Le pont Paul Doumer

merci à Ghislaine
merci à Ghislaine

Par Vũ Ngọc Quỳnh*

*Ce texte est destiné à la préface de l'album de photographies du pont par Daniel Frydman,album à paraître.

 

Quand Daniel Frydman m’a remis l’ouvrage de photographies Une vie du pont Paul Doumer (Cuộc sống Cầu Long Biên), collection Ha Noi aujourd’hui (Hà Nội Thời nay), novembre 2008, au café Le Départ, place Saint-Michel à Paris, une journée de décembre 2009 où une pluie fine et froide battait le pavé, j’ai retrouvé en regardant ces images les souvenirs, datant de mon enfance, de ce pont plus que centenaire : c’est ce même pont majestueux qui enjambe le Fleuve Rouge tel un dragon avec ses ondulations métalliques, les mêmes petites gens qui font le commerce aux alentours et sous le pont, les mêmes trains qui roulent sur les rails de Ha Noi à Gia Lâm en direction des provinces du Nord Viet Nam depuis tant d’années.

 

Que de fois j’avais couru dans mon enfance avec mes cousins et mes cousines le long de la rue Trần Nhật Duật au bord du Fleuve Rouge ! Nous admirions le magnifique pont Paul Doumer appelé depuis 1945 Cầu Long Biên, emblème de l’ancienne puissance coloniale française et de son génie scientifique.

 

Ce pont est aussi le témoin majeur de l’histoire du Viêt Nam, en particulier de ses relations avec la France pendant un siècle.

 

Aussi quand Daniel Frydman m’a proposé d’écrire une brève introduction historique à ce pont pour son album photographique, j’ai accepté avec plaisir.

 

Mon exposé sera articulé sur les points suivants :

  • Paul Doumer, Gouverneur général de l’Indochine, à l’origine du projet de la construction du pont ;
  • La construction du pont

 

Paul Doumer, Gouverneur général de l’Indochine (1897-1902)

Brève biographie.

 

Né à Aurillac dans le Cantal le 22/3/1857, Paul Doumer était d’origine sociale modeste. Son père était cheminot et mourut jeune, laissant une femme sans profession avec leurs trois enfants, deux filles et un garçon, Paul Doumer. La mère emmena ses trois jeunes enfants à Paris.

 

Paul Doumer dut travailler rapidement pour subvenir à ses besoins et à ses études. Il passa avec succès le baccalauréat scientifique puis suivit les cours du soir au Conservatoire des Arts et Métiers qui le conduisirent à la licence de mathématiques — parcours exceptionnel à son époque pour un jeune homme issu d’un milieu populaire.

 

Il s’inscrivit au Parti radical, pépinière de bon nombre de dirigeants politiques de l’Indochine.

 

Le 26 décembre 1896, il fut nommé par le Conseil des ministres au poste de Gouverneur général de l’Indochine pour remplacer Armand Rousseau, son prédécesseur, qui était mort de maladie à Ha Noi le 10 décembre 1896.

 

À l’âge de 39 ans, Paul Doumer devint l’un des plus jeunes Gouverneurs généraux de l’Indochine française, entité géographique et politique créée par le colonialisme français en 1887, avec Ha Noi comme capitale.

Le programme de Paul Doumer.

 

Paul Doumer arriva à Ha Noi au début de mars 1897, après un bref passage à Sai Gon et à Phnom-Penh, accueilli par tous les hauts personnages du Tonkin (Nord Viet Nam actuellement).

 

Homme politique actif, Paul Doumer allait développer pleinement la politique coloniale de la IIIe République. Il fit un tour de reconnaissance du Tonkin et présenta un rapport à son ministre de tutelle, le ministre des Colonies.

 

Voici les points essentiels de ce rapport :

   1) Sur le plan politique :

  • continuer à pacifier le Tonkin ;
  • assurer un gouvernement central fort ;
  • assurer une administration efficace dont les postes clés devaient être tenus par des Français en Indochine.

   2) Sur le plan logistique :

  • développer l’urbanisation des grandes villes : Ha Noi, Hai Phong, Sai Gon ;
  • développer les réseaux de communication : routes, ponts, ports, canaux, lignes de chemin de fer.

   3) Sur le plan financier :
Établir un nouveau système fiscal pour assurer le budget de l’Indochine :

  • régie du sel (1897) ;
  • régie de l’opium (1899) ;
  • régie de l’alcool de riz (1902).

Tous ces impôts ont pesé lourdement sur l’économie paysanne vietnamienne.


  4)Accroître l’acheminement des ressources naturelles de l’Indochine vers la métropole.


  5)Développer la science et la culture occidentales en Indochine :

  • création de l’Institut Pasteur de Sai Gon en 1891, trois ans seulement après la création de l’Institut Pasteur de Paris : ce fut le premier Institut Pasteur d’Outremer, dont Albert Calmette fut directeur jusqu’en 1893 ;
  • création de la « Mission archéologique permanente en Indo-Chine » en 1896, devenue l’École française d’Extrême-Orient en 1900 ;
  • création de l’École de médecine à Ha Noi en 1902 avec Alexandre Yersin comme directeur jusqu’en 1904.

