Terminologie

Par le Docteur Vu Ngoc Quynh

Les termes désignant le Viet Nam, sa capitale Thang Long-Hanoï, l'Indochine Française, sont des termes géopolitiques, qui ont donc une signification liée à des périodes historiques concernées .
Je tente une simplification :

VIET NAM

 

De 257 AJC à 207 AJC, le pays a eu successivement des noms suivants :

  • Văn Lang
  • Âu-Lạc
  • Nam-Việt

De 111 à 344 :

  • Giao-Chỉ
  • Giao-Châu

De 544 à 604 :

  • Vạn Xuân

De 604 à 939 :

  • AN NAM ( nom donné par la dynastie chinoise Tang au Viet Nam de l'époque qui était sous le protectorat chinois.

Plus tard , sous la colonisation française ANNAM désigne le Centre Viet Nam, faisant partie de l'Indochine française).

  • De 968 à 1054 : Đại Cồ Việt
  • De 1040 à 1047 Đại Ngu
  • De 1428 à 1802 Đại Việt

A partir de 1802 : VIỆT NAM

Le nom Viêt Nam fut donné la première fois par Nguyen Anh,roi Gia Long, fondateur de la dynastie Nguyen en 1802.
Son sucesseur Minh Mang (1820-1840) avait changé en suite en Đại Nam,mais le nom Việt Nam fut largement utilisé dans le langage courant,dans les ouvrages littéraire,dans les relations commerciales et sociales .
Le 2 septembre 1945,le président Hồ Chí Minh proclama l'indépendance du Việt Nam à la place Ba Đình à Hà Nội et l'avènement de le République Démocratique du Việt Nam.

 

INDOCHINE FRANCAISE :

 

Terme géopolitique qui englobe :

  • Tonkin ( Nord Viet Nam )
  • Annam (Centre Viet Nam)
  • Cochinchine (Sud Viet Nam)
  • le Cambodge
  • le Laos

Toutes ces régions sont directement gouvernées par les Résidents supérieurs français , eux-mêmes sont sous l'autorité du Gouverneur général de l'Indochine désigné par le gouvernement françai. La Cochinchine a un statut de COLONIE, les autres régions de l'Indochine française sont des Protectorats.


La formation de l'Indochine française, qui commence de 1858 à 1897 ,se consolide dans les décennies qui suivent , finissent avec la guerre d'Indochine (1945-1954).
Le Père jésuite Alexandre de Rhodes avait débarqué sa première mission e 1624 à 1626 en Cochinchine.
Il faut savoir que le terme Cochinchine désigné par Alexandre de Rhodes ne désignait pas la même chose que la Cochinchine de l'Indochine française.
Au XVII siècle, le territoire du Viet Nam était scindé en deux en raison de la sécession entre le Nord, désigné par Đàng ngoài, gouverné par les seigneurs TRỊNH et la dynastie des LÊ et Đàng Tron, gouverné par les seigneurs NGUYỄN.
De Rhodes avait débarqué la première fois à ĐÀNG TRONG, à Hội An ou à Qui Nhơn car là il y avait déjà deux foyers de Jésuites dont les pères Borri et De Pina étaient déjà là pour accueillir De Rhodes. Et le père De Pina connaissait bien le vietnamien.


De Rhodes se familiarisait avec le vietnamien avec le père De Pina et surtout avec un jeune vietnamien qui lui avait appris en TROIS SEMAINES les accents diacrtiques de la langue vietnamienne. Ce jeune garçon, baptisé ensuite sous le nom de Raphaël Rhodes, allait ensuite à la capitale du Nord Viet Nam( Thang Long)où il fut l'intrerprète pour les Hollandais.
En résumé :
De Rhodes débarquait à Hoi An ou à Qui Nhon, plus au centre qu'au sud Viet Nam,
Il avait appris le vietnamien sur place avec le père De Pina et le jeune vietnamien nommé ensuite Raphaël Rhodes, Il a perfectionné la ROMANISATION de l'écriture vietnamienne sans en être l'inventeur car d'autres religieux, Portugais et Espagnols l'avaient précédé dans cette tâche sans atteindre son niveau.

 

La langue vietnamienne ainsi romanisée fut restreinte dans sa diffusion au milieu catholique français et vietnamien ( pour les besoins du cathéchisme ) puis a connu un développement extraordinaire après que le gouvernement français ait supprimé les examens mandarinaux en chinois en 1919 (dernier concours mandarinal) pour remplacer par les épreuves en français et en QUỐC NGỮ , c'est-à-dire langue nationale (vietnamienne) écrite en modèle romanisé.


Vu Ngoc Quynh
Paris le 15 mars 2010

Écrire commentaire

Commentaires : 0