Yersin à l'heure d'internet

Par Anna Owhadi-Richardson

LE FRANCOPHONE « ONG NAM » 1863-1943

COMMENT LE PASSE REJOINT LE PRESENT ET PREPARE L’AVENIR

Par Anna Owhadi-Richardson

Présidente fondatrice d’AD@lY « Les amis de Dalat ...sur les traces de Yersin »

Ex-médecin conseiller du Recteur de l’Académie de Montpellier

 

LA PESTE A ORAN, cette «interminable défaite»

«La nouvelle est accueillie avec incrédulité: une épidémie de peste vient d’éclater dans la région d’Oran…Florence Beaugé…le Monde du 22-23 juin 2003

 

Je ressors cet article qui date de 1997 brûlant d’actualité, avec le SRAS

Paru dans «Année francophone internationale 1998» AFI Québec p.363-68

 

Le Sommet de Hanoï fera du Viêtnam le phare de la Francophonie en Asie à la veille du troisième millénaire.(1)

Il rappellera ses valeurs universelles:

 

Nous sommes EGAUX, bien que DIFFERENTS, mais restons UNIS.

 

    Le franco-suisse Alexandre YERSIN, connu pour sa découverte du bacille de la peste, l’a compris dès l’époque coloniale, pendant un demi siècle de sa vie consacré à l’Indochine (2). Il a illustré d’une façon éloquente ces valeurs, devenues encore plus actuelles devant les incertitudes d’une mondialisation inéluctable sur la toile d’ Internet.

    Dans ce « village global qu’est devenu notre planète »(3) l’impérieuse nécessité d’un nouvel équilibre mondial à inventer est de la responsabilité de chaque nation. Elle aura pour mission de préparer les enfants d’aujourd’hui à être les citoyens de demain en appliquant les résolutions de la déclaration du VI ème Sommet de Cotonou en 1995, afin «de rendre la francophonie plus dynamique et plus porteuse d’avenir, en donnant une nouvelle impulsion à l’éducation et en renforçant notre action en faveur de la jeunesse »

   et les recommandations de la Commission de l’Unesco pour l’Education du XXI ème siècle (4)

   « L’approche éducative à la veille du 3ème millénaire doit se fonder sur quatre piliers: apprendre à connaître, apprendre à faire, apprendre à être, apprendre à comprendre l’autre.

    Il s’agit d’apprendre à vivre ensemble en développant la connaissance des autres, de leur histoire, de leurs conditions, et de leur spiritualité, et à partir de là, créer un esprit nouveau qui, grâce précisément à cette perception de nos interdépendances croissantes, à une analyse partagée des risques et des défis de l’avenir, pousse à la réalisation de projets communs ou bien à une gestion intelligente des inévitables conflits. Utopie pensera t-on, mais utopie vitale »

 

La vie de Yersin illustre parfaitement ces recommandations.

 

Yersin a appris à connaître:

Ce médecin, disciple de Pasteur possède un esprit curieux et ouvert mais méthodique et scientifique ce qui explique le succès de tous les domaines qu’il touche en autodidacte « Il convient d’être en garde contre le désir de réalisations immédiates fondées sur des résultats fragmentaires qui seraient le point de départ de déceptions ultérieures et nuiraient à l’œuvre entreprise au lieu de la servir...,convaincu du danger des conclusions hâtives aussi  bien dans le sens du découragement prématuré que de trompeuses illusions » «  il a su associer l’enthousiasme et la ténacité impatiente dans le travail, l’imagination créatrice et la soumission de l’hypothèse par l’expérimentation, à l’enchaînement des phénomènes, l’amour passionné de la recherche désintéressée et le sens de l’utilité pratique avec la volonté de regarder haut, d’apprendre au delà, de chercher à s’élever toujours ». Il a touché ainsi à l’agriculture, l’élevage, l’astronomie, la météorologie, a possédé l’un des premiers poste d’émetteur-récepteur privé, la première lunette astronomique, en 1900, la première automobile, il a même failli acheter un avion en 1910.

Il se serait aujourd’hui passionné pour Internet.

Yersin a appris à faire:

Il a découvert le bacille de la peste à Hong kong le 20 juin 1894. « Yersinia pestis » a été trouvé dans les bubons prélevés clandestinement sur les cadavres .L’humble paillote qui abrita cette découverte historique est restée célèbre. Elle illustre le timbre du centenaire émis à Nhatrang le 15 juin 1994. Des doutes sur la paternité de la découverte l’opposent à un médecin japonais. La polémique YERSIN-KITASATO sur la peste rappelle celle de GALLO-MONTAGNER sur le sida. La différence fondamentale est le détachement, voire l’indifférence méprisante de Yersin devant l’agitation médiatique qui entoura l’affaire.