 

La construction du pont Paul Doumer fit partie de l’ambitieux programme que le Gouverneur se fixa dès son arrivée à Ha Noi et qu’il s’appliqua à réaliser pendant son mandat.

 

La construction du pont Paul Doumer.

 

Le pont Paul Doumer relie Ha Noi aux faubourgs de l’autre rive du Fleuve Rouge, Gia Lâm étant le plus proche et le plus connu, d’où son nom populaire Cầu Gia Lâm.

 

Longue de 1668 mètres, reposant sur dix-neuf travées de poutres d’acier et sur des appuis solides implantés dans la roche même au fond du fleuve, cette construction métallique fut une grande réussite technique. Elle reste toujours l’emblème du génie scientifique et de la puissance industrielle de la France, selon les propres dires de Paul Doumer.

 

Paul Doumer jugeait cette constrution indispensable à la communication entre les deux rives de Fleuve Rouge, jusque-là assurée par des barques des indigènes.

 

Après des études préliminaires, le projet de construction du pont fut mis au concours en 1897. Pas moins de six sociétés se portèrent candidates.

 

Un comité ad hoc fut constitué pour juger les projets des sociétés. Ce comité a jugé deux projets recevables :

  • celui de Levallois-Perret ;
  • celui de Daydé & Pillé de Creil (Oise).

 

Finalement, ce fut le projet de la société Daydé & Pillé qui fut retenu parce que celle-ci avait déjà l’expérience de la construction du pont Mirabeau à Paris, que la structure et l’architecture du futur pont semblèrent élégantes et solides et qu’enfin le coût prévu n’était pas trop supérieur à celui du projet concurrent.

 

Signalons que la construction métallique triangulaire du pont rappelle la célèbre tour construite par Gustave Eiffel au Champ de Mars pour l’Exposition universelle de 1889, mais Eiffel ne fut pour rien dans la construction du pont Paul Doumer, qui fut l’œuvre de Daydé & Pillé comme l’atteste une plaque métallique portant leurs noms et la date de construction (1899-1902) rivée sur l’entrée du pont côté Ha Noi.

 

La société Daydé & Pillé confia à l’ingénieur Saint Fort Mortier la direction des travaux et la représentation de la société du Tonkin (actuellement Nord Viet Nam).

 

La première pierre fut posée solennellement le 12 septembre 1898 sur une rive du Fleuve Rouge en présence d’une cinquantaine de personnalités françaises. Une fête populaire fut organisée autour du Petit Lac du 11 au 14 septembre 1898.

 

Saint Fort Mortier dirigea avec diligence l’équipe de techniciens français et la main d’œuvre indigène, et la construction du pont fut réalisée en trois ans. Le coût prévu initialement était de 579 (5,79 ?) millions de francs, le coût final fut de 6,1 millions de francs.

 

Le 28 février 1902, le pont Paul Doumer fut inauguré en grande pompe. Un train emmena de la gare de Ha Noi au pont le Gouverneur et sa suite, en présence du roi Thành Thái et de Paul Beau, ministre de France à Pékin et futur successeur de Paul Doumer en Indochine. Un millier d’indigènes assistèrent de loin au spectacle, subjugués par le chef-d’œuvre de la France coloniale.

 

Paul Doumer était sur le point de quitter l’Indochine pour la France où l’attendait une autre destinée, plus glorieuse encore mais aussi plus tragique.

 

Le pont Paul Doumer marqua l’acmé de la carrière du Gouverneur en Indochine. Il a fait de lui l’homme qui a donné à la colonie un visage moderne et en a fait un joyau de l’Empire français.

 

Paris, avril 2010


Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Huy (mercredi, 24 avril 2013 06:26)

    Kính gửi bác Quỳnh,
    Mấy năm trước bác có xem giúp cháu một bài báo, và bình luận bài... Nay bài đã lên mạng, cháu xin gửi đường link:
    http://soi.com.vn/?p=107845
    Vì cháu mất E-mail của bác nên phải đi vòng. Cháu kính chúc bắc khỏe, viết nhiều ạ.

  • #2

    vuquynh10@Gmail.com (lundi, 27 mai 2013 14:13)

    Cám ơn Huy.
    Vũ Ngọc Quỳnh

  • #3

    doan dinh (lundi, 03 février 2014 00:23)

    Je suis tombé par hasard sur ce post . Je voudrais vous signaler des aspects méconnus l'oeuvre coloniale de Paul Doumer
    http://www.jacques-lacaze.com/article-le-president-paul-doumer-en-avez-vous-entendu-parler-118807312.html : UN GRAND TRAFIQUANT DE DROGUE
    http://www.lesinfluences.fr/Dans-les-volutes-de-Fort-Bayard.html
    Bonne lecture

  • #4

    Myrtle Weldy (mardi, 31 janvier 2017 12:41)


    At this time it sounds like Wordpress is the best blogging platform out there right now. (from what I've read) Is that what you're using on your blog?

  • #5

    Ted Belfield (mardi, 31 janvier 2017 16:10)


    What's up, after reading this awesome post i am as well cheerful to share my know-how here with friends.