Hanoï, le millénaire

Par le Docteur Vu Ngoc Quynh

La ville de Hanoï , capitale du Viet Nam , va fêter son Millénaire en octobre 2010.


Cette ville, née d'une légende, est le symbole du Viet Nam et son histoire se confond avec celle du pays. Nous en rappelons en quelques lignes les traits essentiels.

Thang Long fut le nom original de la ville , le nom de Hanoï ne fut donné qu'en 1832.
La fondation de Thang Long : En 1010, le roi fondateur de la dynastie des Ly, Ly Thai To, décida de quitter Hoa Lu, ancienne capitale des deux dynasties précédentes, située à Ninh Binh, région inaccessible, pour transférer la capitale à Dai La, dans le delta du Fleuve Rouge, qu'il changea de nom en Thang Long (c'est-à-dire le Dragon qui s'élève) car en arrivant sur les lieux, il crut voir un Dragon d'Or qui s'élevait majestueusement de l'agglomération vers le ciel.

A travers dix siècles d'existence Thang Long-Hanoi a connu bien des dynasties différentes, bien des invasions et des occupations venant de peuples différents, mais le peuple vietnamien a su reconquérir son indépendance au prix de grands sacrifices qui ont permis au pays de garder sa culture et sa civilisation tout en assimilant des éléments nouveaux, tel le contact avec le colonialisme français pendant près d'un siècle.


On voit à Thang Long-Hanoï de multiples traces du passé datant des dynasties successives Ly, Tran, Le, Nguyen ; cependant de nombreux monuments ont été saccagés lors des guerres avec les puissances étrangères ou par les intempéries du climat tropical.
Ainsi le Temple de Littérature consacré à Confucius et ses disciples fut construit en 1070, le Collège des Fils de Nation, construit en 1075 et la Pagode à Pilier Unique sont toujours là, témoins de la civilisation de la dynastie Ly. De nombreuses pagodes anciennes sont disséminées dans la capitale.
L'essor de la littérature classique, inspirée par le modèle chinois, est illustré par les concours de lettrés , appelés encore concours mandarinaux, organisés dès 1165 pour finir en 1919, date du dernier concours.

La capitale Thang Long voyait apparaître dès le début du 11ème siècle son Académie dite Forêt des Pinceaux où eurent lieu les rencontres des grands lettrés poètes et écrivains et son Institut National des Annales où furent écrites les premières histoires du Viet Nam.
A la fin du 13 ème siècle , ce fut à Thang Long-Hanoï qu'on vit apparaître les premières oeuvres écrites en Nôm, qui est la transcription de la langue vietnamienne en écriture dont les caractères s'inspirent du chinois.
La présence des étrangers au Viet Nam date du 16 ème siècle, avec l'arrivée des Portugais, puis des Espagnols, des Hollandais amenant dans leurs bâteaux des marchandises, des armes et des missionnaires, leurs passagers.

Ils accostèrent au centre du Viet Nam qu'ils appelaient à l'époque la Cochinchine.

Parmi ces missionnaires, se trouvait un Jésuite natif de l'enclave pontificale d'Avignon, le père Alexandre de Rhodes (1591-1660), qui fut l'un des premiers Européens à parcourir le Viet Nam et à le décrire par écrit (Histoire du Royaume du Tonkin, publié à Lyon en 1652). Il avait appris la langue vietnamienne une fois arrivé sur place grâce à un jeune villageois et son oeuvre majeure fut de ROMANISER la langue écrite vietnamienne appelée depuis le Quoc ngu, c'est à dire langue nationale. Il laissait deux ouvrages édités : le Dictionarium annamiticum, lutsitanum et latinum ainsi que le Catechinus.
L'écriture vietnamienne romanisée (Quoc ngu) fut limitée au début aux catholiques français et vietnamiens. Elle connut une explosion au début de XX ème siècle quand l'administration coloniale française décida de supprimer les concours mandarinaux pour les remplacer par des examens en quoc ngu et en français.

Dès lors , on voit apparaître toute un floraison de littérature vietnamienne moderne et riche.


La politique coloniale de la France au Vietnam commença sous le Second Empire de Napoléon III et fut poursuivie avec succès par la Troisième République.
On retient les dates suivantes :

  • En 1861, Saîgon tomba aux mains des Français
  • En 1863, le Cambodge, pays voisin du Viet Nam, fut sous le Protectorat français
  • En 1867, La Cochinchine devint colonie française
  • En 1882-1883, Jules Harmand imposa à la Cour de Huê (pouvoir au Viet Nam) un dur Traité qui annexa les provinces du Tonkin, Thanh Hoa, Nghe An, Ha Tinh, désormais sous le contrôle des résidents français.

L'Indochine française fut créée dans la foulée en 1887 pour permettre aux résidents français de gouverner directement toute l'Indochine avec à leur tête le Gouverneur Général de l'Indochine.

Paul Doumer fut l'un de ceux-là et le plus énergique.

Thang Long-Hanoï, qui est bien connue pour ses 36 rues et corporations dans la vieille ville, changea de visage à la fin du 19ème siècle et surtout les vingt premières années du 20ème siècle : construction du quartier européen avec des rues larges, des villas de luxe, des bâtiments officiels, la Grande cathédrale de Ha Noï, le Théâtre municipal, la Banque Indochinoise, l'Ecole de médecine, l'Ecole française d'Extrême-Orient, des hôpitaux, le Pont Paul Doumer-Cau Long Bien.

Les premiers trains apparurent, reliant le nord au sud Viet Nam, puis le tramway, qui traversait Ha Noï.


Le Viet Nam fut indépendant en 1945 avec le premier gouvernement de Ho Chi Minh mais fin 1946, l'armée française revint en Indochine, la Seconde Guerre mondiale à peine finie.
La guerre entre le Viet Nam et la France coloniale allait durer jusqu'en 1954 où la bataille de Dien Bien Phu annonça la fin du conflit douloureux par les Accords de Genève qui sépara le Viet Nam en deux états Nord et Sud.
Hanoï pansa ses blessures mais les bombardements américains sous Nixon allaient meurtrir la population de la capitale et le Pont Paul Doumer-Cau Long Bien en garde encore des traces.

 

En 1975 , la guerre est finie.
En 1976 , le Viet Nam est réunifié. Thang Long-Ha Noi redevient la capitale du Viet Nam./

 

L'avenir est à la paix et à la coopération pacifique avec tous les autres pays.
La France , qui a un passé de cent ans avec le Viet Nam, reste un pays très apprécié par sa culture et sa technologie.

 Il faut souhaiter que les relations entre le Viet Nam et la France se poursuivent , dans l'amitié et l'intérêt des deux peuples.

 


AD@lY
Paris le 9 mars 2010

Écrire commentaire

Commentaires : 0