   Il a introduit l’hévea (hevea brasiliensis), l’arbre à caoutchouc, devenue une source de richesse pour le pays, 1997 commémore le centenaire de son introduction au Vietnam. Pour libérer les vietnamiens de la dépendance extérieure, il acclimate le quinquina (cinchona ledgeriana) pour soigner le paludisme.

  Yersin fonde l’Institut Pasteur de Nhatrang et de Dalat, créa en 1902, sur un décret du gouverneur Paul Doumer, l’Ecole de Médecine de Hanoï,  il en  fut le premier doyen.

   Le 21 juin 1893 Yersin découvre à 1500 m d’altitude le site de la ville de DALAT  « Mon impression a été profonde lorsque, débouchant de la forêt de pins, je me suis trouvé en face de ce vaste plateau dénudé et désert dont l’apparence rappelait celle d’une mer bouleversée par une houle énorme d’ondulations vertes. Le massif du Langbian se dressant à l’horizon nord-ouest du plateau, accentuait la beauté du site en lui donnant du relief et en lui formant un arrière-plan splendide .Le pays est peu habité... les quelques villages des M’lates sont groupés au pied de la montagne...Les femmes ont le lobule de l’oreille percé d’un trou énorme...; ». Le nom de la ville de Dalat vient du nom de cette tribu. Une deuxième explication « Dat Aliis Laetitiam, Aliis Temperiem », il donne aux uns la joie, aux autres la santé, est de Yersin. En 1897, Paul Doumer signa le décret de la création d’une ville.

 Dalat vient de fêter le Centenaire de la découverte de son site par trois jours de festivités et de commémorations en novembre 1993. L’air y était si pur, la température si clémente, que les européens ne tardèrent pas à venir s’y reposer. La ville, épargnée par la guerre est devenu l’Evian du Vietnam et le lieu de villégiature privilégié.   Les colons y bâtissèrent des résidences rappelant l’architecture des villas de leurs provinces natales, Dalat a été surnommée « La petite France » ou encore « le petit Paris » (5)

Yersin a appris à être:

Il a vécu modestement parmi les vietnamiens et les tribus des minorités ethniques, adoptant et respectant leurs coutumes et leurs habitudes, apprenant à parler leur langue De tempérament, discret et modeste, il fuit les honneurs, accepte les médailles parce qu’elles permettent de débloquer des subventions pour ses recherches. Ce médecin, éminent savant, élève de Pasteur, ami de Calmette et de Roux, contemporain de Koch, de Virchow, de Klebs ,de Loeffler, fut un médecin de santé publique visionnaire dans son approche globale et communautaire que nous venons aujourd’hui à peine de redécouvrir. Humaniste généreux, il considère que « la médecine est un sacerdoce au même titre que le Pastorat, car demander de l’argent pour soigner un malade c’est un peu lui dire : la bourse ou la vie ». Comment aurait-il réformé notre Sécurité Sociale...? .

   Son extrême timidité l’a contraint à éviter la fréquentation du monde et des hommes. Il se meut avec une souveraine aisance dans la conception et l’exécution des projets en apparence les plus risqués. Aucun obstacle ne peut lasser l’ opiniatreté qu’il met à en triompher. Et il n’est pas d’observateur plus curieux et plus bienveillant de la vie, du caractère, des qualités et des insuffisances des autochtones, dont il parle couramment la langue. Il suit par un intérêt passionné, par la lecture des journaux, des revues, des livres  tous les grands courants d’idées et d’ évènements qui agitent le monde. Auprès de livres scientifiques austères, des albums des chefs d’oeuvre du Louvre voisinent avec des romans. Sa vie est d’une simplicité monacale, mais il accumule dans sa maison l’appareillage le plus coûteux d’astronomie, de météorologie, d’électricité, de physique, qu’il adapte, qu’il perfectionne, en correspondance permanente avec les constructeurs de France et de l’étranger. Il voile ses impressions sous une réserve hermétique. Mais il s’épanche avec le plus séduisant abandon dès qu’il est en confiance dans l’intimité d’un cercle d’amis, à condition qu’il soit restreint. Ceux qui l’ont assez bien connu pour gagner son estime et son affection conservent le souvenir de son exquise sensibilité, de la générosité de son coeur, de la fidélité de son attachement.

