un terme à la phase américano-vietnamienne du conflit. Pendant toutes ces années d’intenses tractations entre les adversaires, la diplomatie française, aidée par quelques intermédiaires non officiels comme Raymond Aubrac, joua un rôle facilitateur discret, que les Vietnamiens ne manquèrent pas de saluer à l’issue des négociations. Pendant toutes ces années de guerre, marquées par une médiatisation sans précédent et sans retenue de l’hyper-violence, des dizaines de milliers de Français vibrèrent pour la résistance vietnamienne, l’intelligence de ses chefs, la résilience de la population, l’engagement des femmes. Avec une sincérité non dénuée d’une certaine naïveté sur un régime communiste qui, sous l’influence de l’aile radicale du parti, s’était discrètement enfoncé dans le totalitarisme, des milliers d’entre eux se mirent à militer contre la guerre, multiplier les initiatives humanitaires, nouer de courageuses coopérations scientifiques, fonder des structures associatives plus durables pour faire perdurer dans la paix les liens forgés à l’épreuve de la guerre. À travers cet engagement politique, humanitaire et humaniste très divers dans ses origines, ses modalités et ses soutiens politiques, les Français redécouvraient ainsi dans la péninsule indochinoise un horizon positif d’engagement et de coopération. Peut-être y trouvèrent-ils aussi cette parcelle généreuse de leur âme que la brutalité de la colonisation et l’incapacité à accepter une décolonisation pacifique avaient conduit à l’errance.

 

Après la guerre et la réunification du Vietnam sous l’égide du parti communiste, en 1975-76, les choix politiques, économiques et stratégiques désastreux de ce dernier auraient pu conduire à une rupture des relations franco-vietnamiennes, tant ils contrastaient avec le visage offert, et en partie fantasmé, pendant la guerre elle-même. Mais, l’attachement au sort de populations dramatiquement éprouvées l’emporta, sans distinction, qu’il s’agisse des 50 millions de Vietnamiens restés dans leur pays comme des centaines de milliers de Boat People qui le fuyaient alors par la mer et dont une partie fut généreusement accueillie en France. Tandis que les relations du Vietnam réunifié se dégradaient avec le « Kampuchéa démocratique » des Khmers rouges, et bientôt avec la Chine qui fit le choix cynique de défendre un régime génocidaire au Cambodge pour contenir un voisin vietnamien jusqu’alors allié mais devenu trop entreprenant, Paris et Hanoï surent aménager une transition vers la reprise d’une relation plus dense.

 

Leurs efforts, marqués par des échanges de ministres et la reprise d’une coopération culturelle et technique, furent couronnés par la visite de Pham Van Dong à Paris, en 1977, et celle de Louis de Guiringaud à Hanoï, l’année suivante, la première d’un ministre des Affaires étrangères français depuis 1954. Le grand virage soviétique décidé par Hanoï au même moment, puis l’intervention militaire de son armée au Cambodge et la guerre-éclair avec la Chine, en 1979, ne purent empêcher longtemps la reprise des échanges ministériels entre nos deux pays et encore moins leur poursuite tout au long des années 1980 : Hanoï reçut les visites de Jean-Pierre Chevènement, ministre de la Recherche, Claude Cheysson, ministre des Relations extérieures, Jack Lang, ministre de la Culture, Alain Decaux, ministre de la Francophonie, et de bien d’autres encore. Alors que le Vietnam ressentait durement le double effet de sa politique de collectivisation et d’un embargo presque total de la « communauté internationale », la France, avec une poignée d’autres pays européens, maintint sa porte ouverte.

 

Trois hypothèques qui pesaient sur la relation bilatérale furent alors levées : la première, à l’initiative du gouvernement de Jacques Chirac en 1986, permit de concrétiser le rapatriement trop longtemps différé des restes mortels de 27 000 soldats du Corps expéditionnaire français d’Indochine dans la nécropole de Fréjus, où débuta en 1988 la construction du Mémorial des guerres en Indochine inauguré par François Mitterrand à son retour du Vietnam, en 1993. Le gouvernement vietnamien prit, quant à lui, deux décisions majeures : la libéralisation de l’économie dans le cadre de la politique du Doi Moi officialisée en 1986, qui suscita rapidement l’intérêt des milieux d’affaires français ; et la libération, en 1987, de la quasi-totalité des anciens cadres et collaborateurs sud-vietnamiens maintenus en camp de rééducation depuis 1975, permettant ainsi une reprise du dialogue politique franco-vietnamien.

 

Renouant avec l’héritage de son ancien adversaire, la République du (Sud-)Vietnam, qui avait été membre fondatrice de l’Agence de coopération culturelle et technique en 1970, la République socialiste du Vietnam participa pour la première fois au 1er Sommet de la Francophonie accueilli à Versailles, en février 1986. Lorsque le Premier ministre cambodgien Hun Sen (parvenu au pouvoir grâce à l’occupant vietnamien) et Norodom Sihanouk se résolurent à négocier une sortie de crise au Cambodge, c’est encore sur le territoire français et avec l’active complicité de la diplomatie française que put, entre 1986 et 1988, se concrétiser leur intention.

 

Fruit d’une conférence multilatérale co-présidée par la France et l’Indonésie, le nouvel « accord de Paris » signé en octobre 1991 permit une résolution très progressive du conflit cambodgien et favorisa la réinsertion politique de la France sur la scène indochinoise. L’ONU se vit confier sa première grande opération post-guerre froide de restauration de la paix. Notre pays y prit toute sa part en affectant notamment 1 200 soldats à l’APRONUC pour contribuer au déminage des zones sensibles et à la formation des militaires cambodgiens dans de nombreux domaines. Occultant soigneusement leurs propres responsabilités dans les exactions et la survie du pire régime génocidaire de l’histoire depuis 1945, la Chine, l’Occident, et leurs soutiens asiatiques, se détournèrent du Cambodge et normalisèrent progressivement leurs relations avec Hanoï, privé avec l’implosion de l’URSS de son principal soutien militaire, économique et financier.

 

Enfin sorti de ce conflit qui l’avait acculé à l’impuissance pendant une décennie, le Vietnam put alors tourner son regard vers une Europe en voie de réintégrer les anciens pays communistes placés sous le joug soviétique et redevenue bienveillante à son égard. La France qui n’avait jamais cessé de l’être malgré sa condamnation formelle de l’occupation militaire du Cambodge par le Vietnam, a constamment et activement soutenu la volonté d’intégration internationale des dirigeants vietnamiens. Elle a défendu successivement la levée totale de l’embargo américain, effectif en 1994 ; la normalisation avec les États-Unis, concrétisée en 1995 ; et l’intégration du Vietnam à l’ASEAN la même année. François Mitterrand, premier chef d’État occidental et président de la République française à se rendre au Vietnam en février 1993, sut donner à la relation franco-vietnamienne une nouvelle dynamique, situant l’action de la France sur la longue durée : désenclavement du pays, modernisation de l’État (Finances publiques, Justice, Santé, Commerce, Administration centrale…), développement de formations étudiantes et professionnelles au Vietnam et en France, aide à la modernisation du droit (notamment civil et commercial) sous l’égide de la Maison du Droit vietnamo-française ; encouragement à la coopération décentralisée et aux contacts entre les sociétés civiles, etc.

 

En soutenant pleinement ce tournant vietnamien de l’ouverture et de la modernisation dans un contexte de mondialisation accrue, avec l’espoir de favoriser un processus de démocratisation, François Mitterrand savait bien qu’il faciliterait l’arrivée de concurrents économiques aussi redoutables que les États-Unis et leurs alliés asiatiques, et qu’il précipiterait ainsi, à terme, la perte d’une position encore favorable de notre pays dans la péninsule indochinoise. Mais il assuma cette politique en homme d’État conscient des évolutions inéluctables et de la nécessité d’en prendre date.

 

Depuis lors, si l’on peut parler d’une singularité historique de la relation vietnamienne, sans autre équivalent pour la France en Asie, les concurrents asiatiques et européens se sont multipliés et les relations franco-vietnamiennes, banalisées, au point de nourrir certaines déceptions.

 

Entre frustrations, espoirs et solidarités

 

La prégnance de certains préjugés dans une partie des élites françaises explique sans doute, plus que la conjoncture économique et les réductions budgétaires, les déceptions de ces dernières années et le constat largement partagé d’un déficit de nos relations par rapport à leurs potentialités. Faut-il rappeler que la part française dans le marché vietnamien reste inférieure à 1%, et que, malgré une augmentation récente de nos exportations, notre balance commerciale demeure déficitaire avec ce pays ? Nous sommes bien loin de l’objectif de doublement des parts de marché de nos entreprises en quatre ans que la ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq avait fixée lors de sa visite en avril 2013.

 

Le « partenariat stratégique » franco-vietnamien signé par les Premiers ministres Jean-Marc Ayrault et Nguyen Tan Dung, le 25 septembre 2013 à Paris, a sanctionné, il est vrai, une relation globale de qualité, désormais étendue à tous les grands domaines de la coopération bilatérale : politique, économique, militaire, juridique, culturelle et scientifique, parlementaire, universitaire, journalistique, littéraire, touristique, associative, muséale, sportive, etc.

 

On sait peu que la France fut même le premier pays occidental à formaliser, dès 1997, une relation de défense avec le Vietnam. Après l’ouverture d’un poste d’attaché militaire à Hanoï, en 1991, après le succès de la collaboration des autorités et de l’armée vietnamiennes au tournage du film de Pierre Schoendoerffer sur la bataille de Dien Bien Phu, la coopération militaire a fait ses premiers pas entre les services de santé des deux armées, avant de s’étendre progressivement à de nombreux autres domaines : formation, hydrographie, opérations de maintien de la paix, et plus récemment dialogue stratégique, formalisé depuis 2010 dans le cadre d’un comité conjoint de défense. C’est dans ce cadre qu’est abordée la sécurité régionale et le conflit en mer de Chine méridionale que les Vietnamiens appellent mer de l’Est (ou mer Orientale), aujourd’hui leur plus grand défi de sécurité en raison des prétentions territoriales et de l’activisme naval et aérien des Chinois. Pour autant, le partenariat stratégique n’a pas été suivi d’initiatives fortes susceptibles d’en nourrir le contenu et de tempérer les impatiences qui se sont exprimées de part et d’autre.

 

Certains regrettent, en France, que la générosité des crédits d’aide au développement octroyés par la France au Vietnam depuis 1993, et qui font d’elle le 2e pays donateur bilatéral après le Japon, n’ait pas davantage été récompensée, par exemple dans le domaine commercial ou des ventes d’armes. D’autres s’inquiètent du poids de la corruption, que des campagnes très médiatisées tentent de réduire sans grande efficacité, de la faiblesse et du manque d’innovation du secteur privé, ou encore du poids excessif de la dette publique (officiellement 67% du PIB, fin 2015, mais sans doute supérieure à 90% si l’on tient compte en particulier des dettes détenues par les entreprises publiques non comptabilisées dans les statistiques, ce qui la rapproche alors des niveaux français)…

 

Bien que tardive, la visite du président de la République française est bienvenue et devrait permettre de dissiper au moins en partie certaines impatiences. Toute visite présidentielle s’accompagne d’un effort de synthèse et de prospective salutaire, d’accords et de contrats prometteurs, d’une impulsion venue du sommet qui rejaillit pour quelque temps au moins à tous les niveaux de la relation bilatérale. Encore faut-il que, la visite passée, les acteurs de cette relation continuent de s’impliquer pour la faire vivre et grandir.

 

Entre la France et le Vietnam, la coopération est servie par une très grande diversité d’acteurs publics et privés. Rien que la coopération décentralisée, qui fera l’objet de prochaines assises à Can Tho, implique aujourd’hui plus de 500 acteurs institutionnels français différents, relevant aussi bien des collectivités locales que des organisations de solidarité, des centres de recherche ou des hôpitaux français. Les coopérations entre universités et grandes écoles se sont multipliées et la France est aujourd’hui le 3e pays d’accueil des étudiants vietnamiens puisqu’elle en compte plus de 7 000, ce qui en fait la 2e communauté étudiante asiatique en France. Les potentialités de nos relations sont grandes, pour le Vietnam comme pour la France.

 

Avec 6,7% de croissance en 2015, le Vietnam s’affiche comme l’une des économies les plus dynamiques d’Asie et du monde, même si cette croissance est encore trop dépendante de la réexportation (l’exportation à destination d’un pays de marchandises précédemment importées d’un autre, grâce à une main d’œuvre encore bon marché). Il représente un formidable marché, non seulement pour les grandes entreprises françaises, dont certaines sont déjà présentes, mais aussi pour toutes les PME/PMI, TPI et autres start-up qui font la richesse du tissu économique français et que notre diplomatie économique n’a pas suffisamment valorisées ni pensées dans leurs synergies potentielles avec les centres de recherches universitaires et les zones incubatrices d’entreprises. La prochaine visite présidentielle pourrait en être l’occasion.

 

Les relations économiques et commerciales de la France avec ce pays, où sont déjà implantées plus de 300 entreprises françaises, devraient aussi bénéficier de l’accord de libre-échange signé en décembre 2015 entre l’Union Européenne et le Vietnam, dont l’entrée en vigueur est prévue en 2018. Les perspectives ne sont pas négligeables car les Vietnamiens s’intéressent particulièrement aux savoir-faire et aux produits français dans des domaines aussi divers que les sciences et technologiques, l’industrie du luxe, l’agroalimentaire, l’environnement, l’urbanisme ou encore le secteur médical et pharmaceutique : à nous de mieux cibler leurs besoins et de les convaincre que la liste est exponentielle… Ces potentialités sont toutefois confrontées à un contexte régional de concurrence accrue par la multiplication de plusieurs initiatives commerciales d’envergure, à l’échelle régionale ou transrégionale, telles que la communauté économique de l’ASEAN (2015) et, surtout, l’ambitieux accord de partenariat transpacifique – le « TPP » – signé début 2016 par le Vietnam, les États-Unis et 10 autres pays de la zone Asie-Pacifique.

 

Très ouverts aux produits étrangers, les Vietnamiens sont aussi avides de connaissance, de culture et d’art. Contrairement à ce que les chiffres et les préjugés donnent à croire, la francophonie, bien qu’inférieure à 1% de la population, n’y est pas morte. Tandis qu’on présuppose à tort que tout le Vietnam a été francophone à l’époque coloniale, en oubliant que l’enseignement « franco-indigène » n’a jamais concerné qu’une infime minorité de Vietnamiens, on regrette généralement, en France, la disparition des derniers témoins de l’ancienne génération formée dans les établissements scolaires français pendant la période coloniale et jusqu’en 1975 au Sud-Vietnam.

 

La mort du général Vo Nguyen Giap, en 2013, a semblé entériner la fin de la greffe francophone au Vietnam. En plus d’être lui-même un brillant francophone, le héros des résistances « antifrançaise » et « antiaméricaine » s’était aussi révélé un ardent défenseur de la survie de la francophonie dans son pays. Or, l’adhésion essentiellement géopolitique du Vietnam à la Francophonie multilatérale s’est doublée, dès les années 1990, d’un programme de formation, modeste mais non négligeable, de nouvelles générations de lycéens et d’étudiants dans les classes bilingues de l’enseignement secondaire et à l’Université. Moins visible mais pas moins combative pour éviter la « catastrophe écologique » redoutée par Jacques Chirac, la relève existe.

 

Le département de langue et de culture françaises de l’Université nationale du Vietnam à Hanoï – où le président Hollande prononcera un grand discours, le 6 septembre – accueillera à la rentrée 50% d’étudiants supplémentaires par rapport à 2015. L’un des plus importants centres universitaires francophones du Vietnam, il comptera 500 étudiants, rien qu’en français, et 1 000 étudiants venus d’autres disciplines qui ont choisi le français comme première langue étrangère. Au-delà de ces chiffres qui ne reflètent évidemment pas une réalité nationale globalement moins optimiste, il faut avoir mesuré les efforts, les sacrifices, la détermination et jusqu’à la passion des Vietnamiens de tous âges qui ont investi notre langue et notre culture, pour comprendre à quel point ils ont besoin d’être soutenus et encouragés, au Vietnam comme en France. Leur persévérance nous oblige d’autant plus qu’elle traduit souvent un profond attachement à nos valeurs républicaines.

 

De même, ne devons-nous pas nous détourner des séquelles de la guerre, même si elles se sont heureusement estompées, ou laisser à d’autres le soin de les guérir. À beaucoup de visiteurs, la guerre paraît loin car ses effets sont de moins en moins visibles. Or, depuis la fin de la guerre au Vietnam, des dizaines de milliers d’habitants ont été victimes de munitions non explosées ; plusieurs millions d’entre eux ont souffert, par contamination directe ou indirecte, des conséquences de la guerre chimique conduite par les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens, entre 1961 et 1971.

 

Les scientifiques ont de bonnes raisons de penser que les effets de la dioxine contenue dans l’Agent orange et les autres défoliants se sont transmis génétiquement aux générations suivantes. Nous en serions à la quatrième génération d’enfants handicapés, malades, défigurés et malformés. Mais les études pour le prouver coûtent cher. L’impératif de solidarité qui a animé notre diplomatie et tant de nos compatriotes pendant la guerre du Vietnam ne doit pas être sacrifié sur l’autel des intérêts géopolitiques et économiques.

