Un article d'Alain Guillemin

Le 10 Novembre 2008, 12 prêtres concélébraient dans la cathédrale de Nha Trang la messe des funérailles de Cung Giũ Nguyên, disparu le 7 Novembre, à quelques jours de son centième anniversaire. Avec lui disparaissait le dernier des grands écrivains vietnamiens francophones nés au début du XXème siècle, après Đố Đình Thạch, qui prit pour nom de plume Pierre Đố Đình (1907-1970), Phạm Duy Khiêm (1908-1974) et Phạm Văn Ký (1916-1992). En effet, en Avril 1956, les Editions Arthème Fayard publiaient Le fils de la baleine, premier roman d'un jeune professeur de vietnamien et de français dans un collège de Nha Trang, à 400 kms de Saïgon. L'auteur, Cung Giũ Nguyên, était un parfait inconnu, venu d'une zone périphérique du champ littéraire français, « l’Indochine ». Néanmoins, cet ouvrage bénéficia, dans la presse française, d'une très bonne réception critique. Du 3 Mai au 16 septembre 1956 on recense 16 articles, tous élogieux à des degrés divers....

 

La suite dans l'article

 

Alain Guillemin est chercheur au CNRS, il est chercheur associé à l’Institut de Recherche sur le Sud Est Asiatique, Maison Asie Pacifique, Marseille.

Écrire commentaire

Commentaires : 0