    Pour Raymond Aubrac(6),grand témoin de l’histoire et ami du Vietnam, l’œuvre de Yersin a laissé, « un grand et fort souvenir dans ce pays des antipodes où il est le symbole du savoir, de l’imagination et de la générosité »

   Pasteur Valéry Radot parlera de lui comme « l’un des plus sublimes exemples de l’individualisme triomphant, dans un monde qui s’acharne à faire disparaître l’individu dans la foule anonyme »

   Pour le lieutenant Lyautey,« ce jeune médecin, comme tous ceux qui surgissent, a trouvé d’abord des montagnes d’obstacles, de doute, de formalisme, comme tous ceux qui croient et qui veulent, il les a vaincues, les vainc et les vaincra ».

Yersin a appris à comprendre l’autre

Les vietnamiens ne se sont pas trompés: lorsque toutes les rues françaises ont été débaptisées à la décolonisation, les rues qui portent son nom ont été respectées et le savant français est honoré aujourd’hui comme «le saint Yersin de Nha Trang»(7)

L’amitié franco-vietnamienne qui repose sur « une histoire mouvementée et complexe après un siècle de mariage forcé et les longues années de bouderie réciproque »(8) va donc retrouver un second souffle grâce à « une figure symbolique qui apparaît comme un signe de ralliement unanime »(), pour illustrer et consolider cet amitié.

Yersin est francophone

Alexandre Yersin est né en Suisse à Lavaux dans le canton de Vaud le 22 septembre 1863, quelque jours après le décès de son père, un éminent entomologiste. Sa mère dirige une pension pour jeunes fille de bonne famille à Morges. On doit sa biographie à l’abondant courrier qu’il lui adresse. Lorsqu’en 1888, il sollicita la nationalité française pour pouvoir exercer la médecine en France, on découvre ses origines languedociennes: Sa grand mère maternelle « Catherine Emilie Demole est née à Montpellier(Hérault) le 6 prairial an VIII de Jean Pierre Demole et de Jeanne Marguerite Soubeiran » Mais sa famille protestante a du quitter la région « à la suite de Dragonnades organisées en Languedoc pour cause de religion » Fanny Moschell, la mère de Yersin est donc issue d’une lignée protestante originaire du diocèse d’Uzes. Un ancêtre, Jacques Domergue avait quitté le Gard pour se réfugier en Suisse

 Après des études médicales à l’académie de Lausanne puis à l’université allemande de Marburg où il fut l’élève de Virchow, Yersin vint à Paris. Etudiant à l’hôtel Dieu chez Cornil, il fut remarqué par Pasteur en juin 1886 alors qu’il venait se faire soigner une blessure à la main au cours de l’autopsie d’un malade mort de rage. Emile Roux le prit comme anatomo-pathologiste à la rue d’Ulm. Il soutint sa thèse sur l’étude sur le développement du tubercule expérimental » et définit ainsi la tuberculose septicémique « type Yersin ». Il s’inscrit à Berlin au cours de bactériologie de Koch pour mieux connaître les méthodes de travail de celui qui isola le bacille de la tuberculose et le vibrion cholérique. Il avait auparavant, avec Roux, isolé la toxine diphtérique dont le germe identifié par Klebs fut étudié par Loeffler. De cette découverte devait naître la notion des antitoxines, la sérothérapie et plus tard de la vaccination Yersin y fondit un Institut Pasteur, qui contribua à la surveillance de la santé publique en Indochine.

  Le Lycée Yersin fut inauguré le 2 juin 1935 et forma l’élite de la diaspora vietnamienne. A cette cérémonie, l’empereur Bao Dai remit à Yersin les insignes de Grand Croix du Dragon d’Annam. pendant  que le gouverneur général de l’Indochine exalte le haut exemple offert par le savant « en un siècle où le sens des valeurs spirituelles semblent diminuer »

  Henri Jacotot  ferma les yeux d’Alexandre Yersin, à une heure de la nuit le premier mars 1943. le modeste cercueil fut enfui à Suoi Dau, au sein d’une terre que le savant a tant aimé. Depuis, le nom d’Alexandre Yersin perdure au Vietnam et son image est vénéré: cierges et bâtons d’encens brûlent dans un petit oratoire d’une pagode pour honorer sa mémoire. Cet homme a fui monde, ses contraintes factices et ses compromissions, vivant de peu, ne se passionnait que pour l’authentique..