 

Plusieurs associations françaises et vietnamiennes ont fait du combat pour la reconnaissance de ce scandale sanitaire leur cheval de bataille, parfois même de longue date. Cependant, au nom des compétences scientifiques qu’elle possède sur les perturbateurs endocriniens, de l’ancienneté et de la qualité de la coopération médicale franco-vietnamienne, la France pourrait aller au-delà. Elle s’honorerait, par exemple, à prendre l’initiative de créer un groupe d’experts capables d’établir les preuves scientifiques des effets transgénérationnels de l’Agent orange et de prendre en charge une partie des patients. Si les plus chanceux de ces derniers sont soignés dans des hôpitaux et des villages médicalisés au Vietnam, beaucoup sont encore cachés dans des familles en grande souffrance qui assimilent le handicap à une malédiction.

 

La guerre coule dans le sang des Vietnamiens d’une façon plus invisible encore. Elle est inscrite au plus profond de l’ADN de ce peuple dont le destin collectif a été forgé à l’épreuve de multiples guerres internes mais aussi et surtout de conflits asymétriques longs et récurrents, au fil des siècles, contre les armées des dynasties chinoises ou sino-mongoles, plus tard et plus brièvement occidentales. Or, la résurgence de la puissance chinoise en Asie et des tensions en mer de Chine méridionale, depuis le tournant des années 2000-2010, pousse les dirigeants vietnamiens à équilibrer leurs relations avec les États-Unis, pour le moment seuls susceptibles de contenir les ambitions chinoises.

 

Comme le Vietnam ne peut non plus se permettre de rompre avec la deuxième puissance économique et militaire mondiale qui est aussi son premier partenaire commercial, en se rapprochant à l’excès de Washington, il renforce ses relations avec d’autres puissances régionales, tels le Japon, l’Inde ou l’Australie, tout en se montrant ouvert à un approfondissement de ses coopérations politico-stratégiques avec la France et l’Europe. Ainsi renforce-t-il sans coût excessif sa profondeur stratégique. Ici, toutefois, prudence est mère de sûreté. L’observateur averti sait qu’au Vietnam, le nationalisme réveillé par une commune perception de la « menace » chinoise transcende tous les ferments de division, sans exception, et devient vite indomptable, au point que le régime communiste pourrait craindre pour sa survie s’il se montrait trop faible vis-à-vis d’elle.

 

La France, dans ce domaine, ne devrait pas se cantonner à des échanges de vue, pour importants qu’ils soient, ni au rôle d’exportateur d’armements qu’elle joue déjà activement dans une région en voie de modernisation militaire rapide et potentiellement inquiétante. Forte d’une bonne relation diplomatique avec la Chine, qui a d’ailleurs facilité le succès de certaines grandes négociations multilatérales sur de grands enjeux transnationaux susceptibles de rejaillir positivement sur le Vietnam, comme la COP 21, et d’une relation plus équilibrée qu’auparavant avec les pays de l’ASEAN, elle aurait intérêt à renouer avec une posture médiatrice volontariste et de préférence concertée avec ses partenaires européens.

 

Dans un environnement sécuritaire aussi instable, l’attachement commun de nos deux pays, comme de l’Union européenne, au « règlement pacifique des différends dans le respect du droit international », tel qu’il est réaffirmé dans l’article 5 de la déclaration sur le partenariat stratégique franco-vietnamien, pourrait conduire notre diplomatie à nourrir une approche à la fois plus politique et plus régionale de sa relation avec le Vietnam. N’est-ce pas, en définitive, ce que suggère la coïncidence chronologique entre la visite de François Hollande, le cinquantenaire du discours du général de Gaulle à Phnom Penh et les 25 ans de l’Accord de Paris sur le Cambodge, qui constituent tous deux des marqueurs historiques forts de notre relation politique avec cette région du monde ? En renouant avec un tel héritage, la France ne pourrait-elle pas développer plus facilement sa présence économique, dont la faiblesse au Vietnam comme dans toute l’Asie du Sud-Est ne cesse à juste titre d’être déplorée ?

 

Enfin, si l’on tient absolument à faire abstraction des nombreux atouts politico-stratégiques, économiques et culturels propices au rapprochement franco-vietnamien, pour démontrer combien les Français peuvent tirer profit d’une plus grande fréquentation du Vietnam et de ses habitants, l’on se contentera de rappeler, d’après deux classements distincts, que si les Français sont considérés comme l’une des nations les plus pessimistes du monde, les Vietnamiens se classent au deuxième rang mondial des pays les plus heureux !

 

(1) Par Pierre Journoud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier, cofondateur du GIS « ESPRIT » (Études en Politiques, Stratégies, et Relations Internationales).

 

Pour aller plus loin :

 

  • Niagalé Bagayoko et Frédéric Ramel (dir.), Francophonie et profondeur stratégique, études de l’IRSEM, n°26, 2013;
  • Pierre Brocheux et Daniel Hémery, Indochine, la colonisation ambiguë, Paris, La Découverte, 2001 (2e éd.).
  • Christopher Goscha et Benoît de Tréglodé (dir.), Naissance d’un État-parti. Le Vietnam depuis 1945, Paris, Les Indes Savantes, 2004.
  • « Le Viêtnam depuis 2000 ans », dossier de L’Histoire – les collections, n°62, janvier-mars 2014.
  • « Les enjeux géopolitiques du Viêt Nam », dossier d’Hérodote, n°157, 2e trimestre 2015.
  • Pierre Journoud, De Gaulle et le Vietnam (1945-1969). La réconciliation, Paris, Tallandier, 2011.
  • Pierre Journoud (dir.), L’évolution du débat stratégique en Asie du Sud-Est depuis 1945, études de l’Irsem, n°14, 2012;
  • Pierre Journoud et Hugues Tertrais, Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent, Paris Tallandier, coll. Texto, 2012.
  • Stéphane Dovert et Benoît de Tréglodé (dir.), Vietnam contemporain, Paris, IRASEC/Les Indes Savantes, 2009 (seconde édition revue et actualisée).
  • Philippe Papin, Vietnam. Parcours d’une nation, Paris, Belin, 2003.
  • Hugues Tertrais, Atlas des guerres d’Indochine, 1940-1990. De l’Indochine française à l’ouverture internationale, Paris, Autrement, 2004.

Forum d'Affaires France-Vietnam 2016

Vous souhaitez développer votre présence au Vietnam …

 

Nous vous invitons à participer au Forum d’affaires France – Vietnam 2016, qui aura lieu à Ho Chi Minh-Ville, du 26 au 28 octobre 2016.

 

Un forum d’affaires avec des secteurs d’activités identifiés et porteurs :

 

·      L’agroalimentaire

·      La santé et l’art de vivre

·      La ville durable

·      Le numérique

 

Où vous rencontrerez vos futurs partenaires lors de RDV B to B personnalisés et préprogrammés.

 

Partenaires, acheteurs, distributeurs/agents que vous sélectionnerez dans le catalogue des entreprises participantes. Enfin grâce à notre solution de match-making vous obtiendrez un agenda de RDV avec les sociétés qui vous intéressent.

 

Le Vietnam, le dragon qui monte ! 

 

 ·         Création de la Communauté Économique de l’ASEAN (CEA)

 ·         Signature d’un accord de libre-échange (ALE) entre l’Union Européenne et le Vietnam

 ·         Croissance PIB soutenue : taux moyen de 6% sur 25 ans : 3ème performance d’Asie

 

Notre offre à 1380 € HT pour booster vos opportunités d’affaires :

 

·      En 48 h, jusqu’à 14 rendez-vous individuels programmés avec des chefs d’entreprises vietnamiens qui sont à la recherche de partenaires français,

·      Échanges informels lors de moments de convivialité (déjeuners et diner) en présence de M.  Jean Pierre Raffarin et du Ministre Vietnamien de l’Industrie et du Commerce pour démultiplier vos contacts,

·      Frais d’hébergement compris (hors frais de déplacement).

 

.........................................................................................................................................................................

 

Placez la rentrée sous le signe du développement international en vous inscrivant dès maintenant :

 

> Soit par notre site http://www.forumfrancevietnam.com,

> Soit en complétant le bon de participation ci-dessous.

 

Télécharger
Bulletin Engagement participation_FR_Fra
Document Microsoft Word 169.5 KB

LE PROGRAMME


...........................................................................................................................................................................................................................

 

 

Pour plus de renseignements, téléchargez ci-dessous les plaquettes de présentation

Télécharger
Forum d'affaires FRANCE-VIETNAM 2016.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB
Télécharger
Flyer-FR-France-Vietnam.pdf
Document Adobe Acrobat 743.3 KB


0 commentaires

FÊTE DU TÊT 2016 A MONTPELLIER


FÊTE DU TÊT (DU 6 FÉVRIER) 2016 : BONNE ANNÉE DU SINGE ! (*) ..


 

 

 

 

 

 

"LA CULTURE OCCIDENTALE EST CONNUE AU VIETNAM POUR LE NOËL ET CE QUI REPRÉSENTE LA CULTURE TYPIQUE ORIENTALE EST LE NOUVEL AN LUNAIRE."

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Nouvel An vietnamien, ou le Têt, est la fête la plus importante au Vietnam.


Pour tous les vietnamiens, le Têt est toujours un événement culturel et spirituel important, indispensable et bien apprécié. Pour les vietnamiens à l’étranger, en particulier en France, la culture traditionnelle est un soutien moral. Le Têt mené à l’étranger a donc dans un premier temps pour but de soulager le manque de la famille et de garder à l'esprit les beautés de l’identité culturelle du pays. Dans un deuxième temps, lors d’une activité culturelle significative comme le Têt, les vietnamiens expriment leur patriotisme, la solidarité et la fierté de et pour leur peuple. C'est également une bonne occasion pour nous, étudiants, de nous présenter, pour faire connaître largement la culture vietnamienne aux amis du monde entier.


C'est dans ce contexte que naît notre projet "Vietnam - Mon Amour"

 

Points spécifiques au Têt de cette année :


+ Décoration de la scène de façon spéciale, luminosité travaillée pour bien exprimer l'ambiance du Têt Vietnamien à Montpellier,
+ Investissement sur la qualité et la quantité des représentations, amélioration du décor, l'habillage traditionnel,
+ La danse de la licorne pour créer une ambiance festive,
+ spectacle de jeu traditionnel
+ Buffet riche, spécial avec plusieurs plats traditionnels du Vietnam

 

Bienvenue au Nouvel An vietnamien !

 

 

*Texte original disponible ici l Fête du Têt 2016

ARTICLE DU "LE COURRIER DU VIETNAM" (*) ..


 

Le lire en ligne, cliquer ici l Le Têt vietnamien prend ses quartiers à Montpellier

 

 

*Seul hebdomadaire 100% francophone du et au Vietnam (disponible sur commande à l'international)

 

Pour le télécharger intégralement, voir ci-dessous

Télécharger
Article Courrier du Vietnam - La fête du
Document Adobe Acrobat 279.5 KB

PRÉSENTATION DU TÊT ET DE LA SOIRÉE (*) SUR RADIO AVIVA - MONTPELLIER ..


Écouter le podcat de l'émission du 26 Janvier 2016, cliquer ici l Entr'acte - Fête du Têt 2016

 

 

*Entretien avec Anna Owhadi Richardson, Nguyễn Chi Minh et Nguyễn Huy Vice-Présidente et Président de l'AEVM


QUELQUES PHOTOS SOUVENIRS DE 2015 ..



LE PROGRAMME ..


0 commentaires

Table ronde SPIRULINE à GAZETTE CAFÉ


remerciements


AD@lY remercie Pierre Serre pour son accueil en ce lieu si convivial et chaleureux, tous les intervenants, et plus spécialement trois amis très sollicités qui nous nous honorés de leur présence : Eric Loustau, consul de Monaco, Paul Marcel Lemaire et Clare Hart...


 

"Chers amis

 

Je tiens à vous remercier vivement pour votre présence et vos contributions à la table ronde sur la spiruline à Gazette Café. Malgré le contexte pétrifiant, nous avons maintenu notre programme et démontré aux terroristes que la vie continue.

 

La minute de silence dédiée aux victimes des attentats de Paris au préalable de nos échanges envoie nos sincères condoléances aux familles. Merci aux participants qui ont rempli la salle et permis un débat très intéressant et chaleureux.

 

Anna (Owhadi Richardson), AD@lY"

 

le programme



retour en image sur la rencontre



en savoir plus


Le (cliquez sur) Pole d'activité agronomie et développement durable contribue à la croissance du projet "Spiruline" dans la province de Lam Dong (Da Lat) au Vietnam. En savoir plus, cliquez ici l Le projet Spiruline à Lam Dong

0 commentaires

Amiral JEAN DECOUX : Son histoire

Jean Decoux est né à Bordeaux le 5 mai 1884. Il est le fils de Michel Auguste Decoux et de Alice Henriette Marie Mathéron. L'Amiral Decoux et ses parents sont inhumés dans le cimetière de Loverchy à Annecy.

 

Il est le petit-fils de Pierre Decoux né à Annecy en 1812 et de Claudine Durand. Pas d'enfant. Jean Decoux entre à l'Ecole Navale en 1901 (17 ans...) et en 1903 devient aspirant de 2ème Classe à 19 ans : En 1904, sur le croiseur "Le Gatinat", il est Aspirant de 1ère Classe. En 1905, sur "Le Gatinat" dans le dans le Pacifique, il a "une conduite exemplaire et sait commander sans brusquerie mais avec autorité". Son instruction est "au-dessus de la moyenne" et sa manière de servir est "de très grand zèle, jeune homme remarquablement doué, il est destiné à briller dans la Marine. Officier à suivre pour sa carrière et à pousser : la Marine y gagnera"... Puis il embarque sur le croiseur "Le Protet" : "Jeune officier très intelligent, très sérieux, etc. possédant déjà du...

Par Jacques DECOUX
Adapté  du magazine "Good Morning" par monsieur
Vũ Ngọc Quỳnh

 

Pour lire le texte complet, le télécharger ci-après

Télécharger
AmiralDecoux.pdf
Document Adobe Acrobat 285.9 KB
0 commentaires

JADE, petite fille d'Anna, en campagne humanitaire au Vietnam avec AD@lY

Séjour humanitaire de Jade Owhadi avec AD@lY.

 

"A la fin d'un voyage humanitaire au Vietnam pendant l'été 2014, j'ai rendu visite aux victimes de l'Agent orange a Ho Chi Minh, j'ai pris plusieurs photos avec les enfants pour faire connaitre leur cas et récolter de l'argent à ramener l'été après avoir fini mon BA en science politique à L'université de Concordia à Montréal.

 

Grâce à l'aide de l'association AD@lY et de VAVA j'ai eu l'opportunité de travailler le mois de Juillet 2015 au Vietnam à l'hôpital Tu Du au Village Hoa Binh avec les victimes de l'agent orange.

 

La directrice du département des victimes de l'agent orange est Dr. Nguyen Dac Minh Chau. Je l'ai rencontré dès mon arrivée à Ho Chi Minh pour pouvoir discuter avec elle et décider comment j'allais utiliser l'argent récolté pendant l'année via les media sociaux, et l'aide que je pourrais apporter aux enfants pendant mon mois au Vietnam.

 

Nous avons décidé qu'une partie de l'argent doit être utilisé pour des jouets, des fournitures scolaire, de la nourriture, et le reste pour une sortie avec les enfants. Les enfants de l'hôpital sont abandonnés en bas des escaliers de l'hôpital par leur parents, ou on les retrouve dans la rue, et les infirmières les récupèrent et s'en occupent jusqu'à ce que les enfants se sentent prêt à partir, ou ils peuvent rester toute leur vie à l'hôpital. J'ai été vraiment impressionnée par la façon dont le personnel prend soin des enfants, et à quel point l'hôpital était très bien entretenu. J'ai été très impressionnée par la solidarité des enfants les moins handicapés envers les plus dépendants.

 

Une des victimes de l'agent orange que j'ai rencontrée à l'hôpital est un vrai héros.

 

Loi, 28 ans, habite à l'hôpital depuis l'âge de 5 ans, et les enfants le voient comme un père pour eux. Loi est un athlète. Il participe dans des compétitions de natation et a gagné plusieurs médailles. Il s'occupe des enfants comme si c'était les siens, les amène à l'école, leur apprend à nager, les aide à se nourrir. Il s'occupe de leur éducation leur donne l'amour dont ils étaient dépourvues depuis leur abandon. J'ai pu avoir plusieurs conversation avec lui en anglais, et il m'a dit que son but dans la vie est de s'assurer que les enfants resteront fort et heureux malgré leur condition. Il veut leur donner l'enfance heureuse qu'il n'a pas eu, et refuse de les voir souffrir comme il a souffert. Il fait un travail vraiment incroyable avec eux, et pendant mon mois en tant que bénévole à l'hôpital j'ai pu voir ce lien formidable qu'il a avec les enfants.

 

J'allais à l'hôpital du lundi au dimanche de 9 heures du matin a 5 heures de l'après-midi pendant une période de 3 semaines.

