La Francophonie

Dernières nouvelles

Télécharger
Présentation
Visioconférence MFM_Femmes et féminités
Document Adobe Acrobat 1.2 MB
Télécharger
Intervention Video de Christian Philip
Vidéo Christian PHILIP_RIMF_21 mars 2021
Fichier Audio/Vidéo MP4 76.5 MB


==> Du nouveau pour la francophonie :

 

Franco-synphonie, le grand bol d'air

 

Jeu interactif pour aider à l'apprentissage de la langue Française


Inauguration de la maison de la francophonie au Vietnam

Alors qu’une année 2020 difficile s’achève sur des mesures drastiques concernant la lutte contre la Covid-19, une excellente nouvelle vient toutefois apporter un peu de gaieté sur un début d’année 2021 qui s’annonce morose.

 

En effet, en ce mois de décembre, la province de Lam Dong et la région Occitanie signe un accord de coopération qu’il sera peut-être opportun de qualifier d’historique avec le recul des années.

Je ne peux m’empêcher de repenser au cheminement parcouru pour en arriver là, projet pour la première fois évoqué lors d’une rencontre entre le, alors tout jeune, centre francophone Antenne et des responsables éminents de la province en novembre 2016. La suggestion fut faite par ces derniers, alors que nous discutions de l’opportunité de jumelage entre Montpellier et Dalat : « Et pourquoi pas entre la région de Montpellier et la province ? ». Or, la nouvelle région Occitanie venait d’officialiser son nom quelques semaines plus tôt. Par la suite, se succédèrent des étapes importantes, comme la visite de l’Ambassadeur de France en juillet 2017, puis en mars 2018 à l’occasion de l’inauguration de notre Maison de la Francophonie au resort CADASA, qui vinrent appuyer ce projet de coopération qui se concrétisera une première fois par la rencontre entre des représentants de la province et de la région lors des assises de la coopération décentralisée France-Vietnam à Toulouse, en Occitanie, en avril 2018. Ce fut ensuite la venue de la délégation occitane pour la signature d’une lettre d’intention en novembre 2019 qui vint confirmer la volonté de rapprochement entre les deux parties pour enfin aboutir à sa ratification actuelle.

Ainsi donc, cet accomplissement se situe dans le prolongement du rapprochement initial entre Montpellier et Dalat, comme de solides fondations bâties à partir de 1994 lors de la création de l’association des Amis de Dalat sur les traces de Yersin (AD@lY) et par l’impulsion de sa présidente montpelliéraine, le Docteur Anna Owhadi-Richardson, native de cette ville idyllique située sur les hauts plateaux du Lang Biang. Pendant une vingtaine d’année elle œuvra sans relâche à tisser des liens d’amitié, au sens figuré, mais aussi au sens propre par la confection d’une gigantesque couverture de laine répartie entre les deux localités séparées par 10 000km. C’est d’ailleurs par ce projet que j’accomplis ma première mission pour l’association : présenter la couverture solidaire lors d’un colloque international sur les épandages de l’Agent orange à l’Opéra de Hanoï. Cette couverture, je la suivis à son retour à Dalat, où je prévoyais de m’installer avec ma famille depuis des années, pour y retrouver Anna en novembre 2011 à l’occasion d’une conférence au sujet des 120 ans des Instituts Pasteur d’Outre-mer. C’est aussi pour cette conférence que je fus mis en relation avec le bureau Asie-Pacifique de l’OIF, et notamment avec sa directrice d’alors, Mme Anissa Barrak, qui fit tant par la suite pour nous aider à y redynamiser la francophonie. Dalat, Yersin et la Francophonie furent les maillons qui me lièrent à AD@lY jusqu’à présent.

 

Ainsi, cette coopération nous l’attendions et l’espérions depuis 4 années et avons été les témoins privilégiés des étapes successives et des actions décisives qui y ont mené. Nous l’attendions car elle fait espérer le meilleur à la fois pour l’Occitanie qui s’ouvre ainsi une fenêtre sur le dynamique et passionnant sud-est asiatique, et pour le Lam Dong qui pourra enfin obtenir des solutions-clés lui permettant de développer son économie, notamment dans l’agriculture et le tourisme, ainsi que des archives nécessaires à la préservation de son patrimoine. Pour nos élèves francophones, ce sera le gage d’avoir davantage d’opportunités de continuer leurs études et de trouver du travail en français. Anna fut systématiquement présente lors de ces divers jalons, à chaque rendez-vous qui menèrent à ce succès jusqu’à, tout récemment, la création de la Maison de la Francophonie de Montpellier qui sera à n’en point douter un élément phare des échanges qui auront lieu dans un avenir proche. Yersin, tel un Saint patron bienveillant, doit jubiler de ce clin d’œil du destin qui voit la ville vietnamienne dont il est le père fondateur et la ville française dont il tire une partie de ses origines, fraterniser ainsi par-delà les siècles.