  A l’heure où notre société traverse une crise de mutation difficile, où nos jeunes recherchent d’autres repères, où la médecine affronte, encore impuissante de nouveaux fléaux, il est réconfortant de rappeler la vie et l’oeuvre de précurseur de Yersin. Puissions nous tirer leçon de la vision globale, communautaire et humaniste qu’il avait déjà de la santé publique.

  La France qui lui a reproché de renoncer à la carrière brillante que lui offre l’Institut Pasteur, doit reconnaître aujourd’hui qu’il a fait le bon choix en embarquant à la découverte de cette terre lointaine. Il a ainsi mieux servi la France d’hier et la francophonie d’aujourd’hui pour le monde de demain

Au moment de terminer cet hommage, un article de Jean Yves NAU dans le Monde du 5 septembre signale l’apparition à Madagascar d’une souche de « Yersinia pestis » résistante aux antibiotiques.Le spectre de la peste menace de nouveau « comment le passé rejoint le présent...mais espérons qu’Internet permettra aux savants de communiquer vite pour trouver la parade et   préparer l’avenir...

Cet avenir, AD@lY, l’Association des Amis de Dalat sur les traces de Yersin » apportera sa modeste contribution en travaillant à faire mieux connaître l’exemple de Yersin à notre jeunesse. Après le Lyçée Yersin de Dalat, devenu Ecole normale, Le Lycée de Hanoï qui enseigne le français vient de recevoir son nom aujourd’hui en 1997.

 A Montpellier où est née sa grand mère maternelle, un rond point lui sera dédié pour remplacer l’impasse sordide qui porte son nom  jusqu'à présent.

 Les élèves du  collège Georges Brassens découvre la vie du savant et crée un club Yersin . Ils correspondent avec leurs camarades du collège Phan Chu Trinh de Dalat et découvrent l’éducation civique si important au Vietnam: « HAU HOC LE - TIEN HOC VAN »,  apprend d’abord la politesse tu apprendras à lire après .

  Un projet de film ne verra hélas pas le jour à la suite du décès du réalisateur Jean Leduc.

  Son  scénario romancé par Elisabeth Du Closel  vient de recevoir le prix santé 1997

« On ne peut changer l’histoire, mais au moins peut-on essayer de faire de notre mieux dans le présent et le futur pour promouvoir la paix » à l’instar de Kim phuc,, « l’enfant symbole du Vietnam » brûlé par le napalm en 1972 dont la photo symbolise les souffrances du peuple vietnamien.

AD@lY : « Association des Amis de Dalat...sur les traces de Yersin »

   Avril 1994, après 32 ans...revoir le Vietnam et Dalat, où je suis née...la petite France d’antan; pélerinage au lycée Yersin , tout délabré où j’ai étudié jusqu’au bac en 1961.Désolation devant le riche patrimoine architectural des villas coloniales rappelant les provinces françaises. Recherche de la tombe de mon grand père, le Pasteur Paul Richardson dit Duy Cach Lam dont le Dr Sohier a recueilli le dernier souffle alors que nous étions partis déjà tous en France. Emotion des retrouvailles, amitié, confiance et accueil chaleureux des amis et des autorités de la ville de Dalat et de la province du Lam Dong: « Nous avons regretté votre absence aux festivités du Centenaire de Dalat en novembre 1993, nous aurions du vous envoyer un fax d’invitation plus tôt pour vous permettre de vous organiser »...J’ai regretté aussi.

    J’éprouve une grande admiration, un sentiment de culpabilité devant ces confrères qui exercent dans des conditions si précaires, désarmés face au Sida.... Joie des anciens de pouvoir reparler le français, souhait de toutes les structures éducatives et du club francophone pour le retour à la francophonie alors que les bibliothèques n’offrent que des ouvrages en russe et en anglais...

   Toutes les initiatives d’origine institutionnelle ou associative sont en direction de Saigon, Hanoi, Danang et Hue...aucune en faveur de Dalat qui compte pourtant 120 000 habitants sans compter la province du Lam Dong. Comment attirer l’attention sur cet Evian vietnamien, cette belle station de villégiature où Alexandre Yersin a cru retrouver sa Suisse natale avec ses sapins, ses lacs et ses chutes d’eau, dont la température moyenne ne dépasse pas 18 ° tout le long de l’année, royaume des orchidées, de l’artichaud, des fraises et des lys et tulipes de Hollande...épargnée par la guerre, certes mais devenu un bidonville faute d’entretien.