 

J'ai aidé les enfants avec leurs activités de tous les jours (les nourrir, changer leurs couches, jouer avec eux, leur apprendre le Français et l'Anglais, donner des cours de danse). J'ai aussi organisé une sortie pour les enfants à un restaurant/buffet a Ho Chi Minh à la fin du mois avant de repartir en France le 28 juillet. Les enfants étaient vraiment heureux de pouvoir passer une journée en dehors de l'hôpital, et tellement reconnaissant pour tout le bonheur que j'ai réussi à leur apporter.

 

Pendant ma mission humanitaire, Dr. Chau m'a dit que en montrant des photos des enfants accompagné d'un petit texte expliquant le cas des enfants l'année précédente marchais très bien pour atteindre les gens, et leur donnent encore plus envie de donner et de s'engager pour aller aider les enfants.

 

L'argent que je récolte va directement aux enfants.

 

Mon voyage a était entièrement financé par ma grand-mère Anna Owhadi Richardson, que je tiens à remercier du fond du cœur pour ce mois inoubliable. J'ai aussi créé (cliquez sur) ma chaine YouTube pour montrer aux personnes qui m'ont fait des dons que je ne touche pas à l'argent que je récolte, et que tout va directement aux enfants. J'ai étais vraiment heureuse de voir que mes vidéos ont eu du succès et j'ai reçu plusieurs demandes pour recevoir plus d'infos pour donner de l'argent pour aider les enfants ou pour partir faire du bénévolat à l'étranger.

 

J'ai aussi passé une de mes semaines à Nha Trang en travaillant pour un centre d'enfants handicapés avec la supervision de la directrice du centre Ngoc Sinh Phan Thi. A ce centre j'ai travaillé de 9 heures du matin à 11 heures trente, et de 2 heures de l'après-midi à 4 heures trente du lundi au vendredi (avec les mêmes activités que celles de l'hôpital) et j'ai acheté des jouets et des instruments musicaux pour les enfants avec une portion de l'argent récolté .

 

Même si mon voyage a du se terminer et je suis rentrée en France, je continue à récolter de l'argent pour les enfants et parler de leur histoire sur les médias sociaux, je vais continuer à leur envoyer des colis pendant l'année, et rester en contact avec eux pour voir comment ils vont avec Skype et l'aide de Loi. Cet homme est un vrai héros qui n'a pas laissé les erreurs humaine du passé qui a causé énormément de mal a plusieurs générations d'une partie de la population Vietnamienne après la guerre l'achever. Il est resté fort et positif, et je pense qu'il mérite qu'on lui fasse une paire de jambes bionique pour faciliter le travail qu'il fait pour les enfants tous les jours.Je vais me battre pour essayer de rendre ça possible, en commençant par contacter Hugh Herr et voir si son équipe serait intéressé pour l'aider."

 

 

Propos de Jade Owhadi recueillis par AD@lY

0 commentaires

AD@lY en projet humanitaire au Vietnam     Juillet 2015 ..


LA PREMIÈRE SEMAINE A L’HÔPITAL TU DU - Village de la paix
HO CHI MINH VILLE


4 au 11 juillet 2015 : Chez les victimes de l'Agent Orange au Vietnam



INSTANTS AVEC LA DÉVOUÉE DIRECTRICE DU SERVICE DE L’HÔPITAL TU DU


4 au 11 juillet 2015 : Chez les victimes de l'Agent Orange au Vietnam


Une semaine passée au Village Hoa Binh (village de la Paix) de l'hôpital Tu Du à Ho Chi Minh ville  

Nous remercions le Dr Nguyen Dac Minh Chau pour son accueil.


Une grande admiration pour le dévouement de l'équipe qui anime la vie de ce lieu où se trouvent les victimes de l'Agent Orange qui ont la chance d'y être admis.


LES MEMBRES D'AD@LY PRÉSENTS ..


Bravo à Anne Sophie qui termine ses études d'infirmière au Québec (2eme photo)

Bravo à Jade (1) qui vient d'obtenir son diplôme de Sciences Pô à Montréal et va entamer un master de management de l'humanitaire tout en travaillant pour une ONG à New York (3eme photo).

1- Voir son article, cliquez ici l
JADE, petite fille d'Anna, en campagne humanitaire au Vietnam avec AD@lY

Elles vont partir...mais grâce à Skype par la tablette offerte ...elles pourront désormais être présente dans le quotidien de ces enfants orphelins ou abandonnés.


Ils se sont attachés à leurs visiteuses et c'est réciproque !

Merci aux généreux donateurs de la collecte de Jade par les réseaux sociaux

Merci au Conseil départemental de l'Hérault et au Conseil Régional du Languedoc Roussillon

AD@lY est fière d'avoir pu contribuer à un épisode de leur cursus, déterminant pour le choix de leur vie professionnelle et personnelle pour bâtir un monde plus solidaire.


QUELQUES CADEAUX DES CONSEILS RÉGIONAL ET DÉPARTEMENTAL DU ET EN LANGUEDOC ROUSSILLON



DES PATIENTS ... DES ENFANTS ..


Ces enfants frappés injustement par le destin vivent ensemble en s'entraidant. Les moins atteints  s'occupent des plus handicapés et chacun se rend utile pour un vivre ensemble harmonieux. jade et Anne Sophie ont vécu une expérience unique pendant une semaine. Leur regard sur la vie ne sera plus le même .


INSTANTS EN VIDÉO ENTRE JADE ET DES ENFANTS ..



Un heureux hasard nous a permis de rencontrer le photographe Mathieu Asselin qui prépare un travail sur (cliquez-sur) Monsanto (site en anglais) et (cliquez sur) l'AGENT ORANGE.


RÉCEPTION DES CADEAUX DE NOËL DE LA PART DE JADE



"Puissions nous unir nos efforts pour que justice soit enfin rendue aux victimes et leur permettre de trouver leur place dans la société."

Nous invitons tous les jeunes à vivre une telle expérience !


0 commentaires

Tran Van Khê, passeur de musiques et messager de paix


ARTICLE (1) ÉCRIT PAR H THU TIÊN (2)

Réalisatrice (3)

l Paris, le 3 juillet 2015 l

 

(1) Cet article est sous licence Creative Commons (selon la juridiction française = Paternité - Pas de Modification)

(2) Publié avec son aimable permission
(3) Références : Biographie l Le film l'Agent Orange, un bombardement a retardement


Le Professeur Tran Van Khê est décédé au Vietnam, le 24 juin 2015. Il aurait eu 95 ans le 24 juillet. Il rejoint définitivement la terre de ses ancêtres.

Il n’avait pas peur de la mort, il l’avait croisée plusieurs fois. Il avait prévu, dans les moindres détails, les cérémonies funéraires qui suivraient sa disparition car il ne voulait aucune récupération d’aucune sorte. Donc pas de funérailles nationales…

Pas de dépenses inutiles non plus. Il voulait que l’argent consacré aux fleurs ou les dons faits en de telles occasions servent à créer une bourse destinée à quelqu’un, musicien ou chercheur, qui se consacrerait à la musique traditionnelle. Il voulait que cette bourse devienne pérenne. Il souhaitait aussi que ses obsèques ne soient pas tristes et que ses ami(e)s musicien(ne)s, ses élèves jouent une dernière fois pour lui.



La maison qu’il occupait à Ho Chi Minh Ville depuis son retour au Vietnam en 2005 va devenir un lieu de souvenir dédié à la culture et à la connaissance de la musique traditionnelle, non seulement du Vietnam, mais aussi de l’Inde, de la Chine, du Japon de l’Iran… On y retrouvera les documents qu’il a enregistrés, photographiés, filmés ou publiés pendant plus de 50 ans et qui seront accessibles aux chercheurs et aux étudiants. Ses instruments de musique personnels ainsi que ceux rapportés lors de ses nombreux voyages et missions y seront exposés.



Orphelin de mère à l’âge de 9 ans, puis de père à l’âge de 10 ans, Tran Van Khê nait dans une famille dans laquelle on est musicien depuis plusieurs générations ; il sera élevé pour devenir musicien et chanteur traditionnel, même si plus tard, jeune étudiant, il s’orientera, pendant un temps, vers la médecine.

L'Histoire tumultueuse que traverse le Vietnam depuis l'occupation japonaise jusqu'à la fin de la colonisation française fera très vite basculer sa vie. Arrêté au Vietnam pour ses activités de résistant il aurait dû être fusillé. Il ne devra la vie sauve qu’à une rencontre avec un soldat français, engagé volontaire qui lui permettra de s’évader.

Et, c'est paradoxalement ce pays qu'il combat qui va l'accueillir en 1949 et dans lequel il deviendra cet ethnomusicologue respecté dans le monde entier.


Il avait combattu au Vietnam la France coloniale de l'époque, et c’est en « exil » qu’il va vivre la guerre menée par les Etats Unis contre son pays.

Cette guerre sera toujours présente en lui. En déplacement aux Etats Unis pour un congrès international, il refusera de se rendre à la Maison Blanche à l’invitation du président de l’époque, et ce, lui fait-il répondre, « tant que les Etats Unis porteront la guerre dans mon pays ». Face aux étudiants des universités américaines venus écouter le musicien, il explique la guerre du Vietnam et joue en mémoire des morts des deux pays.

Acteur-témoin de l'Histoire politique et culturelle du Vietnam et de la France, que de chemin parcouru entre le brillant étudiant en médecine, le chanteur de variétés habillé et gominé comme Tino Rossi, le musicien de jazz à ses heures perdues, l’acteur de cinéma, le diplômé de Sciences Politiques et l'ethnomusicologue, musicien traditionnel qu'il est devenu.


Tran Van Khê a donné des conférences, joué et chanté dans près de 60 pays, sur tous les continents, partageant la scène avec des musiciens prestigieux, tels Yehudi Menuhin ou Ravi Shankar. Il a fait l’objet de nombreuses émissions de radio et de télévision aux cours desquelles il a pu parler de son métier et de son engagement pour la préservation des musiques traditionnelles, patrimoine culturel de l'humanité.

Il a toujours voulu, à travers ses activités, être « un pont » entre son pays d'adoption et son pays d'origine. C'est sans doute pour cela que le président Mitterrand, lorsqu'il voulut renouer les liens avec son ancienne colonie, demandera à Tran Van Khê de l’accompagner dans son voyage.

Mais pour moi, Tran Van Khê est plus que ce personnage respecté et admiré par ses pairs, par ses étudiants et son public à travers le monde. il est cet oncle avec lequel depuis l'enfance j'ai tissé des liens d’amour et de complicité et au sujet duquel j’ai entrepris, il y a une vingtaine d’années la réalisation d’un film.

Tran Van Khê est entré dans ma vie par la magie du cinéma, j’avais six ans. Un jour, ma mère m'amena au cinéma. Sur l'immense écran, je découvris le visage et la voix de l'homme qui changea ma vie ; Tran Van Khê jouait le rôle d'un policier dans un film d'André Pergament, intitulé "La rivière des trois jonques". Je le trouvais sévère mais juste ; il représentait la loi !


Cousin de ma mère, ils s’étaient perdus de vue à cause de la guerre. En 1958, il emménage avec nous dans la proche banlieue parisienne. Merveilleux conteur, il nous racontait chaque soir avant le coucher, « le Singe Pèlerin ». Il accompagnait ses paroles avec les gestes du théâtre chinois, ménageait ses effets et le suspense. Nous étions fascinés. Au fil des années, c'est lui qui m'éduquera, mettra en chansons mes tables de multiplication, mes cours d’histoire, de géographie et de sciences naturelles afin que je les retienne plus facilement ... Il était fier de ce que j’étais devenue. Je lui dois beaucoup. Ma peine est immense…


En avril dernier, j’étais au Vietnam, je lui ai rendu visite chaque jour pendant 2 mois, équipée de ma caméra pour saisir tous les instants qui pourraient encore enrichir mon film.

Lorsque j’arrivais à 9h, sa journée était déjà bien commencée ; il avait pris connaissance des nouvelles du monde, dicté son courrier, ses réponses sur son Facebook. Puis il se mettait au travail ; toutes ses recherches ayant été consignées en français, aidé de son assistant, il écoutait, répertoriait des enregistrements datant de plusieurs décennies. Il donnait le lieu, la date, et le nom de l’instrument de musique. Sa mémoire et son envie de transmettre étaient intactes.


L’après midi, il dictait les pages qui devaient être celles d’un nouveau livre le concernant, constitué essentiellement de photos inédites, drôles, étonnantes de lui. Il écoutait et choisissait les chansons qu’il avait interprétées dans des versions inédites, certaines remontant à plus de 50 ans. Elles devaient sortir sous forme de CD. Il se réjouissait, en préparant ainsi son 95ème anniversaire, à l’idée de montrer une facette inconnue, moins « sérieuse» du personnage officiel.


Puis venait mon tour de lui prendre un peu de son temps précieux. Sa vue ayant beaucoup baissé, il ne pouvait pas lire la retranscription de ses interviews que j’avais filmées en français. Comme je ne voulais pas d’une autre voix que la sienne pour le doublage en vietnamien, alors, je les lui lisais et il devait les mémoriser pour les traduire fidèlement, puis les enregistrer. En raison de son âge, j’avais prévu 2h d’enregistrement par jour pendant 15 jours, mais il ne nous faudra que 3 jours pour tout achever. Sa voix était toujours aussi puissante et magnifique. Il nous a tous surpris, il était heureux et impatient de voir le film terminé.


Lorsque je l’ai quitté le 24 mai, nous nous étions donné rendez vous pour le mois d’octobre, pour la diffusion du film à la télévision vietnamienne. Il ne sera pas au rendez vous.


Lire aussi l Trần Văn Khê, l’éminent chercheur

1 commentaires

Trần Văn Khê : l’éminent chercheur


POUR LE RENOUVEAU ET LA PRÉSERVATION  DE LA MUSIQUE TRADITIONNELLE VIETNAMIENNE

l SOURCE l Trần Văn Khê - Notice nécrologique - 24.06.2015


Trần Văn Khê, éminent ethnomusicologue à qui l’on doit le renouveau et la préservation de la musique traditionnelle vietnamienne s’est éteint le 24 juin 2015 à Hồ Chí Minh Ville (Việt Nam). Avec une somme immense de recherche, d’enseignement et d’interprétation, cet infatigable conservateur des arts a légué au Viet Nam et au monde un héritage précieux et pérenne.


Né à Mỹ Tho, Sud Vietnam, Trần Văn Khê poursuivit ses études de médecine à Hà Nội, de sciences politiques (relations internationales) à Paris avant de se consacrer à la musicologie qui est devenue la passion de toute sa vie. Avec une thèse sur la musique traditionnelle vietnamienne il obtint le doctorat en musicologie avec félicitations du jury à l’Université de Paris – Sorbonne en 1958, entamant ainsi une carrière exceptionnelle vouée à la musique traditionnelle vietnamienne. Investi Professeur par son alma mater en 1967, le musicologue consacra sa vie entière à l’étude des musiques du monde et au renouveau des traditions de musique orale de son Viet Nam natal .


Au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) à Paris où il travailla près de 30 ans, il entreprit non seulement des recherches approfondies sur la musique traditionnelle vietnamienne, mais aussi des études comparatives d’instruments de musique, de théorie et des langages musicaux des pays asiatiques. Sa vaste expertise fut partagée dans le cadre de près de 200 congrès internationaux à travers le monde et de quelques 200 articles publiés dans de nombreuses langues, notamment dans « Le courrier de l’UNESCO ». Avec une attention particulière au Viet Nam, sur la base de plus de 600 heures de musique et de conversations enregistrées avec de grands interprètes, Trần Văn Khê a été le premier à produire des enregistrements de musique traditionnelle vietnamienne (folklorique et cérémonielle), un art considéré jusque là comme quasiment perdu. Il a également fait revivre d’anciennes formes musicales telles que le théâtre populaire CHÈO, le chant des chanteuses professionnelles CA TRÙ, le chant alterné QUAN HỌ, la musique dite des amateurs du Sud Viet Nam ĐỜN CA TÀI TỬ NAM BỘ, et la musique liturgique bouddhique NHẠC PHẬT GIÁO. L’ethnomusicologue a aussi codifié la musique des instruments à cordes du Viet Nam, notamment le ĐÀN TRANH (cithare vietnamienne).

 

Sa stature dans le monde de l’ethnomusicologie est attestée par son appartenance à plusieurs organisations scientifiques prestigieuses , telles que la Société Internationale de Musicologie, les Sociétés Française et Américaine d’Ethnomusicologie, la Société de Musique Asiatique, le Conseil International de Musique de l’UNESCO, ainsi que le Conseil International de Musique Traditionnelle (il fut vice président puis membre honoraire à vie de ces deux conseils).


Outre ses activités de recherche, Trần Văn Khê a enseigné l’ethnomusicologie pendant près de 30 ans à l’Université de Paris –Sorbonne, au Centre d’Etudes de Musique Orientale qu’il avait fondé en 1959 à Paris. Il a supervisé et dirigé de nombreuses maîtrises et thèses de doctorat. Il fut professeur invité notamment à de nombreuses universités dans le monde : Académie de musique Franz Liszt (Budapest), Université de Californie Los Angeles (UCLA), Université de Hawaï (Manoa), Université d’Australie occidentale (Perth), Université des Philippines (Manille), et Institut National de Musique de l’Algérie. Trần Văn Khê a également donné de nombreuses conférences sur la musique asiatique et sa méthodologie à tout un éventail d’institutions d’enseignement supérieur et de recherche allant du Conservatoire Tchaikovsky (Moscou) au Conservatoire Central de Pékin ou au Centre National des Arts de la Scène de Bombay (Inde).