 

Nicolas Leymonerie

Président de la Maison de la Francophonie de Dalat

Responsable du Centre Francophone Antenne


*

Communiqué du réseau France des Maisons de la Francophonie

ÉDITO

 

La crise sanitaire ne facilite évidemment pas les activités des Maisons de la francophonie. Néanmoins nous avons pu constituer un Réseau permettant d'échanger nos bonnes pratiques et de développer des activités communes.

 

Aux Maisons existantes déjà depuis quelques années ( Lyon, Marseille, Bourgogne / Franche Comté, St Malo / Dinard ) vient de s'ajouter Montpellier et sans doute demain Clermont-Ferrand, Bordeaux, Limoges...et d'autres ). D'ici la fin de l'année les statuts de ce Réseau seront déposés en Préfecture.

 

Notre Réseau France s'inscrit au sein du Réseau international des Maisons des francophonies qui compte lui à ce jour une quarantaine de structures sur 4 continents. Nous avons participé au concours Ma Minute Francophone et l'an prochain aux Universités d'été régionales ( celle pour l'Europe se tiendra fin août en Hongrie à Szeged ).

 

Enfin, vu l'impossibilité d'organiser des manifestations en présentiel, nous allons proposer des web conférences avec un invité et une thématique. Premier rendez-vous le jeudi 2 décembre de 17h30 à 19h avec Paul de Sinety, Délégué Général à la Langue française, sur " une politique linguistique renouvelée ".

 

Grâce au concours du Bureau des Affaires Francophones au ministère des affaires étrangères nous avons pu initier des perspectives de partenariat avec l'OIF, l'AIMF, la DGLF, le Groupe des ambassadeurs francophones...

 

N'hésitez pas à nous contacter,

 

Christian PHILIP, Président de la Maison de la francophonie de Lyon, initiateur du Réseau France.

EXPRIMEZ-VOUS !

Notre premier bulletin de liaison voit le jour, moment toujours important, voire historique.

Bulletin numéro 1, tout un programme à la fois porteur d'espoir mais aussi de « questionnements ». Vers où allons-nous ? Par quel chemin allons-nous passer ? Pour quels objectifs ? Avec qui et avec quels moyens ?

 

Ensemble et avec les personnes qui vont nous rejoindre nous détenons les réponses ou du moins une partie, alors soyons acteurs.

A la tête du réseau International, M.Christian PHILIP et avec à ce jour environ 40 pays, nous allons échanger, impulser des actions, agir auprès des institutions, collectivités, associations, citoyens...

Au niveau national, M.Thierry AUZER et moi-même serons à vos côtés afin de construire notre réseau. Créer des outils, se structurer, vous accompagner, être à votre écoute seront nos priorités afin de faire rayonner toujours plus haut les valeurs des francophonies.

La force d'un réseau, pour plus de visibilité, se développer sera notre raison d'exister afin de tisser notre toile de représentation à travers nos maisons sur le plan national et de partager avec le plus grand nombre, nos valeurs.

 

Des citoyens francophiles, de par le monde, des auteurs étrangers sont les porte-paroles de la francophonie, nous devons en tant que français être à leurs côtés et nous impliquer davantage.

Un lien fort et complémentaire doit nous unir, nous devons aussi être innovant et nous appuyer sur les outils entre autres numériques.

Je nous souhaite de rayonner avec tous ceux qui ont les valeurs de la francophonie en partage, refusons l'uniformité et engageons-nous pour une réelle diversité linguistique, culturelle tout en renforçant le dialogue des cultures.

 

Amitiés francophones,

 

Dominique ANGLES, Président d'Honneur de la Maison de la francophonie de Marseille.

dominique.angles@mdfm.fr


Journée de la Francophonie 2020

Courrier de Pascal Brémond

Cette première visio-réunion du 13 novembre 2020 pour la Maison de la Francophonie de Montpellier, en lieu et place même de son futur siège social dans la Maison des Relations Internationales, a eu véritablement l’allure d’une pose de première pierre d’un édifice avant sa construction.

 

Tel un cortège fraternel bonnenfant, bienveillant et chaleureux mais pas moins pertinent, constructif et prospectif, autour d’Anna Owhadi Richardson et de Clare Hart, notre élue référent, plus d’une vingtaine de personnes ont échangé pendant près de trois heures sur leurs expériences, leurs envies et leurs visions pour ce projet commun : la langue française et ses valeurs — Différents Égaux Unis — véhiculées par le patrimoine cultuel de l’esprit de notre nation d’hier à demain.

 

Comme l’a précisé avec enthousiasme le recteur Phillipe, dynamiseur et coordinateur d’une renaissance des Maisons de la Francophonie intra-territoriale, nous faisons parti d’un ensemble de Maisons qui a ses règles mais dans les quelles nous sommes libres de développer les projets qui nous plairont. Tout autant que nous avons à disposition des projets déjà existants repris par plusieurs Maisons comme « La caravane des 10 mots » ou « La minute francophone ».

 

Les différents partages ont fait ressortir deux points principaux : les publics ciblés et les événements pour l’année 2021, cinquantième anniversaire de la naissance de la Francophonie. Clare Hart précise d’ailleurs que comme il s’agit du cinquantenaire, nous ne sommes pas tenus à la seule semaine du 20 mars pour développer plusieurs cessions d’événements. Mars étant très proche.