 Bernard Prunières, conseiller culturel de l’Ambassade de France m’accorde son soutien.

   De retour à Montpellier, le Recteur encourage l’élaboration d’un projet d’aide au développement. La conjoncture n’a pas permis l’aboutissement du projet, mais un précieux réseau d’amis et de sympathisants se tisse et s’étend. Ils sont devenus les membres fondateurs de l’Association que j’ai fini par créer sur leur conseil.

    L’Association des Amis de Dalat sur les traces de Yersin contient dans son  intitulé, un peu long certes mais explicite, l’essentiel de ses objectifs. En progressant dans mes recherches sur la vie de Yersin, je m’aperçois combien il est injuste et regrettable d’ignorer l’exemple de la vie de ce savant humaniste à une époque où nos jeunes ont tant besoin de repères. Nos projets sur les traces de Yersin obéissent à un souci d’approche globale communautaire de santé publique et d’aide au développement intégrant la politique de développement urbain, le concept de ville santé de l’OMS, privilégiant l’aspect éducatif et culturel.

   Nous privilégions, dans le cadre des échanges scolaires les recommandations du « Nouveau contrat pour l’école » et les textes officiels sur l’éducation civique, éducation à la citoyenneté, à la solidarité, au respect de l’environnement..

   Pour la sensibilisation à la francophonie, nous projetons d’organiser le 20 mars 1998 une manifestation scolaire pour la journée internationale de la francophonie avec l’aide de notre fidèle ami Jean Hourcade

Grâce à l’action d’ AD@lY, le Recteur Pierre Ferrari a inscrit les projets de coopérations scolaires avec le Vietnam dans le Plan Académique de Développement l’an 2002. Le Collège Georges Brassens de Lattes qui a eu le mérite par Mme Labau de travailler sur la vie du savant a créé un Club Yersin qui mènera ce projet. Pierre Ferrari, défend avec conviction le projet d’Université d’été « Francophonie et développement « agréée, avec un début de financement par le ministère de l’Education nationale en 1995. Ce projet a été demandé à AD@lY par les autorités de DALAT dès 1994, en particulier par son député Tran Ha Anh, (X59), Directeur du Centre de Recherche nucléaire et  réélu récemment prévu à Dalat depuis 1995. La date de cette importante manifestation réalisée en collaboration avec l’Ambassade de France a été repoussée plusieurs fois pour des raisons financières. La dernière date prévue en Juillet 1997 a été de nouveau repoussée en raison d’une autorisation enlevée à la dernière minute sur le lieu de déroulement.

 Comment la ville de Dalat pourra t-elle sortir de l’anonymat?

 Son excellence Serge Degallaix qui soutient ce projet et m’a recu en mai 1997 au Vietnam pour une mission préparatoire propose de repousser en juillet 1998, après le Sommet de Hanoï. Nous formulons des voeux qu’elle se fera comme prévue et préparée depuis trois ans, à Dalat et qu ’elle puisse se tenir dans les locaux du Lycée Yersin. Les panneaux réalisés par les élèves du club Yersin de Lattes seront offert officiellement à cette occasion à l’Ecole normale..

   Nous souhaitons également pouvoir enfin récolter les fonds nécessaires pour rénover l’ex lycée Yersin devenue Ecole Normale supérieure .AD@lY a réalisé une  mission technique en 1994 avec les architectes de Dalat, mais notre trop jeune Association n’a pas pu réunir les fonds nécessaires estimés à 1 600 000 fr à l’époque. Nous lançons un appel aux anciens du lyçée pour nous aider à récolter la somme nécessaire.

   Je citerai tout spécialement Raymond Aubrac ( 7) qui a guidé mes pas dès le début. Je n’oublierai pas son appel téléphonique pour m’encourager la veille de mon premier retour au Vietnam, le chèque de cotisation qu’il est le premier à envoyer fidèlement chaque année et le message qu’il nous envoie à chaque Assemblée générale à défaut de ne pouvoir être présent. le professeur Henri Pujol, qui en acceptant d’être le président d’honneur fondateur a vaincu mes dernières hésitations. AD@lY est fière aujourd’hui de compter parmi ses membres et sympathisants les fondateurs des plus grandes Associations pour le Vietnam : l’AAFV et Vietnamitié. en particulier.