 

Aux yeux de ses compatriotes, son accomplissement le plus remarquable fut la préservation et la promotion de la musique traditionnelle vietnamienne. Au cours de ses nombreux voyages de recherche au Viet Nam alors qu’il résidait en France et en particulier après son retour au pays natal en 2006, Trần Văn Khê s’est consacré sans relâche à sensibiliser et à intéresser le public vietnamien à ce patrimoine culturel unique, en particulier chez les jeunes. Largement connu pour son talent remarquable, il a su combiner intimement son érudition académique avec la capacité d’animation d’un interprète. « Thầy Khê » (« Maître Khê », vocable affectueux que le public lui réservait) était un véritable conteur qui fascinait tous ses publics, jeunes et moins jeunes, au sein et en dehors du monde de la musique, vietnamien ainsi que non vietnamien. Son rayonnement et son impact ont èté amplifiés par sa participation fréquente à des programmes de télévision et de radio à la fois au niveau international (par exemple NHK Japon, Radio et Télévision de Téhéran, Radio BBC, France Culture, Radio et Télévision du Québec) et au sein du Viet Nam.

 

Parmi les nombreux honneurs qui lui ont été conférés, on peut citer : Grand Prix de l’Académie du Disque Français (1960 et 1970), Docteur Honoris Causa de l’Université d’Ottawa (1975), Prix IMC Unesco (1981), Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres (1991), Membre correspondant de l’Académie Européenne des Sciences, des Arts et des Lettres (1993), Médaille du Travail – Première Classe, République Socialiste du .Viet Nam (1999), Chevalier des Palmes Académiques, France (1999), Prix Phan Châu Trinh, Viet Nam (2011).


L’œuvre de Trần Văn Khê se perpétuera à travers les travaux de nombreux chercheurs et musiciens, en particulier ceux de son fils aîné Dr. Trần Quang Hải, lui-même ethnomusicologue et musicien, de la cinquième génération./.

 

La famille de Trần Văn Khê

Lire aussi l
Trần Văn Khê, passeur de musiques et messager de paix

 

 

AD@lY transmet ses condoléances a la famille de Trần Văn Khê et ses remerciements pour la mise a disposition de ce document : TRẦN VĂN KHÊ - Notice nécrologique - 24.06.2015

 

POUR LE TÉLÉCHARGER voir ci-dessous

 

 

Télécharger
TRẦN VĂN KHÊ - Notice nécrologique - 24.06.2015
Tran Van Khe - Notice necrologique - 24.
Document Adobe Acrobat 123.4 KB

0 commentaires

Journée mondiale du tricot


PROGRAMME DE LA JOURNÉE A MONTPELLIER


Rendez-vous

 

  • A 11/19 h à Gazette Café  6 rue Levat avec vos tricots pour partager les savoir-faire.

 

  • À 17/19 h Conférence débat avec Jacques Touchon, parrain de la Couverture de solidarité, intervenant sur les bienfaits du tricot pour la prévention de la maladie d'Alzheimer.

 

  • A 19/22 h à Patchenco  rue Pila du Gely.

RETOURS SUR LA JOURNÉE


A la GAZETTE CAFÉ de Montpellier

A la maison de retraite protestante de Montpellier

A PATCHENCO, Montpellier

3 commentaires

Retour sur la journée du 6 Juin à Montreuil

Le 6 Juin 2015, des dizaines d'associations (1) ont participé à la journée organisée par l'ambassade du Vietnam en France.

 

A cette occasion AD@lY s'est exprimée dans les 3 ateliers de la matinée :

 

  • "Éducation - Francophonie"
  • "Santé - Humanitaire"
  • "Développement - Environnement"

 

des thématiques d'actions historiques de l'association (2), et était présente au village des associations l'après-midi.

Des retrouvailles, des nouvelles rencontres, un enrichissement mutuel, ont fait de cette journée un moment idéal pour les projets d'AD@lY

En savoir plus, cliquez ici : Article du Courrier du Vietnam

 

(1) Associations présentes
(2) Pôles d'activité


LE PROGRAMME DE LA JOURNÉE


Programme des Échanges


08h30                     Accueil des participants à la Salle des fêtes de la Mairie

                                 (Selon l’inscription par association)

09h00- 09h30      Ouverture de la Journée par M. le Maire de Montreuil et M. l'Ambassadeur du Vietnam en France


09h30 - 11h00       3 Ateliers simultanés (90 minutes) dans les salles adjacentes


● Solidarité et  Santé   

● Éducation et Francophonie

● Développement et Environnement


11h00- 11h15         Pause café


11h15 -13h15        Séance plénière  à la Salle des Fêtes      

Une meilleure connaissance du  Vietnam d’aujourd’hui (60’)

Organisation et Structuration en réseau (60’)

13h15 - 13h45       Synthèse/clôture par M. l'Ambassadeur.

13h45 - 14h15       Pot de fin des travaux *

 

Programme du grand village associatif sur l’Esplanade de l’Hôtel de Ville


À partir de 8h00: Installation par les associations des stands sur l’esplanade de la  Mairie  

12h00 - 21h00     Gastronomie vietnamienne, artisanat, présentations des actions des associations, programme culturel, sportif (danse de la licorne, démonstration d’arts martiaux, défilé de tunique traditionnelle vietnamienne, chants chorales, danse traditionnel, flash mob...)

14h30                    Inauguration officielle du village par M. le Maire de Montreuil et de M. l’Ambassadeur du Vietnam en France

Espace débat :

15h00 - 17h00    Projection de film/débat sur le Vietnam d’aujourd’hui  

17h00 – 18h00   Débat "Vietnam, Algérie, guerres coloniales, quels enseignements ?"

20h00                    Tirage au sort de tombola, 1er prix un billet aller – retour Paris Hanoi sur le nouvel avion A350 de Vietnam Airlines

21h00                    Rangement des stands


Pour télécharger le programme, voir ci-dessous

Télécharger
Dépliant de la journée du 6 Juin 2015.pd
Document Adobe Acrobat 353.0 KB

AUX ATELIERS


Remise d'une maquette en porcelaine du bâteau Yersin à monsieur NGUYEN Ngoc Son l'ambassadeur du Vietnam en France
Remise d'une maquette en porcelaine du bâteau Yersin à monsieur NGUYEN Ngoc Son l'ambassadeur du Vietnam en France

AU VILLAGE DES ASSOCIATIONS


Monsieur Hao Tam Nguyên sur le stand d'AD@lY

Des membres de l'association et des invités de renom sur le stand d'AD@lY


0 commentaires

Un évènement déterminant de 1992


RETOUR AU VIETNAM ET NAISSANCE D'AD@IY

Photo de Minh Loc, enfant recueilli par l'orphelinat Christina Noble au Vietnam, en 2015

Crédit Photo : Anna Owhadi Richardson


le 16 Mai à Fréjus (et actuellement dans toutes les salles en France) "Christina Noble", le film retraçant l'histoire de cette femme œuvrant pour la défense des droits des enfants tout d'abord au Vietnam, a été diffusé en avant première sous les regards d'un public où se trouvait Anna (Owhadi Richardson), Présidente et fondatrice d'AD@IY.


Sa présence loin d'être anodine, est liée à l'une des plus importantes raisons de son retour au Vietnam et de la création de l'association AD@IY en 1994 mais aussi, des fondements de ses actions (Cliquez ici Grande Couverture Solidaire ou ici La Grande Couverture et encore ici Pôles d'activité).


Cette raison est avant tout une histoire, celle qui lit 3 personnes pour toujours : De cet enfant, Minh Loc, né affreusement mutilé d'une "Gueule de loup", énième victime des résidus de (Cliquez sur) l'Agent Orange (www.agent-orange-vietnam.org/), rencontré par Anna, qui, en 1992, fut profondément atteinte par un reportage diffusé sur Antenne 2 "Enfant de personne" et qui décida de le ramener à Montpellier depuis l'orphelinat de Christina

                                                                                         Noble au Vietnam afin qu'il se fasse opérer.



0 commentaires

"Ce n'est pas une vie que de ne pas bouger..."


"...ALEXANDRE YERSIN, l'homme qui a vaincu la peste"
Film documentaire de Stéphane Kleeb
(extrait ci-dessous)

VITASCOPE - 91 minutes



EXTRAIT VIDÉO



ARTICLES ET CRITIQUES DU FILM


«Ce n’est pas une vie que de ne pas bouger».  Une phrase extraite des innombrables lettres qu’envoyait Alexandre Yersin à sa mère depuis qu’il avait quitté sa Suisse natale, puis l’Institut Pasteur, pour aller loin, encore plus loin.

 

 

 Une phrase qui résume tout ce que fut Yersin, une phrase que Stéphane Kleeb a choisi comme titre à son remarquable film documentaire, pour retracer le destin hors norme du pasteurien. 

 

 

«  L’idée ne venait pas de moi, raconte Stéphane Kleeb, mais de l’ambassadeur suisse au Vietnam qui a découvert un buste d’Alexandre Yersin dans son jardin. Le projet a été lancé en janvier 2013, avant cela, je ne connaissais rien d’Alexandre Yersin. Constatant que le 1er mars correspondait aux septante ans de sa mort, je me suis rendu au Vietnam. Ce qui m’a permis d’avoir des images sur la commémoration de sa disparition, mais aussi de rencontrer le petit-neveu de Yersin, ainsi que le témoin de l’époque. C’est seulement après cela que j’ai débuté mes recherches. Le film devait être terminé pour le 20 juin 2014, qui correspondait aux 120 ans de la découverte du bacille de la peste. Tout est allé très vite. » Très vite, mais avec un souci minutieux de s’approcher au plus près de la vie de Yersin. Recherches, tournages, interviews dans les pas de Yersin. En Suisse, en Allemagne, à Paris, au Vietnam…  Stéphane Kleeb a fait une large moisson documentaire, images du passé et images actuelles, interviews de personnes spécialistes de la vie de Yersin. Il a recueilli les témoignages de son petit-neveu Daniel Minssen, de l’ancien directeur général de l’Institut Pasteur, Maxime Schwartz, du conservateur honoraire du Musée Pasteur, Annick Perrot, d’un vétérinaire et microbiologiste vaudois, spécialiste de Yersin, Jacques-Henri Penseyres, mais aussi d’un témoin de l’époque, Dr Pierre Nguyen Trung Luong.

 

 

Le réalisateur qui mêle habilement ces témoignages,  nous offre un document de bout en bout passionnant, qui retrace fidèlement la vie, les découvertes de Yersin. 

 

Sa valeur pédagogique incontestable a été déjà reconnue dans le monde, puisque le film a été présenté dans toutes les grandes salles des universités de Hanoi, Nha Trang, Saigon et Hong Kong. Il passe actuellement dans toutes  les salles de cinémas de Suisse Romande. Et la presse s’en fait un écho enthousiaste.

 

Enfin, il est enregistré au festival d’Hanoi et Ho Chi Minh-Ville, 7ème festival européen-vietnamien du film documentaire qui se déroulera du 10 au 21  juin 2015*.

 



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


* Diffusion le vendredi 19 Juin 2015 à Hanoï auprès du "Studio national du documentaire et du film scientifique.

* Diffusion le samedi 20 Juin 2015 à HCMV auprès de l'Université Hoa Sen.



Propos de Annick Perrot - 08.04.2015

 

Article du journal "LE NOUVELLISTE" - 25.02.2015

Télécharger
Un documentaire retraçant la vie du médecin vaudois Alexandre Yersin, découvreur du bacille de la peste
Article paru dans le journal "LE NOUVELLISTE" du 25 Février 2015
Yersin Le Nouvelliste Sierre .pdf
Document Adobe Acrobat 3.7 MB

1 commentaires

Journée des associations du 6 Juin 2015


PROGRAMME DE LA 2EME JOURNÉE DES ASSOCIATIONS D’AMITIÉ AVEC LE VIETNAM

6 JUIN 2015 - Montreuil


La journée s’organisera en deux  temps :

 

-    La matinée sera réservée aux débats, discussions  dans la Salle des Fêtes dans 3 ateliers simultanés sur les grands thèmes suivants :

 

1) Santé – Humanitaire

2) Éducation - Francophonie

3) Développement - Environnement - Climat.

 

Une séance plénière suivra avec deux thématiques :

 

1) Comment promouvoir l’image du Vietnam sur l’élan de l’Année croisée ;

2) Quelle structuration en réseau pour les associations : création d’une plate-forme de recensement et d’échanges d’expertises, un portail internet commun ? Rôle de l’Ambassade, des autorités vietnamiennes et françaises.  

 

-    L’après – midi, ouvert au public dans le « Village des Associations » (sur l’Esplanade de l’Hôtel de Ville) sera le moment festif autour des stands des associations, au rythme de la musique, des chants et des danses et aux saveurs de la gastronomie du Vietnam.


0 commentaires

RIZ AMER - Synopsis

Film documentaire de 52 minutes

Coécrit et réalisé par Pierre Daum et Alain Lewkowicz

 

Entre 1939 et 1940, 20 000 travailleurs indochinois furent enrôlés de force par l’administration coloniale pour aider la «Mère Patrie» en danger. En 1941, alors que le risque de pénurie alimentaire gagnait la France, plusieurs centaines d’entre eux furent envoyés en Camargue pour produire «l’or blanc», le riz qui devait nourrir la France et faire la fortune des grandes familles arlésiennes.

 

Pourquoi cet épisode de l’Histoire est-il tombé dans l’oubli ? Le film de Pierre Daum et Alain Lewkowicz exhume ce passé avec les témoins d’aujourd’hui, des archives inédites, et lève un voile sur ce dossier enterré de l’époque vichyste.

 

En savoir plus cliquez ici I RIZ AMER

1 commentaires

CR de la visite à l'Ambassade du Vietnam


Monsieur Hao Tam Nguyên a remplacé au pied levé la Vice-Présidente d'AD@IY, madame Jeanine Deunff, qui était pressentie pour représenter l'association à cette soirée,  mais elle fut empêchée par un déplacement à Amsterdam.

L'accueil a été fait en personne par SE Nguyen ngoc Son*, le nouvel ambassadeur de la RSVN (photo de gauche*), et son épouse, SE Le Hong PHAN,  ainsi que l'attaché militaire.

Cela a été l'occasion de remettre en mains propres des documents, envoyés par Anna, à la Ministre Conseillère Me Nguyên Thi Bich Hué ( en robe rouge sur la photo de droite) qui fut également invitée à participer, le 9 mai prochain, à l'inauguration du bateau Yersin. Enfin, une longue conversation avec le Ministre Conseiller Duong Duc Dung permit de faire le point sur les différents sujets concernant les actions d'AD@lY

*le nouvel Ambassadeur SE Nguyên NGoc Son, lors de son discours pour commémorer les 40ème Anniversaire de la réunification du Vietnam (Avril 1975-2015).

0 commentaires

COLLOQUE A L’UNIVERSITÉ YERSIN - DALAT


UNIVERSITÉ YERSIN de Dà Lat

Crédit photo : Aëlle



Organisation du congrès scientifique sur le travail de recherche de vaccins

(par l'université de Dà Lat)

Traduit du Vietnamien par Thị Hằng Nga Nguyễn et Michaël Laurençon

Langue Française et Vietnamienne (ci-après)


Le matin du 18 avril 2015, l’université Yersin a organisé le congrès scientifique : « le travail de recherche de vaccins dans  la prophylactique (1) actuelle ». Ce congrès a reçu le soutien financier de l’entreprise SANOFI Pasteur.

 

 

Ceux qui participent au congrès : les partisans du docteur Alexandre Yersin - Khanh Hoa, les représentants de l’association AD@LY ( association des amis de Dalat sur les traces de Yersin), l’institut Pasteur de Dalat, le collège de médecine de Lam Dong, centre de médecine de secours de Lam Dong, l’université de CanTho…en ce qui concerne l’université de Dalat, il y a le professeur Truong Thanh Trung- secrétaire du parti, le vice- directeur, le chef et vice chef des salles, des départements de l’école et plus de 200 étudiants de l’université Yersin de Dalat.

Le vaccin est un produit fabriqué d’antigénie (2) qui sert à l’immunisation spécifique active afin d’augmenter la capacité de résistance du corps contre les agents infectieux. A plus des bienfaits de diminuer la proportion de maladies et de morts, d’aider les enfants à bien se développer physiquement et psychologiquement, le vaccin diminue aussi l’accès à d’autres maladies et les frais de soin médicaux.

 

Pendant le congrès, beaucoup de rapports ont relevé du rôle important du vaccin dans la prophylactique (1) actuelle. On peut citer quelques exemples : « vaccin dans la prophylactique du cancer de la gorge et de la matrice ou sarcome (Utérus)» rapport du docteur Hoang Cong Long - Collège de médecine de Lam Dong, « application de certains vaccins dans le programme de vaccination au Vietnam » rapport du docteur Do Van Chinh - université Yersin de Dalat…

Dans la liste des rapports scientifiques concernant la recherche de vaccins, il y en a encore qui parlent des contributions importantes du docteur Alexandre Yersin, comme chercheur, visant à trouver le vaccin contre la peste - une maladie qui, à un temps où elle n’était pas traitable, avait effrayé le monde entier.