 

Concernant les publics, en soutien avec Mme la Rectrice, il s’agira de proposer des projets qui seront diffusés dans toute l’Académie avec une attention particulière pour les Collèges et les Primaires.

Par ailleurs, il est ressorti que la langue française en général et la francophonie en particulier, devait retrouver leur place de manière populaire et plus seulement élitiste et savante, à l’instar des québécois.

Concernant les projets, plusieurs propositions ont été émises, notamment une longue présentation de possibilités par Awa Sagna, une chanson multiculturelle en cours avec des jeunes de quartier sur les trois valeurs de la Francophonie par Pascal Brémond, ou Pierre Journeaud qui a déjà planifié des animations à l’Université des Lettres pour la semaine du 20 mars 2021.

 

Sous les sourires et les envies gourmandes des participants de tout horizon, ambassadeur, élue, universitaires, auteurs, représentants d’autres Maisons… le mot commun aura été finalement « ensemble et de manière hollistique ».

 

Les prochaines étapes sont désormais d’une part de constituer le bureau, les statuts et l’équipe technique qui mettra en place les projets ; et d’une autre, de réunir cette équipe technique pour envisager la semaine du 20 mars avec trois mots d’ordre : faisabilité, réalisme (temps), sans s'éloigner du cadre de la légitimité de la Francophonie.

Intervention du Recteur Christian Philip

LE RÉSEAU DES MAISONS DE LA FRANCOPHONIE,

UNE INITIATIVE POUR CRÉER UNE FRANCOPHONIE DES TERRITOIRES 

 

 

La Francophonie institutionnelle existe à travers l’OIF et ses opérateurs. Plusieurs États francophones agissent pour promouvoir et développer la francophonie dont la France qui est son principal bailleur de fonds à travers la part prise dans le financement des organisations francophones ou son aide bilatérale. Mais force est de constater que la francophonie est en recul. Il ne faut pas s’arrêter aux chiffres avancés par ceux qui se fondent seulement sur la démographie des pays africains francophones car nombre de jeunes dans ces pays ne parlent pas ou peu le français. La faute à un système scolaire défaillant. Et les meilleurs de leurs jeunes privilégient désormais les universités anglo-saxonnes. Surtout qu’en France être moderne semble pour nos élites consister à utiliser l’anglais ( voir la publicité, la pratique des grandes entreprises, les logos de nombreuses collectivités... ). Aussi il est temps de réagir. Réagir en mobilisant la société civile. D’où l’initiative des Maisons des francophonies.

 

Il ne s’agit pas d’un combat contre l’anglais. Il faut parler aujourd’hui la langue de communication internationale. Mais ceci ne peut signifier oublier notre langue. L’ objectif est de faire comprendre que la mondialisation ne saurait être synonyme d’uniformisation. La francophonie cela signifie défendre la diversité culturelle et linguistique à savoir parler, utiliser plusieurs langues. La francophonie c’est promouvoir une langue qui appartient-avec d’autres- au patrimoine mondial de l’Humanité, c’est promouvoir une certaine conception de la vie, des valeurs comme le respect des Droits de la personne et la démocratie. 

 

La francophonie des territoires vise à créer des structures qui rassemble sur un lieu donné associations et individus qui ont cette volonté en commun de montrer que le français est un bien commun que nous ne pouvons laisser se déliter. Comme se sont créés des Maisons de l’Europe pour promouvoir l’idée européenne, nous avons pris l’initiative de créer des Maisons des francophonies ( le pluriel est important ). Il ne s’agit pas de créer une structure complémentaire s’ajoutant simplement à celles existantes mais, en respectant leur autonomie, de leur proposer de se retrouver dans un lieu commun pour échanger de bonnes pratiques, dialoguer, construire des activités communes. Déjà existent ou sont en projet une dizaine de Maisons en France et le réseau international se structure ( il comptera à la fin de 2020 une cinquantaine de membres répartis sur tous les continents ). Le réseau international est copréside par Michel Robitaille, Président de la Maison des francophonies des Amériques, et moi-même. Il vient de lancer sa première activité commune, le concours Ma Minute Francophone. Notre principale ambition sera de s’adresser à la jeunesse pour que notre combat devienne le leur. Ainsi nous proposons aux autorités éducatives d’aller dans les lycées pour, en lien avec les professeurs, faire connaître la francophonie, ce qu’elle représente, ses valeurs.

 

Notre Réseau est heureux d'accueillir en son sein la future Maison de la francophonie de Montpellier dont Anna Richardson prend l'initiative. Je suis persuadé, connaissant Anna, que cette Maison sera vite active et prendra toute sa place dans le RIMF ( dont Nicolas de Leymonerie à Dalat est membre du Bureau du Réseau ). Merci aussi à la ville de Montpellier et à d'autres partenaires locaux d'exprimer leur intérêt.

 

Christian Philip   

 

Intervention du Doyen Mondain

Intervention de Madame Clare Hart