 

Eléments bibliographiques

1-Haut Conseil de la Francophonie :XIII ème session, avril 1997 à Paris : Asie et Francophonie

  -Lettre de la Francophonie L’Année du Vietnam »supplément au n° 99 de mars 1997

  -La France et le Vietnam dans l’espace francophone, colloque au Sénat le 18 janvier 1997

  - Etat de la francophonie au Vietnam- Rapport de mission 1996 Marie Ange Laumonier

  -Ce médecin qui veut réanimer la francophonie au Vietnam, en marge des journées d’Agropolis-museum du 5 au 12 oct: « Saveurs et traditions du Vietnam sur les traces de Yersin » Midi Libre de 4 octobre 1996.

  - Pierre Brocheux Le leg français à l’Indochine, La jaune et la rouge mai 1997 N° 525 VIETNAM Revue mensuelle de la société amicale des anciens élèves de l’école polytechnique

  - Hourcade Jean Le français, les français...et les autres SIDES

2 - Henri H. Mollaret, Jacqueline Brossollet:

Yersin, un Pasteurien en Indochine, un savant, une époque 1993  éd  Belin

  Alexandre Yersin et la peste

  Numéro spécial de la Revue Médicale de la Suisse Romande - mai 1994 tome 11, n°5

-Une exposition réalisée par l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé publique de Lausanne « Dr Yersin, l’aventure et la science » était visible à Morges, en Suisse, en 1994, cette exposition est actuellement à Nhatrang au musée Yersin

3Allègre  Claude, Jeambar Denis, « Questions de France »p.8 Fayard- août 1996

4-Delors Jacques : Unesco: Commission l’éducation pour le XXI ème siècle.

Le Monde de l’Education, de la culture et de la formation N° 251 septembre 1997

5-Le Dr Alexandre Yersin et la fondation de la ville de Dalat « Dalat,ville d’altitude » Centenaire de Dalat 1893-1993.p; 54 à 99 Comité populaire de Dalat, Edition Hochiminhville,

6-Aubrac Raymond :Ou la mémoire s’attarde, Odile Jacob, Août 1996

   Le dernier séjour d’Hochiminh à Paris, souvenir d’il y a cinquante ans, bulletin de l’AAFV

7-Christian Colombani: « Saint Yersin de Nhatrang «  le Monde du 28 déc 91

8-Nguyen Khac Vien, allocution prononcée à la réception du Grand prix de l’Académie française en nov 92 à l’Ambassade de France à Hanoï

9-LE FIGARO  Yersin, savant et aventurier, Jean Leduc va tourner son histoire au Vietnam 27/28 février 1993 (Cet article a été à l’origine du travail du Collège de Lattes sur Yersin   )

10-Vietnam sur les traces du Montpellierrain Yersin Midi Libre du 3 juillet 1996,

 Pignon sur rue

11-Jean Yves Nau :Le Monde du 5 sept1997 : « Une bactérie responsable de la peste apparaît résistante à des antibiotiques »

12-AD@lY organise de puis trois ans en septembre à ANTIGONE DES ASSOCIATIONS un Stand pour faire connaître le savant. Le maire Georges Frêche a décidé de baptiser un rond point de Montpellier Alexandre yersin; AD@lY s’est émue de la minuscule impasse non carrossable près de la Colombière qui porte jusqu’à présent son nom.

Les élèves du collège Georges Brassens de Lattes ont réalisé un PAE (projet d’action éducative) à l’initiative de leurs professeurs de biologie Mmes Labau et Carrère  sur le Centenaire de la découverte du Bacille de la Peste. La science en fête en 1995 a exposé leurs travaux. Un club YERSIN a été créé : organisation de tombolas, produit envoyé au Collège PHAN CHU TRINH et au club Francophone de Dalat.

13-Du Closel Elizabeth « Monsieur NAM, la fabuleuse histoire de l’homme qui découvrit le bacille de la peste », Albin Michel - Prix santé 1997

14-Owhadi-Richardson Anna -Présidente fondatrice d’ AD@lY  (JO de mai 1994)

  - Les origines languedociennes d’Alexandre Yersin « nunc Hippocrates Monspelliensis »

  - Alexandre Yersin, hommage au vainqueur de la peste, le Centenaire de Yersinia pestis p.71- 73-   Bulletin de l’Ordre des médecins de l’Hérault automne 95 N° 62

15- Ferrari  Pierre : Plan Académique de Développement de l’Académie de Montpellier à l’an 2002.

16-Cojean AnnickL’enfant symbole du Vietnam  Le Monde,  mardi 19 Août 1997 , p 9

17-Pomonti Jean Claude: Le Monde, 24 juillet 1997