 

Le congrès de cette date fut une occasion pour que les cadres, les professeurs, et les étudiants de l’université Yersin de Dalat comprennent mieux le rôle des vaccins et la recherche sur le sujet dans la prophylactique (1) actuelle. Ce qui représente la responsabili de l’école envers la communauté et crée des conditions adaptées pour que les étudiants du département de soins et de traitements se familiarisent avec les connaissances scientifiques et les mettent en pratique lors de leur apprentissage dans des conditions réelles d’exercice après leurs études.


 

Lire l'article en langue Vietnamienne I Article colloque du 18 Avril à Da Lat

 


1-Une prophylaxie désigne le processus actif ou passif ayant pour but de prévenir l'apparition, la propagation ou l'aggravation d'une maladie. Le terme fait aussi bien référence à des procédés médicamenteux qu'à des campagnes de prévention ou à des « bonnes pratiques » adaptées. ...

2-L’antigénie est une substance qui, introduite dans l'organisme, y engendre des anticorps.


Quelques instants ..


0 commentaires

INAUGURATION DU BATEAU YERSIN

Le bateau Yersin fait référence au médecin, bactériologiste et explorateur français, d'origine suisse, Alexandre Émile John Yersin. En savoir plus I Cliquez ici Alexandre Yersin

 

Le bateau Yersin est un projet d'envergure de François Fiat, dirigeant des magasins Franprix, dont les premiers croquis datent de 2002. Il a été mis à l'eau le 15 janvier dernier (2015) et sera inauguré le 9 Mai prochain (2015). Cette inauguration se fera en comité réduit dans un premier temps, composé notamment du personnel du siège du constructeur, la société PIRIOU, et de proches dont Anna, Présidente d'AD@lY, fait partie. Ceci veut dire qu'il est à prévoir une autre session inaugurale dans un proche avenir.

 

AD@lY, les amis de Dalat sur les traces de Yersin, dont le propriétaire du navire est membre, est partenaire et contributeur dans ce projet qui contribue à la mémoire de l'éminent scientifique ayant passé le plus long de sa vie au Vietnam.

A cette occasion, AD@lY sera accompagnée par les deux étudiants vietnamiens, en préparation de thèses en biotechnologie - pharmacologie et biologie, gagnants du prix offert par l'armateur à la tombola durant le fête du Têt le 21 Février 2015 : Le Thi Thu Hang et son époux Nguyen Quang Huy (vice-président de l'Association des étudiants vietnamiens de Montpellier).


LE BATEAU YERSIN à Concarneau (chantier Piriou) - Pointe du Cabellou

25 Janvier 2015
Crédit photo : TOILAPOL - www.arctique-antarctique-hurtigruten.blogspot.fr


Fiche technique :

  • Longueur : 77 mètres
  • Largeur : 13 mètres
  • Déplacement : 2.300 tonnes en charge
  • Capacité : 20 passagers et 20 membres d’équipage
  • Veritas Class, Ice Classe 1C
  • Propulsion électrique avec un système Schottel
  • Navire écologique et propre classé Clean Ship

LE BATEAU YERSIN en (projection d') expédition

Crédit photo : DR - www.helicesnews.fr


Télécharger
Le "SuperYatch" d'exploration et de recherche dans "A latter day TinTin"
Article et entretien avec François Fiat à propos de l'histoire, des spécifications et des futures missions du bateau "Yersin".
Article en anglais paru le 16 Mars 2015
Article de The Superyacht Owner magazine
Document Adobe Acrobat 4.1 MB

RETOUR SUR la journée du 9 Mai


Autour de la maquette du YERSIN

 

  • Pascal Piriou, PDG de Piriou (à gauche)
  • Capitaine Jean Dumarais
  • François et Geneviève Fiat
  • Geneviève Minssen et Anna (à droite)

Autour de la maquette du YERSIN en porcelaine*


  • Pascal Piriou, PDG de Piriou (à gauche)
  • Capitaine Jean Dumarais
  • Geneviève Fiat
  • Geneviève Minssen
  • Anna
  • François Fiat (à droite)

*dont des exemplaires de différentes tailles furent offerts en remerciement aux contributeurs dont Anna/AD@IY


D'autres instants...



Le livre d'or spécial d'AD@IY pour cette journée d'inauguration



COMPTE RENDU DE LA JOURNÉE par NGUYEN Quang Huy (étudiante gagnante de la tombola)

Langue : Vietnamienne


Trở về sau chuyến tham quan tàu Yersin tại Concarneau với hành trình 3 ngày 2 đêm, dù khá mệt nhưng gia đình mình còn nguyên cảm giác vui tươi và hạnh phúc vì đã may mắn có mặt trong sự kiện này.


Đến với tàu Yersin như một sự tình cờ nhưng...


Téléchargez le document ci-dessous pour lire la suite

Télécharger
TAu YERSIN
tau Yersin.pdf
Document Adobe Acrobat 807.3 KB

Objectif Malte pour le Yersin !


Cette inauguration a été organisée par François Fiat et Pascal Piriou pour remercier tous ceux qui ont construit ce fabuleux bateau.

 

Après son inauguration du 9 Mai, le "Yersin", successeur moderne du prestigieux (Cliquez sur) Calypso, est parti vers Malte et sera baptisé à Monaco par le Prince vers le 20 juin ...

 

Ce navire est avant tout une aventure humaine au delà de la prouesse technique, qu'AD@IY suit depuis le début du projet. L'association, soutien inconditionnel de la mémoire de l'éminent scientifique de l'institut Pasteur établie au Vietnam, avait d'ailleurs était contactée par son heureux propriétaire, François Fiat, il y a plusieurs années pour contribuer à son élaboration.

AD@IY dit toute son admiration et sa reconnaissance à François Fiat et son épouse Geneviève, au PDG du chantier Pascal Piriou et au capitaine du bateau Jean Dumarais.

 

 ---------------------------------------------------------------

 

Lors de l'inauguration les prises de parole ont été entrecoupées de silences, de voix étranglées par l'émotion...Un chantier de 5 ans...une équipe soudée , dévouée et compétente !

A bientôt sur les eaux Yersin !


Voir ci-dessous des extraits du baptême


Une vague de soutiens pour la Tunisie

 

L'après

SOIRÉE TUNISIENNE

-

Égaux, Différents et Unis

 

Si un bilan devait être fait en un seul mot, on pourrait dire que la soirée aura été un "succès". Un succès d'amitié, où une première vague de soutiens vient de gagner le rivage de l'unité pour l'égalité et le respect de la différence ! Nous vous remercions vivement !

 

La deuxième vague s'annonce déjà !

 

-
Lire plus bas



 

 


 

 


LA TUNISIE AU CARREFOUR DE SON AVENIR


Avec Jean-Paul Pellissier et Hatem Belhouchette (experts en développement agricole et rural), Mohamed-Lakhdar Ellala (économiste, président de l'ATF) et Hatim Jaïbi-Riccardi (écrivain et poète). Suivi d'un concert de musique tunisienne à 20hres30.

 

 

Rendez-vous à Montpellier*

Le 25 Avril 2015

 

A Gazette Café

Entrée libre 

 


6 rue Levat

 

Situé à 100m de la gare

Plus d'infos au : 0467590759

 

*Vous pouvez télécharger votre invitation ci-dessous

 

 

 

Télécharger
Carton d'invitation à la Gazette Café de Montpellier
Carton d'invitation.pdf
Document Adobe Acrobat 304.0 KB

AU PROGRAMME


-18H - DÉBAT : “La Tunisie au carrefour de son avenir”


-20H - DÉGUSTATION de pâtisseries tunisiennes.


-20H30 - MUSIQUE TUNISIENNE.

Information sur Facebook I Cliquez ici Soirée tunisienne


QUELQUES INSTANTS DES PRÉPARATIFS...



tram du débat


OBJECTIFS


  • Inciter les gens à visiter la Tunisie et plus spécifiquement ses zones rurales.


SOUS-OBJECTIFS


  • Relativiser les attentats du Bardo (le terrorisme est un ennemi international, les terroristes aujourd’hui peuvent frapper dans n’importe quelle ville et à n’importe quel
    moment)


  • Inciter les gens à vaincre la peur, encourager les Tunisiens à mieux communiquer sur le potentiel des régions rurales.


Téléchargez la trame complète ci-dessous


Télécharger
Trame du débat
Trame du débat du 25 Avril 2015 - Gazett
Document Adobe Acrobat 235.3 KB

Retour en images sur la soirée a la gazette café



SOIRÉE TUNISIENNE AU RESTAURANT EL WALISSE


SOIRÉE TUNISIENNE

Égaux, Différents et Unis

3 AVRIL 2015

 

Vous êtes invitez à y participer*

 

-

 

En soutien à la Tunisie, suite aux derniers évènements difficiles dans le pays, une soirée est organisée au nom de la solidarité francophone et française avec le peuple tunisien par l'ambassade de Tunisie et parrainée par AD@lY.

 

Rendez-vous le Vendredi 3 Avril 2015 !!!

Restaurant El Walisse à Paris 13 à 19hres45



RESTAURANT EL WALISSE (Paris, 13ème arrondissement)

[ 5 avril 2015 ]



A LA NOUVELLE FACULTÉ DE MÉDECINE DE MONTPELLIER


INAUGURATION DE LA NOUVELLE FACULTÉ DE MÉDECINE (Campus Arnaud de Villeneuve, Montpellier)
[ 8 avril 2015 ]



Anna et le Doyen Jacques Bringer, l'architecte Michel Pontes et le Préfet Pierre de Bousquet ...

...le Doyen Jacques Touchon, le Doyen Solassol et le Professeur Daniel Grasset, apportant leurs soutiens à la Tunisie.


A LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE SOUSSE EN TUNISIE


GALA POUR LE 40EME ANNIVERSAIRE DE LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE SOUSSE
[ 10 avril 2015 ]


Anna (Owhadi-Richardson) fut l'Invitée de son ami le doyen Ali Mtiraoui pour fêter le 10 avril le 40ème anniversaire de la faculté de médecine de Sousse, où elle a enseigné pendant 6 ans, dans le cadre de la coopération franco-tunisienne.

Anna : "Une journée inoubliable avec les jeunes étudiants qui représentent l'espoir du monde de demain, retrouvailles avec d'anciens collègues de Paris, Lyon, Montréal, Marrakech, Alger entre autres..."

Anna avec le Doyen Ali Mtiraoui et Raynald Pinault


...AUTRES INSTANTS ET RENCONTRES DURANT LE GALA...



Anna signe le livre d'or du 40ème anniversaire de la faculté de médecine de Sousse


SOIRÉE DE FONDATION DE L'ASSOCIATION "Pont méditerranéen de solidarité"

(durant un) COUSCOUS DE L’AMITIÉ AVEC LA TUNISIE CHEZ ANNA

[23 Mai 2015]



0 commentaires

Soirée Tunisienne - Égaux, Différents et Unis

SOIRÉE TUNISIENNE

Égaux, Différents et Unis

3 AVRIL 2015

 

Vous êtes invitez à y participer*

 

-

 

En soutien à la Tunisie, suite aux derniers évènements difficiles dans le pays, une soirée est organisée au nom de la solidarité francophone et française avec le peuple tunisien par l'ambassade de Tunisie et parrainée par AD@lY.

 

Rendez-vous le Vendredi 3 Avril 2015 !!!

Restaurant El Walisse à Paris 13 à 19hres45

 

*Voir document ci-joint pour réserver

Possibilité de le télécharger en bas de cette page

Télécharger
Invitation à la SOIRÉE TUNISIENNE "Égaux, Différents et Unis"
Soirée Tunisienne - ÉDU.pdf
Document Adobe Acrobat 457.5 KB
0 commentaires

Le pèlerinage


Le premier mars 2015 a eu lieu, sur la tombe de Ong Nam, un pèlerinage des étudiants de l'Université Yersin de Dalat



Ci dessous, la lettre de remerciement du recteur de l'université de Dalat pour le parrainage et le financement d'AD@lY pour le premier pèlerinage des étudiants de l’université sur la tombe de Yersin le 1er mars 2015.


Et quelques photos de l'événement transmises par Nicolas Leymonerie

 


20 mars 2015

Télécharger
Le Programme de la journée du 20 mars 2015
Dernière version ..
programme 20 MARS ADALY.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

Rencontre de cultures francophones

 

 

8h30 - Accueil - Anna Owhadi-Richardson, présidente de l’association AD@lY et

 M. Jean-Luc Demortier, proviseur du lycée Georges Frêche

Modérateur : Paul Marcel Lemaire auteur de l’ouvrage
Communiquer pourquoi faire ?, Editions du cerf, 2011.

Intervention + discussion

9h00 - Message de Michaëlle Jean J’ai à coeur ma planète

 

Illustrations AD@lY : La grande couverture solidaire des victimes de l’agent orange. Le bateau Yersin de François Fiat.

 

9h15 - Arnaud Galy, présentation de Agora francophone, Année francophone internationale et Zig Zag


9h45, PAUSE


10h - Université Yersin de Dalat (visioconférence) Nicolas Leymonerie et Nguyen Thi Bich Tram

 

10h30 - Philippe Bachimon, Professeur à l’université d’Avignon - IRD de Montpellier.
La recherche universitaire francophone dans le domaine du tourisme.


10h45 - Pr. HENN Francois,Vice président de l’université de Montpellier - Vice président délégué aux relations
internationales


11h - Franck le Cars et Marie Gola, présentation de la revue « Florilège » - Académie de Montpellier

 

11h15 - Maxime Del Fiol, Enseigner les littératures francophones :
une ouverture nécessaire à la diversité culturelle en français

11h30 - Maratchia Clarisse, Magazine Langue et cultures françaises et
francophones LCFF.


11h45 - Gérard Ribot, président de l’Alliance Française de Montpellier – FLE.fr

 

 

 

12 h Déjeuner : Gastronodiplomatie

 

Francophonie et économie

 

14h00 - Introduction : rapport de Jacques Attali et Pouria Amirshari

 

14h30 - Montpellier Business School, contribution au rayonnement international de la France ?

Seng Bisiou, Chargée de Mission Développement Asie - Coordination de recrutement international

 

15h20 - Intervention Clare Hart, présidente de ILO et FACE Hérault


15h40 - Intervention, André Deljarry président de la CCI de Montpellier

 

15h00 - Francophonie économique oui, pour l’Indochine et l’Asie et comment.

Prof J. Nguyen Thái Son ( ancien diplomate sciences pô (IEP) - Président d’Interface Francophone Paris

 

16h - Le tourisme Francophone comme vecteur de développement économique en Indochine. S.E Truong Mealy, Secrétaire général d ‘Interface Francophone Paris.

 

16h20 - Une aide en faveur du maintien de la francophonie

Thithat Peel, Consultante pour le  Haut Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (UNHCR),en Asie, Experte Internationale pour l’Union Européenne, programme du développent au VN

 

 

16h40 - 17h00 - Temps de partage, questions/réponses

 

17h00 - 17h30 - Discours de clôture.

 



0 commentaires

Rapport Attali sur la francophonie économique

Télécharger
Compress_Rapport-Jacques-Attali-la-franc
Document Adobe Acrobat 7.3 MB
0 commentaires

Têt 2015 à Montpellier


INTERVENTION DANS LES STUDIOS DE RADIO AVIVA (MONTPELLIER)

"Magazine  de la rédaction" - Émission du mardi 21 Février 2015

Entretien avec Anna Owhadi Richardson et Ut Dông Thach Président de l'AEVM*

 

Pour réécouter ou télécharger l'émission I Cliquez ici Fête du Têt - Montpellier - AVIVA

*Association des Étudiants Vietnamiens de Montpellier


L'heureuse gagnante de la tombola est Le Thi Thu Hang, étudiante. Elle sera accompagnée dans son voyage vers le Bateau Yersin par son mari, Nguyen Quang Nhuy, vice Président de l'AEVM.

 

A gauche, monsieur François Fiat et notre Présidente, Anna.


1 commentaires

Le Bateau Yersin ..

Et vogue le Navire ..

 

François Fiat avec AD@lY dont il est membre. Il nous a honoré de sa confiance et sollicité le réseau d'AD@lY dont les descendants de Yersin pour la démarche du nom du savant à attribuer au navire.

  • Premier contact avec la Présidente d'AD@lY par l'avocate Corinne Thierache le 23 octobre 2013
  • Première visite de François Fiat et de son épouse Geneviève à Montpellier le 30 nov 2013
  • Première présentation du projet le 2 mai 2014 à Montpellier à Pierres Vives à l'occasion de l'Année croisée Vietnam France coïncidant avec le 20 ème anniversaire de notre association en présence de l'ambassadeur du Vietnam Duong Chi Dung et de la fille de notre parrain fondateur Raymond Aubrac , Élisabeth Helfer Aubrac.
  • Il a offert la paella à la villa Dalat en me défendant de le remercier en public ....!
  • 26 septembre 2014 : Le secret est officiellement levé à Monaco . Francois Fiat est ambassadeur de la Belle Classe du Yatch Club de Monaco présidé par le Prince Albert 1 er.
  • Je serai présente en Janvier au chantier Piriou en Bretagne et en Mai 2015 à Monaco pour l'inauguration...Yersin ne sera plus un inconnu et notre Association qui se bat depuis 20 ans pour le faire connaître pourra mettre la clé sous le paillasson !
2 commentaires

Raprochement ZigZag-AFI

0 commentaires

Raymond Aubrac, Ho Chi Minh, et les travailleurs indochinois

Par Pierre Daum

Pendant plus de 60 ans, Raymond Aubrac va entretenir une relation extrêmement privilégiée avec le leader nationaliste Ho Chi Minh, et va ainsi jouer un rôle important, quoique discret, dans les relations entre le président vietnamien et les puissances françaises et américaines.

A l'origine de cette relation exceptionnelle se trouve un minuscule détail de la vie tellement mouvementée de l'ancien résistant français. Il s'agit d’une affaire qui m'a pris 30 minutes. Mais ces 30 minutes ont changé ma vie ! Nous sommes à l'été 1944, à Marseille. Raymond Aubrac vient d'être nommé commissaire de la République par le général De Gaulle. Il est chargé de restaurer l'ordre républicain français en Provence. Parmi les 100 dossiers urgents qu'il doit traiter chaque jour, on lui signale des difficultés dans le camp indochinois de Mazargues. En 1939, l'État français avait fait venir 20 000 paysans vietnamiens en France pour servir comme ouvriers dans les usines d'armement. 15 000 d'entre eux étaient restés bloqués en métropole pendant toute la durée de la guerre, internés dans différents camps du sud de la France. 2000 d'entre eux se trouvaient toujours à Marseille, dans le quartier périphérique de Mazargues.

 

Dans la biographie que Pascal Convert a consacrée à Raymond Aubrac, sont reproduits les propos suivants : Ce camp m’a occupé en tout une demi-heure. Un jour, on m'a signalé une situation absolument intolérable de trafic de la part des dirigeants du camp. Marché noir avec les rations de riz, prostitution, jeux, et une mortalité très importantes. J'ai envoyé quelqu'un de mon cabinet vérifier. Et il est revenu quelques heures après en me disant : C'est vrai, c'est intolérable ! Alors j'ai seulement fait ce que n'importe quel administrateur aurait fait à ma place. J'ai mis les dirigeants du camp en prison et je les ai remplacés par des honnêtes gens. J'ai décidé qu'on demanderait aux Vietnamiens d'élire un comité consultatif qui participerait aux décisions d'organisation de leur camp. C'est l'origine d'aventures qui durent depuis plus de 60 ans.1

Comment refuser l'hospitalité à un hôte si prestigieux ? Au premier jour du mois d'août, Ho Chi Minh s'installe dans la maison des Aubrac. Tous les jours, midi et soir, ses ministres et amis viennent lui rendre visite, partageant les repas. Au bout de deux jours, l’intendance ne suit plus. Raymond Aubrac se permet d'en aviser son hôte : Monsieur le président, Lucie va bientôt accoucher, je ne peux pas lui demander de faire la cuisine à un tel rythme… Le soir même, le président Ho Chi Minh faisait venir le patron d'un petit restaurant vietnamien du cinquième arrondissement, qui s'installa à demeure chez les Aubrac. Depuis ce jour, Lucie n'eut plus à mettre les pieds dans la cuisine.

Le 15 août, Élisabeth naissait. Pour le plus grand plaisir de ses parents, le président Ho Chi Minh demanda à en être le parrain. Depuis ce jour-là, malgré une situation terrible de guerre au Vietnam, Élisabeth reçut chaque année pour son anniversaire un cadeau personnel du président Ho Chi Minh.

Pierre Daum, mai 2014

 

Journaliste au Monde diplomatique, Pierre Daum est l’auteur de Immigres de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952), Actes Sud 2009.

 

Pour plus d’informations sur l’histoire des travailleurs indochinois : www.immigresdeforce.com

___________________

1Pascal Convert, Raymond Aubrac, Résister, reconstruire, transmettre, Paris, Seuil, 2011, page 308.

 

0 commentaires

2014 Année du Việt Nam en France

 

Montpellier le 2-3 Mai 2014

Pierres-vives

20 ans

1994-2014

 

 

 

 

 

 

 2014 Année croisée Việt Nam France, fête 40 ans de relations diplomatiques.

 

2013, Année croisée France Việt Nam a coïncidé avec le 150 ème anniversaire de la naissance de Yersin, le 70 ème anniversaire de sa mort et le 120 ème anniversaire de sa découverte du site de la ville de Đàlạt .

A Montpellier, dans le bel écrin de Pierres Vives, AD@lY Les Amis de Đà Lạt sur les traces de Yersin

est honorée de contribuer à cet hommage concordant, clin d'œil du hasard, avec la date de l'anniversaire des 20 ans de l'Association créée en Mai 1994 et parrainée par Raymond Aubrac.
Ces Rencontres sont aussi placées dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie que AD@lY fête tous les 20 mars depuis 1998 avec ses partenaires. Date reportée en raison des élections municipales.

Un forum francophone pour réunir les amoureux de la langue française et des valeurs qu'elle incarne.

Puisse ces Journées impulser un partenariat de codéveloppement solidaire entre la France et le Việtnam et tout particulièrement entre Montpellier et Đàlạt ... sur les traces de Yersin à l'heure d'Internet.

 

 

Programme du Vendredi 2 mai 2014

 

Matin

Après-midi

De 9h à 10h30

2014 Année croisée Vietnam France

  • Le Vice-Président du Conseil Général chargé de la Culture, Jacques Atlan, AD@lY, sa  Présidente, le Pr Daniel Grasset et le Dr Paul Louis Audat, accueillent SEM Dương Chí Dũng, Ambassadeur du Việt Nam en France en présence de Madame Helfer Aubrac, filleule de Ho Chi Minh ainsi que de son époux,  Jean-Pierre Helfer.
  • Liaison Video à 10h00 avec HàNội et ĐàLạt.(15h au Vietnam)

 Animation des deux journées :

Chants : Bonjour Việt Nam et Đà Lạt Xa Nhau par Nguyễn Thị Bích Trâm.
par les étudiants de l'AEVM1(M.Trần Văn Giang) Chant : Phú Nước Non par Nguyễn Văn Phụng, Chorale : Đêm Trường Sơn

-----------------------------------------

1 Association des étudiants Việt Namiens de Montpellier

De 14h00 à 15h30

ĐàLạt hier aujourd'hui et demain

Dat aliis laetitiam aliis temperiem .

Table ronde animée par la Présidente d'AD@lY.

  • Axes de coopération présentés par les autorités du Lâm Đồng (DVD).
  • Anniversaire de 120 ans de la découverte du  site par Yersin (décembre 2013).
  • Liason vidéo à 15h00 avec Eric Jennings.(08h00 du matin à Toronto) qui présente son ouvrage : La ville de l'éternel printemps (comment Dalat a permis l'Indochine française).Contribution du colonel Paul de Lartigue

    Président Honoraire de la Société des Membres de la Légion d’Honneur

  • Rapport Pôle agronomie de Jean Robert par Jean Paul Aeschlimann.
  • Masterplan pour ĐàLạt 2020/2030/2050 : Thierry Huau. Interscene.

De 10h30 à 11h00    Pause

De 15h30 à 16h00   Pause

De 11h00 à 12h30

Anniversaire de 20 ans d'AD@lY,

Bilan et perspectives

  • Hommage à ceux qui nous ont quitté :
    • Raymond Aubrac, Parrain fondateur de l'association.
    • Pasteur Daniel Bordreuil,
    • Jean Robert, pôle Agronomie,
    • Claire Goyer (DLF Bruxelle Europe) ...
  • La Couverture solidaire des victimes de l'Agent Orange
    • histoire de Minh Lộc. avec la participation de André Bouny et Jacques Finieltz (Maison de retraite protestante).
  • Francophonie, colloques et publications. Anna Owhadi Richardson,  Jean-Louis Meunier Jeannine Deunff, Paul-Louis Audat ...

De 16h00 à 17h30

Qui êtes vous Alexandre Yersin ?

  • Circuits sur les traces de Yersin mars 2013. Avec l'Académie des Sciences d'Outre Mer en mars 2014 rapport de Madame Jeanne-Marie Amat-Roze présenté par Yves Gazzo.
  • Du projet ASE au navire Yersin, François Fiat.
  • Timbres Yersin ( Jean Pierre Lonati ) et exposition philatélique par Geneviève Minssen.
  • Application numérique YERSIN, Nicolas Leymonerie.
  • Peste et Choléra de Patrick Deville. Prix Femina 2012.
  • De 17h30 à 18h30 Projection, du film de Alain Tyr, A la rencontre du dragon et des nuages.

Festival Hérault Trait Libre 2014 : les participants ont le privilège d'admirer les 200 dessins de presse du monde exposés à Pierres Vives jusqu'au 31 juillet. Thème : Les femmes. Cartooning for Peace, Conseil Général de l'Hérault et le Club de la Presse du Languedoc Roussillon.

 

 

 

 

 

 

Programme du Samedi 3 mai 2014

 

Matin

Après-midi

De 9h00 à 10h30,Accueil par M. Pierre Maurel, Vice-Président du CG de l'Hérault,

animé par Jean Kouchner

Hommage à la Francophonie ,

Message de Abdou Diouf  pour la Journée internationale de la Francophonie 2014
  • M. le député Pouria Amirshahi, Pour une ambition francophone.
  • Liaison video de Hànội avec Anissa Barrak (OIF Asie-Pacifique) , et Nicolas Leymonerie de ĐàLạt.
  • Table Ronde avec :
    • Guy Dugas Université Paul Valéry, représente AFI 2013 /14, Paul Blanc, Pierre Boucat, Philippe Bachimon, Nguyễn Thị Bích Trâm (Université Yersin), Pemmy Bordreuil (Alexandre de Rhodes). Maryse Florentin (Ecole les Oliviers) et Gérard Straumann (Lycée G. Pompidou).
    • Les Associations d'amitié franco-vietnamienne locales et nationales (UGVF, UJVF AAFV).

De 14h00 à 15h30
Vers une Coopération économique de codéveloppement :

liaison video à 14h00 du Việtnam (19h00)

  • Economie et développement, Table Ronde
    • Phạm Gia Huyền, Les contributions de la diaspora, quelques projets d'avenir.
    • Jean-Charles Bagneris, Sup de Co. Business School de Montpellier,
    • Clare Hart représente la CCI de Montpellier
    • Représentants des relations Internationales du Comité Populaire du Lâm Đồng
    •   Tran Bang ...
    • Christian Guichard, Authentication Industries.
  • Tourisme. Sport. Gastronomie, Table ronde, animé par Pascal Filippi,
    •  Jacques Pourcel (Le jardin des sens ),
    • Hervé Benoît (FISE).
    • Nguyễn Hảo Tâm, relations internationales AD@lY et World-Bays (Bruno Bodard).

De 10h30 à 11h00   Pause

De 15h30 à 16h00

Clôture des journées Việtnam-France.

  • Lam Sơn Võ Ðạo (Art martial vietnamien) par Maître Trần Văn Ba Jacques et Nael Lepêtre, Médaille d'or 2014 au championnat de France de Viêt Võ Ðạo.
  • Danse de la Licorne.

De 16h00 à 17h30

Assemblée Générale d'AD@lY

  • Mise à jour des statuts et renouvellement du Bureau, comission des projets.
  • Participants : les adhérents et invités.

De 17h30 à 18h30 Projection du

  • Film de John Trinh Agent orange 30 ans après
  • Film Thuy An, messagère de la paix
    (l'UJVF)

De 11h00 à 12h30 Animé par Pr Daniel Grasset

Coopération santé ...sur les traces de Yersin. Bilan et perspectives

  • Dr Luong Cân Liêm,
  • Dr Paul-Louis Audat
  • Pr Jean Pierre Dedet représente M. Philippe Domy directeur du CHRU de Montpellier.
  • Pr Jacques Touchon, représentant le doyen Jacques Bringer
  • Dr Alain Gary Bobo,
  • Dr Gilles Roche ...
  • Dr Vu Ngoc Quynh, Dr Benoit Gaumer

Programme susceptible de modifications

 

3 commentaires

La Francophonie, c'est la fête

Fete de la Francophonie à Canet
Fete de la Francophonie à Canet

Les élèves de CM2 de l'Ecole

Les Oliviers de Canet

fêtent la francophonie avec AD@lY

 

25 mars 2014 www.20mars.francophonie.org

 

 

Sur l'initiative de Maryse Florentin, membre d'AD@lY, ex directrice de l' Ecole Les Oliviers de Canet ( Hérault ), les élèves de CM2 ont fêté la Journée internationale de la francophonie le mardi 25 mars .

  • Merci à la directrice Sabine Rousseau pour son accueil chaleureux et son implication.

  • La séance est animée par le Dr Anna Owhadi Richardson, Présidente de l'Association avec Nguyen Thi Bich Tram, première étudiante francophone de l'Université Yersin de Dalat en stage à Montpellier, Kim, 12 ans élève en 6 ème au Collège Frédéric Mitterrand de Clapiers qui a assisté en décembre 2013 à l'anniversaire de 120 de la découverte du site de la ville de Dalat par Alexandre Yersin, et Gilbert Doan Van Hay, Secrétaire d'AD@lY.

  • Les élèves, curieux et enthousiastes découvrent Yersin, comment il a découvert le bacille de la peste, le Vietnam où il a vécu un demi siècle et où il est enterré à Nhatrang.

  • Il leur est conseillé de lire son roman biographique Peste & Choléra de Patrick Deville, prix Fémina 2012 réédité dans la collection Points.

  • Ils sont surpris par l'écriture Vietnamienne phonétisée par Alexandre de Rhodes.

  • Bich Tram lit la version en vietnamien de la cigale et la fourmi des Fables de la Fontaine traduite par Nguyen Van Vinh rééditée à l'Harmattan par AD@lY avec la préface de Abdou Diouf.

  • Ils découvrent le rayonnement de la langue française dans le monde, le rôle de l'Organisation Internationale de la Francophonie et le site www.20mars.francophonie.org

  • Rendez vous est pris pour le 2 et 3 mai à Pierres Vives pour la fête de la francophonie en hommage à l'Année croisée Vietnam France coïncidant avec le 20 ème anniversaire d'AD@lY.

  • Ils travaillerons sur le slogan de la francophonie :

    Égaux Différents Unis

  • Sur le slogan des Écoles Vietnamiennes

    Tien Hoc Le, Hau Hoc Van :

    Apprends d'abord la politesse, tu apprendras à lire après.

 

Leurs travaux seront exposés, des prix remis par l'ambassadeur SEM Duong Chi Dung.

Cette expérience est à renouveler et à généraliser ....AD@lY est à la disposition des enseignants.

 

 

0 commentaires

Journée Internationale de la Francophonie

Cette année, AD@lY fêtera la Journée Internationale de la Francophonie le 2 et 3 mai 2014 à Pierres Vives après les  Municipales selon le souhait de l'ambassadeur du Vietnam en France SEM Duong Chi Dung qui nous honorera de sa présence. Ces journées intitulées

 

Hommage à l'Annee croisée Vietnam France et

20 ème anniversaire de AD@lY

 

Le programme parrainé par l'OIF avec la présence de Anissa Barrak, directrice du Bureau Asie Pacifique de l'OIF sera en ligne sur www.adaly.net début avril.
AD@lY remercie M.Pierre de Cocatrix, Directeur de Cabinet de l'OIF pour son appel téléphonique hier pour soutenir nos efforts dans une conjoncture économique difficile.

Préparation

Ces journées sont préparées avec l'aide des étudiants de l'AEVM, en particulier avec celle de Nguyen Thi Bich Tram première étudiante francophone de l'Université Yersin de Dalat en stage à Montpellier.

PS Pour plus de détails, glisser la souris sur les photos.


Rapport Pouria Amirshahif

Télécharger
Rapport de Pouria Amirshahi à l'Assemblée Nationale
rapport-amirshahi.pdf
Document Adobe Acrobat 3.4 MB
Télécharger
Principales propositions
Principales propositions pour une ambiti
Document Adobe Acrobat 325.0 KB

Fête des Fleurs 2014

Pour la fin de l'année et le jour de l'an, Anna* est allée faire la fête à Dalat sur l'invitation des organisateurs de la Fête des Fleurs. Vous trouverez ci-dessous quelques photos de son périple ..

 

______________

*Anna Owhadi-Richardson, présidente d'AD@lY

2 commentaires

Semaine Française à Dalat

Dans le cadre de l'année croisée Vietnam-France, Débute lundi 9 décembre 2013 la semaine francaise.

Nos amis de Dalat pourront en particulier profiter de :

  • Lundi 16h Inauguration
  • Lundi 19h début du festival du film de Dalat avec la projection de 2 films :
    • De vrais mensonges
    • Un plan parfait
  • Mardi 19h Suite du festival du festival du film :
    • Intouchables
    • The Artist
  • Mercredi 18h présentation et signature du livre de Patrick Deville par son auteur*
  • Jeudi Présentation de l'exposition photo de Sébastien Laval.
  • Dimanche 19h30 Musique et théatre

* Le détail des présentations de P. Deville peut être trouvé sous ce lien


0 commentaires

Typhons 2013 ..

  L' Association Les Amis de la Croix Rouge Vietnamienne

 

Nous communique l'appel suivant :

 

 

Télécharger
Appel Typhons 2013
CRV Typhon 2013.pdf
Document Adobe Acrobat 127.7 KB
0 commentaires

Décembre 2013, la fête

9 au 15 décembre 2013 : Semaine Française au Vietnam

  • Patrick Deville présentera la version vietnamienne de "Peste & Choléra"
  • 27 décembre 2013 au 2 janvier 2014 : 120 ème anniversaire de la ville de Dalat
  • Premier festival du patrimoine UNESCO au Vietnam Asean
  • 5 ème Festival des fleurs

Le site officiel

0 commentaires

Montcayos

Il portait l’Ancre d’Or

Présentation

 

L’album qu’a consacré Christian Chambon à la carrière et plus encore à
l’œuvre de son père, le médecin colonel Marcel Chambon, des troupes coloniales,
est exemplaire à de nombreux titres.
Sur le plan scientifique d’abord, où, à l’aide de très nombreux documents, il
permet de retracer le travail en profondeur mené par les médecins du service de
santé, en majeure partie formés au Pharo.
Sur les pas du docteur Jamot, le vainqueur de la maladie du sommeil,
nous suivons une équipe de jeunes médecins tropicalistes, une véritable bande
soudée par le sens de la mission et les enjeux de la santé publique alors en pleine
évolution, dont les destins se croiseront sur toutes les routes de ce qui forme alors
l’Empire français.
D’Afrique centrale au Tonkin, de Madagascar à l’Afrique du Nord, la
carrière du docteur est aussi celle d’un soldat, tantôt détaché auprès des services
sanitaires et médicaux tantôt servant en corps de troupes, le plus souvent auprès
des unités de tirailleurs. À partir de 1943, ce sont les dures campagnes pour la
libération de la France et de l’Europe au sein de la glorieuse 9ème division
d’infanterie coloniale, puis dès 1945 les opérations qui tentent de ramener
l’Indochine dans l’espace de l’Union française. Reprenant alors des fonctions
hospitalières à Hanoï puis au Laos, sur lesquelles le livre apporte des témoignages
nombreux et inédits, Marcel Chambon est admis dans les réserves du service de
santé colonial en 1949 avant de commencer une seconde vie de praticien, toujours
au service de l’autre et des plus démunis, à Bordeaux.
Livre scientifique autant que véritable roman d’aventure, les documents -
textes tirés de sources officielles et privées, carnets de route, extraits de presse,
cartes et photographies originales, objets souvenirs, décorations... - précieusement
rassemblés et sauvegardés par Christian Chambon constituent un bel hommage
filial mais surtout une parfaite illustration de ce que le travail de mémoire, pris
dans son sens le plus littéral et finalement le plus juste nous apportent.
Pas d’interprétations, pas de plaidoyers pro domo ou anachroniques,
simplement les faits et documents rassemblés et remis dans le bon ordre pour
préserver et transmettre l’engagement d’un homme, d’un médecin, à tous ceux, et
ils sont de plus en plus nombreux, qui s’attachent à l’histoire outre-mer dans toute
sa diversité, toute sa complexité, toute sa richesse.

 

Eric Deroo.
Auteur, réalisateur, chercheur associé au CNRS




0 commentaires

Daniel Bordreuil ..

Quelques pensées

Le chant de la scie musicale s'est arrété car Daniel nous a quités.


Il fut pour moi un époux très aimant, toujours courtois, d'une grande loyauté.
Depuis plus de soixante ans nous avons été de vrais amis tout en étant très différents, nous nous complétions. Ses 5 enfants, il les a de tout coeur aimés, chacun, chacune, ainsi que les 11 petits enfants que Dieu nous a donné. Notre famille a grandie de belles filles, de beau-fils qui avaient tous leur place dans son cœur.
Tout jeune homme, il a senti un fort appel pour aller au Vietnam en tant que missionaire français pour apporter la bonne nouvelle de l'amour de Dieu en Jesu Christ, Dieu le fils.
Je l'ai accompagné durant toutes ces années dans beaucoup d'endroits et pays différents et Dieu nous a grandement benis
Aujourd'hui, Daniel nous a quités. Le chant de la scie s'est tu car Daniel n'est plus.
Mais je sais que le Seigneur prend soin de lui et qu'un jour je le reverrai là haut

Pemmy Bordreuil, son épouse

Son verset préféré : Romains : 28
Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu

1 commentaires

Vo Nguyen Giap

Géneral Giap
Général Giap, Image du journal Le Monde

Hommage d'AD@lY au Général Vo Nguyen Giap

 

Le Général Vo Nguyen Giap, brillant stratège, vainqueur de Dien Bien Phu, père de l'indépendance du Vietnam est un artisan de la paix...Il l'a encore prouvé jusqu'à la dernière minute de sa vie en choisissant de tirer sa révérence à Hanoï à 102 ans le 4 octobre 2013, Année croisée France Vietnam.

Cette année symbolique fêtant le 40 ème anniversaire des Accords de Paris, cette année croisée France Vietnam qui va consolider les liens amicaux entre les deux pays après avoir pansé les plaies d'une longue guerre fratricide.

Il nous invite à tourner cette page de l'histoire et de regarder l'avenir avec sérénité dans un esprit de réconciliation et de reconstruction. Un partenariat de codévelopement gagnant gagnant, dans le respect des valeurs de la francophonie à l'heure d'Internet :

Nous sommes égaux , bien que différents , restons unis !

Clin d'œil du destin 2013 fête aussi le 150 ème anniversaire de la naissance d'Alexandre Yersin salué par l'émission commune des deux pays par quatre beaux timbres avec son portrait avec en toile de fond, l'Institut Pasteur de Paris en France et l'Institut Pasteur de Nhatrang au Vietnam.

Le 22 septembre 2013, AD@lY Les Amis de Dalat sur les traces de Yersin a fêté cet anniversaire à la Salle des Actes de la Faculté de Médecine de Montpellier avec le parrainage de SEM Duong Chi Dung, Ambassadeur du Vietnam en France.

L'Académie des Sciences d'outre mer et l'Organisation Internationale de la Francophonie se sont associés à cet hommage.

Quelques orchidées
Quelques orchidées

Le Vietnam va honorer Alexandre Yersin du titre de citoyen d'honneur , ce magnifique hommage de reconnaissance est un symbole de réconciliation.

Il ouvre une nouvelle page après Diên Bien Phu...Le Général Giap peut reposer en paix.

 

AD@lY, parrainé par le regretté Raymond Aubrac, adresse à la famille du Général Vo Nguyen Giap ses plus respectueuses et affectueuses condoléances.

 

Le Général restera toujours vivant dans nos cœurs et nos mémoires.

 

Dr Anna Owhadi Richardson

Présidente fondatrice d'AD@lY

Les Amis de Dalat sur les traces de Yersin

214 rue Christian Dior Aqueduc II

34090 Montpellier France

www.adaly.net


Alain Ruscio à la journée AD@ly du 22 septembre 2013
Alain Ruscio à la journée AD@ly du 22 septembre 2013

Un enfant de l’Oncle Ho1

 

Alain Ruscio

Historien, président du CID Vietnam

 

 

Si l’on devait résumer d’une formule la vie et la personnalité de Vo Nguyen Giap, celui qu’Ho Chi Minh considérait comme un de ses fils préférés, avec Pham Van Dong, on pourrait, on devrait dire : cet homme a toujours eu un mal fou à dire je. Il riait lui-même beaucoup des formules lues sous la plume d’observateurs occidentaux, du type Le vainqueur de Dien Bien Phu, L’ennemi le plus redoutable des Français, puis des Américains. Giap n’aimait pas personnaliser les événements, comme toujours les Vietnamiens, comme souvent les communistes. Ce n’était pas de la fausse modestie : quand il affirmait que c’étaient les masses qui faisaient l’histoire, il croyait ce qu’il disait. Précisons pourtant : il ne fut pas le père de l’armée populaire vietnamienne ? il ne fut pas le vainqueur de Dien Bien Phu ? il ne fut pas le stratège de la guerre contre les Etats-Unis ? Certes, si on prend à la lettre ces formules réductrices. Mais il y fut bien pour quelque chose… En bon marxiste, Giap aurait dû reconnaître que les grands bouleversements de l’histoire du monde naissent de la rencontre entre des éléments objectifs et la capacité de grands hommes d’exploiter des situations. Mais, décidément, sa modestie et, je dirais, son hochiminisme l’en empêchaient.

 

J’ai eu l’insigne honneur de le rencontrer dix, vingt, trente fois, rencontres échelonnées sur une trentaine d’années et de devenir, j’ose dire, un proche. La première fois, c’était en mars 1979, à Hanoi. Le Vietnam traversait alors l’un des pires moments de son histoire. Son économie était vacillante, ses relations internationales disloquées (blocus américain, hostilité allant jusqu’à la guerre avec la Chine et les Khmers rouges), la France giscardienne n’était pas la dernière à vitupérer son ancienne colonie, le Vietnam se retrouvait dans un tête-à-tête, qu’il aurait probablement préféré éviter, avec l’URSS et le Comecon – lesquels, affaiblis, entamaient alors leur dernière décennie d’existence. Et cet homme, qui n’avait jamais douté, qui ne doutait pas, transmettait sa confiance.

 

Vo Nguyen Giap, né le 25 août 1911, aura consacré son siècle d’existence à la défense de deux idéaux : l’indépendance nationale de son peuple et le communisme. Dissocier les deux, tenter de choisir entre le patriote Giap et le camarade Van (c’était son nom dans la résistance), comme il est parfois procédé en Occident, paraît un exercice infructueux.

 

Né au centre du pays, tout près de ce 17ème parallèle qui avait si longtemps, trop longtemps, déchiré son pays, mais aussi dans une région connue pour ses traditions de lutte, il s’est engagé très tôt dans le mouvement national. À quinze ans, il est exclu du lycée de Hué pour participation à une manifestation nationaliste. Vers cette époque, il est déjà en contact avec le Tan Viet, Parti nationaliste aux options nettement progressistes, socialistes. Il y a déjà, alors, des noyaux communistes, qui vont progressivement s’imposer. On peut dire que, dès 1930 et la fondation d’un Parti communiste Indochinois, le bras de fer est commencé, les deux principaux protagonistes d’une lutte titanesque sont en présence.

 

Le jeune Vo Nguyen Giap a entendu parler dès sa jeunesse d’un certain Nguyen Ai Quoc, le futur Ho Chi Minh, alors éloigné du Vietnam, mais terriblement efficace dans sa lutte au sein de la IIIème Internationale. Dans le pays, la réputation de ce patriote hors normes grandit. Aussi est-ce tout naturellement qu’avec un autre jeune militant, Pham Van Dong, il prend contact avec ce Nguyen Ai Quoc. Nous sommes en 1940, la guerre vient de prendre une dimension mondiale. C’est ce noyau d’hommes déterminés, appuyé sur une mobilisation populaire croissante, qui va donner naissance au mouvement dit Viet Minh (1941), puis qui va proclamer l’indépendance du pays (1945), enfin entamer une lutte de trente années contre les envahisseurs étrangers, qu’ils aient l’étiquette colonialiste (Français) ou impérialiste (Américains).

 

Dans sa longue vie, Vo Nguyen Giap n’a pas eu souvent l’occasion de faire des pauses, de prendre le temps de mesurer le chemin parcouru. Et pourtant ! Quelle disproportion apparente entre sa poignée de premiers guérilleros, mal armés, peu formés, et une France colonialiste bien décidée à maintenir à tout prix le joug ! Et, plus tard, contre les USA, quel fossé entre ce qui était toujours présenté comme un petit peuple et la formidable armada du complexe militaro-industriel qui déversa une décennie durant, par millions de tonnes, bombes à fragmentation, napalm et dioxine !

 

Mais le Vietnam a vaincu, même si, hélas, Ho Chi Minh, décédé en 1969, n’a pu voir ce jour. Le 30 avril 1975, l’armée populaire mettait à bas les derniers pans de l’édifice bâti pierre à pierre par les puissances occidentales durant cent vingt années. Dans la vie d’un peuple, m’a dit Vo Nguyen Giap, il y a parfois des rêves, des rêves tellement beaux que l’on pourrait croire leur réalisation impossible. Eh bien ! En cet instant, nous avons pu réaliser un rêve chéri : voir enfin le pays réunifié et libre. Le pays indépendant, en paix et en marche vers le socialisme. Nous n’avons jamais eu une minute d’émotion comparable à celle-là. Et, tous, nous étions très émus, parce que nous pensions à notre Président Ho Chi Minh.

 

Adieu, camarade Van. En pensant à vous, nous aurons toujours en tête, désormais, ces vers de votre grand poète national, Nguyen Trai :

 

Notre pays a connu grandeur et décadence

Il n’a jamais manqué d’enfanter des héros.

 

 

 

 _______________________

 

1 Article basé sur le livre-entretien, Vo Nguyen Giap, Une Vie, Propos recueillis par Alain Ruscio, Hanoi, 1979-2008, Paris, Éd. Les Indes Savantes, 2011

 

0 commentaires

Pasteur et ses lieutenants

Présentation du livre par Maxime Schwartz

« Comme celui de Napoléon, l’art de Pasteur consistait à toujours livrer bataille au moment choisi, à l’endroit choisi, sur son terrain », déclarait François Jacob. Que ferait un chef militaire sans armée et, plus particulièrement, sans lieutenants ? Le souvenir de Pasteur est encore bien présent dans la mémoire collective, mais qui se rappelle Émile Duclaux, qui a donné son âme à l’Institut Pasteur ? Qui se souvient du docteur Roux, qui a remporté une fracassante victoire contre la diphtérie ? Et pour ceux qui connaissent le BCG, le vaccin contre la tuberculose, que savent-ils de ses inventeurs, Calmette et Guérin ? Sait-on que c’est Élie Metchnikoff qui a découvert que nos globules blancs nous défendent contre les microbes en les dévorant et que cela lui a valu le prix Nobel ? Connaît-on encore le nom d’Alexandre Yersin, qui a pourtant vaincu la peste ?

En France comme dans des contrées lointaines, ces lieutenants de Pasteur ont tous vécu des heures extraordinaires dans leur guerre contre les maladies infectieuses comme la rage et aussi la diphtérie, le tétanos ou la tuberculose. Et c’est à eux qu’on doit le développement de l’hygiène, les vaccins et les prémices de la révolution antibiotique.

 

Voici l’histoire de leurs combats, de leurs victoires.

  • Maxime Schwartz est l'auteur de Comment les vaches sont devenues folles et de Des microbes ou des hommes, qui va l’emporter ?. Biologiste moléculaire, il a été directeur général de l'Institut Pasteur.
  • Annick Perrot est conservateur honoraire du musée Pasteur.
2 commentaires

150ème anniversaire de la Naissance d'Alexandre Yersin


Colloque du 22 septembre 2013

Salle des Actes de la Faculté de Médecine de Montpellier, France


Introduction


Introduction,

par La présidente d'AD@lY

Montpellier le 22 septembre 2013

 

Alexandre Yersin découvreur de Yersinia Pestis est, clin d'oeil du destin, au centre d’un remarquable faisceau de convergences qui lient cette année la France et le Vietnam, Montpellier avec Dalat.

 

2013, Année Croisée France-Vietnam, fête aussi le 150ème anniversaire de la naissance et le 70ème anniversaire de la mort du grand Pastorien.

 

C'est également le 120ème anniversaire de sa découverte du site de la ville de Dalat.

D'origine languedocienne par sa grande mère maternelle: Catherine Emilie Demole est née à Montpellier.

  • Il vécut un demi siècle au Vietnam et repose depuis 1943 à Nhatrang où il créa un Institut Pasteur, puis celui de Dalat. Il est vénéré par les vietnamiens comme leur bienfaiteur.
  • Il consacra sa carrière multi-compétente au service de son pays d'adoption.
  • Il illustra en pionnier les valeurs de la Francophonie  Egaux, Différents, Unis.
  • Il découvrit le bacille de la peste, à laquelle Montpellier est liée par son saint protecteur, Saint Roch.

AD@lY, les Amis de Dalat sur les traces de Yersin, parrainé par Raymond Aubrac, milite depuis 20 ans pour créer des actions de partenariat entre les deux villes.

 

Yersin fut le créateur de l’Ecole de Médecine de Hanoï en 1902, qu’il dirigea durant deux ans.

Le 100ème anniversaire de cette Ecole, devenue Faculté, donna lieu à la Salle des Actes de la Faculté de Médecine de Montpellier, la plus ancienne d’Europe, au don d’une famille franco-vietnamienne de la table devant laquelle les futurs médecins prêtent leur Serment d'Hippocrate.

Je considère la médecine comme un sacerdoce ainsi que le pastorat. Demander de l'argent pour soigner un malade c'est un peu lui dire : la bourse ou la vie. Alexandre Yersin.

 

2013 est également l’année d’une émission commune en France et au Vietnam de nouveaux timbres à l’effigie du Savant. Son initiateur, Jean-Pierre Lonati et Geneviève Minssen petite-nièce de Yersin nous en parleront.

 

Seront présentés les Actes bilingues du Colloque Les Instituts Pasteur du Vietnam face à l’avenir, Alexandre Yersin à l’heure d’internet', tenu à Dalat le 18 novembre 2011, récemment publiés à l'Harmattan avec le soutien de l'OIF et de la Région Languedoc-Roussillon

 

Puisse cette commémoration promouvoir la Coopération Décentralisée franco-vietnamienne évoquée aux Assises de Brest et entre Montpellier et Dalat… sur les traces de Yersin.

A noter ..

 

Application ludique pour Ipad et Iphone, Nicolas Leymonerie

 

 

 

 

Anna Owhadi Richardson

 

Présidente d'AD@lY



Message de S.E.M. Abdou Diouf par M. Pierre de Cocatrix, son directeur de cabinet

 

Madame la Présidente,

Chère Madame,

 

Au nom du Secrétaire général de la Francophonie, Son Excellence Monsieur Abdou DIOUF, je tiens à vous adresser mes chaleureuses salutations et félicitations pour cette nouvelle manifestation qu'Ad@lY, sous votre autorité, organise à Montpellier le 22 septembre prochain.

Depuis notre partenariat remontant à 2011, je constate avec grande satisfaction que votre engagement et votre mobilisation francophone ne font que se renforcer. Je me félicite du succès que vous rencontrez à chaque manifestation que vous organisez, que ce soit en France ou au Vietnam.

Etant en mission à l'étranger, je ne pourrais malheureusement pas assister à la manifestation du 22 septembre à Montpellier, mais je serai de tout cœur avec vous.

En souhaitant plein succès dans la poursuite de vos activités, je vous prie d'agréer, Madame la Présidente, les assurances de ma haute considération.

 

Pierre de COCATRIX

Directeur de Cabinet


Courriel de Benoît PAUMIER, commissaire général de l'Année France Vietnam

 

Chère Madame,

 

Je vous remercie très sincèrement pour votre message et  votre invitation à la commémoration du 150eme anniversaire de la naissance de Yersin, que vous organisez à Montpellier, avec l'Académie des Sciences d'outre-mer.

Je me réjouis que cet événement intervienne, alors que la France et le Vietnam célèbrent le quarantième anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques, et que la saison de le France au Vietnam se déroule actuellement au Vietnam depuis avril 2013, avant d'être suivie par la saison du Vietnam en France, à partir de janvier 2014.

De manière complémentaire à l'événement que vous organisez, la saison de la France au Vietnam mettra en valeur Alexandre Yersin à la fois dans le cadre des cérémonies de commémoration de la fondation de la ville de Da Lat en décembre prochain, ainsi que par l'opération conjointe de lancement d'un timbre par les Postes des deux pays consacré à Alexandre Yersin, avec le concours de l'Institut Pasteur.

Je ne pourrai être personnellement à Montpellier le 22 septembre prochain, mais je vous souhaite un plein succès pour la réussite de cette manifestation.

Bien cordialement à vous.

 

Benoît PAUMIER

Inspecteur général des affaires culturelles

Commissaire général de l'Année France Vietnam


Photo prise le 20 septembre 2013 à Paris (Institut Pasteur) SEM Duong Chi Dung est à droite sur la photo
Photo prise le 20 septembre 2013 à Paris (Institut Pasteur) SEM Duong Chi Dung est à droite sur la photo

Message de S.E.M. Duong Chi Dung, Ambassadeur Extraordinaire et Plenipotentiaire de la R.S du Vietnam en france à la céremonie du 150e anniversaire de la naissance d'Alexandre Yersin

 

Depuis plusieurs décennies, le nom Alexandre Yersin a gravé profondément dans les cœurs des vietnamiens par ses contributions importantes. Les chemins, les instituts, les écoles, les universités, les parcs et les hôpitaux qui portent son nom au Vietnam non seulement représentent la gratitude et le respect des vietnamiens vers le grand Médecin et Savant Alexandre Yersin, ils sont, au delà de cela, devenus les symboles des relations entre le Vietnam et la France.

 

La commémoration du 150e anniversaire de la naissance d’Alexandre Yersin, organisée par AD@LY, Les amis de Dalat sur les traces de Yersin, en partenariat avec la Faculté de Médecine de Montpellier, est d’autant plus significatif que nous fêtons cette année le 40e anniversaire de la signature de l’Accord de Paris et le 40e anniversaire des relations diplomatiques entre le Vietnam et la France dans le cadre du programme très riche de l’Année croisée 2013 - 2014, s’étalant à tous les domaines politique, économique, culturel, éducatif, médecine...Dans cet élan des relations franco - vietnamiennes, le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung va visiter la France fin de ce mois-ci pour officialiser le partenariat stratégique qui traduit la profondeur et la maturité des relations de coopération entre les deux pays.

 

Au contexte de la nouvelle hauteur des relations vietnamo-françaises et sur les bases des orientations adoptées lors des 9èmes Assises de la coopération décentralisée franco-vietnamienne tenues à Brest en juin dernier, je suis persuadé que les activistes des amis de Dalat sur les traces de Yersin, conduite par sa Présidente Anna Owhadi-Richardson, vont accélérer les initiatives, élargir ses activités diverses qui sont déjà très efficaces, contribuant ainsi activement au développement des échanges et de la coopération entre Montpellier et Dalat et à la consolidation des relations d’amitié et de coopération entre le Vietnam et la France.

 

Dans cet esprit, je forme tous mes vœux de succès à cette cérémonie de commémoration du 150e anniversaire de la naissance d’Alexandre Yersin.

 

Vive l’Amitié entre le Vietnam et la France ! 

 


Les Interventions

Montpellier : Yersin

Par Pierre Saliou

Télécharger
Montpellier : Yersin
Monpellier:Yersin.pdf
Document Adobe Acrobat 123.3 KB


Exposé introductif

par Daniel Grasset

Télécharger
Introduction
introductionDanielGrasset.pdf
Document Adobe Acrobat 562.8 KB


Yersin et la Philatélie

 

Par Geneviève Minssen

Télécharger
Intervention de Geneviève Minssen
yersin et la philatelie texte et images.
Document Adobe Acrobat 6.1 MB


L'histoire du timbre Yersin

Par Jean-Pierre Lonati

Télécharger
L'histoire du timbre Yersin
lonati-2.pdf
Document Adobe Acrobat 140.4 KB

Pour le 150éme anniversaire d'Alexandre Yersin

 

Par Louis Reymondon

Télécharger
Intervention de Louis Reymondon
AD@lY 2013.pdf
Document Adobe Acrobat 119.7 KB


Alexandre Yersin, un pastorien en Indochine : sa vie et son œuvre scientifique.

 

Par Annick Perrot et Jean-Pierre Dedet

Télécharger
Intervention de Annick Perrot et Jean-Pierre Dedet
YERSIN-Jour Franco_sept 2013.pdf
Document Adobe Acrobat 147.2 KB


La philatélie et les grands médecins

 

Par Frédéric Joulia

Télécharger
La philatélie et les grands médecins
intervention-joulia.pdf
Document Adobe Acrobat 44.4 KB


A propos des origines suisses d’Alexandre YERSIN

Par Jean-Paul AESCHLIMANN

Télécharger
A propos des origines suisses d'Alexandre Yersin
Yersin-suisse.pdf
Document Adobe Acrobat 58.1 KB


L’Indochine et l'Occident : Le cycle des guerres

 

par Alain Ruscio

Télécharger
l'Indochine et l'Occident
alainRuscio.pdf
Document Adobe Acrobat 1.1 MB


Le drame de l'agent orange au Vietnam

 

Par Francis Gendreau

Télécharger
Intervention de Francis Gendreau
Le drame de l'agent orange au Vietnam
gendreau-texte-montpellier.pdf
Document Adobe Acrobat 865.3 KB


La table ronde

Dirigée par Claire Goyer, présidente de la DLF - Bruxelle


Autour de la francophonie

 

Par Claire Goyer

Présidente de DLF Bruxelles-Europe

Télécharger
Autour de la francophonie
claireGoyer.pdf
Document Adobe Acrobat 54.2 KB


Une expérence fructueuse

Par Pierre Boucat

Télécharger
Expérience fructueuse
pierreBoucat.pdf
Document Adobe Acrobat 34.7 KB
Pierre Boucat à la table ronde francophonie.
Pierre Boucat à la table ronde francophonie.


Intervention sur la francophonie

 

Par Abraham PATHE

Télécharger
Intervention de Monsieur Abraham PATHE
AbrahamPATHE.pdf
Document Adobe Acrobat 51.1 KB


Quelques projets pour Dalat

Par Pascal Filippi

Télécharger
Quelques projets pour Dalat
filippi.pdf
Document Adobe Acrobat 28.7 KB


Commémoration

Par Gérard Straumann

Télécharger
Discours.COMMEMORATION du 150 ème YERSIN
Document Adobe Acrobat 104.7 KB

Témoignage

par Maryse Florentin

Télécharger
Travail avec les élèves de l'école des oliviers de Canet
MaryseFlorentin.pdf
Document Adobe Acrobat 232.6 KB
Maryse Florentin est à droite
Maryse Florentin est à droite



Le temps n'a pas permis la communication sur

La grande couverture solidaire des victimes de l'Agent Orange

prévue par Severine Favier de la Maison de retraite protestante et par la Présidente d'AD@lY.

Veuillez trouver son histoire ci-dessous.

 

 

Télécharger
Histoire de la TGC solidaire des victimes de l'agent orange
GrandeCouvertureSolidaire.pdf
Document Adobe Acrobat 4.5 MB


Galerie de Photos

Merci à Christian Chambon, Geneviève Minssen, Jean Pierre Lonati, Eddy et Pantea Rousseau, Louis Reymondon, Pierre Boucat ... 

Remarque : pour voir les commentaires correspondants aux photos, passer la souris dessus ..

Pause goûter avec intermède musical .. gateaux d'anniversaire.

Remarque : pour voir les commentaires correspondants aux photos, passer la souris dessus ..



1 commentaires

Invitation pour le 22 septembre 2013

Invitation à la commemoration du 150 ème anniversaire de la naissance d'Alexandre Yersin
Invitation

Introduction

 

Alexandre Yersin découvreur de Yersinia Pestis est, clin d'oeil du destin, au centre d’un remarquable faisceau de convergences qui lient cette année la France et le Vietnam, Montpellier avec Dalat.

 

2013, Année Croisée France-Vietnam, fête aussi le 150ème anniversaire de la naissance et le 70ème anniversaire de la mort du grand Pastorien.

 

C'est également le 120ème anniversaire de sa découverte du site de la ville de Dalat.

D'origine languedocienne par sa grande mère maternelle: Catherine Emilie Demole est née à Montpellier.

  • Il vécut un demi siècle au Vietnam et repose depuis 1943 à Nhatrang où il créa un Institut Pasteur, puis celui de Dalat. Il est vénéré par les vietnamiens comme leur bienfaiteur.
  • Il consacra sa carrière multi-compétente au service de son pays d'adoption.
  • Il illustra en pionnier les valeurs de la Francophonie  Egaux, Différents, Unis.
  • Il découvrit le bacille de la peste, à laquelle Montpellier est liée par son saint protecteur, Saint Roch.

AD@lY, les Amis de Dalat sur les traces de Yersin, parrainé par Raymond Aubrac, milite depuis 20 ans pour créer des actions de partenariat entre les deux villes.

 

Yersin fut le créateur de l’Ecole de Médecine de Hanoï en 1902, qu’il dirigea durant deux ans.

Le 100ème anniversaire de cette Ecole, devenue Faculté, donna lieu à la Salle des Actes de la Faculté de Médecine de Montpellier, la plus ancienne d’Europe, au don d’une famille franco-vietnamienne de la table devant laquelle les futurs médecins prêtent leur Serment d'Hippocrate.

Je considère la médecine comme un sacerdoce ainsi que le pastorat. Demander de l'argent pour soigner un malade c'est un peu lui dire : la bourse ou la vie. Alexandre Yersin.

 

2013 est également l’année d’une émission commune en France et au Vietnam de nouveaux timbres à l’effigie du Savant. Son initiateur, Jean-Pierre Lonati et Geneviève Minssen petite-nièce de Yersin nous en parleront.

 

Seront présentés les Actes bilingues du Colloque Les Instituts Pasteur du Vietnam face à l’avenir, Alexandre Yersin à l’heure d’internet', tenu à Dalat le 18 novembre 2011, récemment publiés à l'Harmattan avec le soutien de l'OIF et de la Région Languedoc-Roussillon

 

Puisse cette commémoration promouvoir la Coopération Décentralisée franco-vietnamienne évoquée aux Assises de Brest et entre Montpellier et Dalat… sur les traces de Yersin.

 

Application ludique pour Ipad et Iphone, Nicolas Leymonerie

 

 

 

 

Anna Owhadi Richardson

 

 

Présidente d'AD@lY





Programme du dimanche 22 septembre 2013

Faculté de Médecine de Montpellier, Salle des Actes 14h00 à 18h30

150ème Anniversaire de la naissance d'Alexandre Yersin,
Vainqueur de la peste, témoin de la Francophonie au Vietnam

 

14h00 – 14h15

Accueil par le Doyen Jacques Bringer, Faculté de Médecine.
Introduction Pr. Daniel Grasset, Pôle santé d'AD@lY.
Dr Anna Owhadi Richardson, Présidente d'AD@lY.

14h15 - 14h30  

Discours des officiels en cette Année Croisée France-Vietnam parrainée par

SEM Duong Chi Dung, Ambassadeur du Vietnam, représenté par son Conseiller M. Ngo Le Van.
SEM Abou Diouf message de l'OIF.

M. Pierre Saliou Académie des Sciences d'Outre mer.

14h30 -15h15
- Alexandre Yersin, un pastorien en Indochine, sa vie, son œuvre scientifique.
Annick Perrot, conservateur honoraire du Musée Pasteur et
Jean Pierre Dedet, professeur émérite de la Faculté de Médecine, Université Montpellier 1.
- Yersin, souvenirs de famille. Geneviève Minssen, sa petite nièce.

15h15 - 16h00
- La coopération médicale hospitalo-universitaire franco-vietnamienne.
Etat des lieux et perspectives....sur les traces de Yersin à l'heure d'Internet.
Philippe Domy, Directeur du CHRU de Montpellier, Président de la Conférence des Directeurs généraux de Centres hospitaliers régionaux et Universitaires de France.
- Discussion et témoignages : Vietnamitié, AAFV, UGVF, les Lampions....
- La puissance de la détermination traverse les âges, l'Ordre de Malte et la Santé.

Yves Gazzo, ambassadeur, membre du Bureau de l'ASOM.

- Présentation de l'ouvrage AD@lY collectif bilingue paru à l'Harmattan.
Les Instituts Pasteur  du Vietnam  face à l'avenir , Alexandre Yersin à l'heure d'Internet.

 



16h00 - 16h30 Pause goûter avec intermède musical.
Gâteau d'anniversaire de 150 ans de la naissance de Yersin (confectionné par les élèves du

 

lycée hôtelier Georges Frêche, Daniel Cancel ).
- Histoire du timbre 2013 par son initiateur Jean Pierre Lonati.
- Revue des timbres consacrés à Yersin Geneviève Minssen.
- La philatélie et les grands médecins Frédéric Joulia, directeur de la Communication de la Poste de l'Hérault.
- Yersin est né en Suisse, Jean Paul Aeschlimann, Président de la Société helvétique de Montpellier Languedoc Roussillon.

Intermède musical : Vincent Navarro piano, Jacques Fresneau flûte.

 

 


 

 

16h30 – 17h30 Yersin, un francophone à l'origine de Dalat.
- Table ronde animée par Loïc Hervouet (AFI): La renaissance de la francophonie au Vietnam avec la participation de Claire Goyer (DLF Bruxelles Europe), Jean Kouchner, Arnaud Galy, Pierre Maurel (CG34).
- Témoignages photos du circuit AD@lY - Hit Voyages, Pascal Filippi.
Sur les traces de Yersin, de mars 2013 en compagnie de Patrick Deville, prix Femina pour Peste &Choléra, roman biographique sur Yersin.
- Témoignages des établissements scolaires de l'Académie de Montpellier (Lycée  Georges Pompidou de Castelnau, École les Oliviers de Canet).

 

17h30 - 17h50 Le drame de l'Agent Orange aurait mobilisé Yersin. Histoire de la Couverture Montpellier Dalat solidaire des victimes.
Francis Gendreau, Pr. Jacques Touchon, Louis Reymondon, André Bouny, Severine Favier (maison de retraite protestante).

 

 

17h50 - 18h00 Histoire des relations franco-vietnamiennes à l'ère coloniale. Alain Ruscio, historien, président du Centre d'information et de documentation sur le Vietnam contemporain.

 

 

18H00 - 18h30 Discours de clôture et  remerciements.
Paul Louis Audat, Vice-Président, Conseiller AD@lY, Membre d'honneur du Bureau de l'AAFV.

 

 





2 commentaires

Timbres Yersin

0 commentaires

Adieu au PHARO

Mr Raymondon nous communique une triste nouvelle : L'école de médecine militaire du PHARO, à Marseille, ferme ses portes.

1 commentaires

Brest 2013