Paul-Louis Audat

Journée Internationale de la Francophonie

Vendredi 23 mars 2012

Salle des Actes de la Faculté de Médecine de Montpellier

 

Chers Amis

 

Il y a maintenant 42 ans qu’a été créée l’Organisation Internationale de la Francophonie et que, depuis lors, nous tous (ou presque tous),qui sommes là, nous attachons à servir son action. Cela n’est pas sans développer, entre nous, des liens particuliers qui m’autorisent à vous qualifier de Chers Amis.

Paul-Louis Audat
Paul-Louis Audat

Comme vient de le préciser Anna, il me revient de lire le message que, par son truchement, Raymond Aubrac nous a adressé. C’est pour moi un grand honneur que d’être convié à vous livrer cette communication ( même si elle est plutôt formelle) de ce héros français,si discret et si humble auquel me lie une profonde et respectueuse amitié que nourrit, de ma part, une immense et affectueuse admiration.

-----

J’aurai aimé participer à la fête de la francophonie organisée à Montpellier ce 23 mars 2012, mais, malheureusement, mon état de santé me l’interdit. Je vous prie d’excuser mon absence auprès de nos amis.

Vous aurez certainement l’occasion de souligner la chaleur des relations entre le Vietnam et la France, dans bien des domaines comme ceux de la culture ou de l’économie.

Vous pourrez, sans doute,évoquer le rayonnement d’Alexandre Yersin dont l’œuvre a laissé, j’en fus le témoin, un grand et fort souvenir dans ce pays des antipodes où il est un symbole du savoir, de l’imagination et de la générosité.

La ville de Dalat s’honore en conservant sa mémoire, et le mérite de notre Association est de l’accompagner dans cette mission.

En souhaitant une bonne réussite à votre réunion, je vous prie de croire à mes sentiments très respectueusement dévoués.

-----

A celà, qu’ajouterai je brièvement ? Nous devons dans nos réunions exprimer encore davantage notre reconnaissance au Secrétaire Général de l’OIF, S.E . Abdou Diouf qui anime et dirige son Organisation avec une sage énergie et avec une modestie assez rare parmi les responsables internationaux de haut niveaux, mais aussi avec bonheur et efficacité…tout comme il présida aux destinées du Sénégal ( avant Abdoulaye Wade dont vous savez comme moi que, hélas ! il oeuvra à la régression de son pays et qu’il entailla en écornant l’œuvre méthodique de développement de ses prédécesseurs.)

J’ajouterai que Diouf est le fils spirituel de Léopold Sedar Senghor, promoteur, avec Césaire et Damas, du mouvement de la négritude avec un regard nouveau sur le monde francophone, en particulier Senghor, le chantre le plus militant de la francophonie …un passionné , à vrai dire !

 

Et là, je ne peux m’empêcher d’évoquer, à titre anecdotique et illustratif, la joie quasi enfantine de Seghor m’accueillant en son bureau pour l’une de nos réunions mensuelles de revue des programmes de l’UNICEF et me déclarant tout de go :  Vous savez ; je viens de découvrir que nos arrières grands-parents mettaient leur argent dans ce qu’ils appelaient une bougeotte (un petit sac en cuir). Et bien, les Anglais ont récupéré ce terme en le prononçant « boudgette ».

Le « butgette » a retraversé la Manche et s’est installé en France sous le nom de budget…

On ne dira jamais assez ce que l’Anglais doit au Français. En me voulant un peu malicieux, j’ajoutai sans esprit :   Mais là, ils nous ont remboursé quelque peu leur dette.

 

Mais revenons à la proposition que je formulais : ne nous séparons pas sans avoir rédigé et adopté une résolution d’encouragement et de reconnaissance à notre Secrétaire Général de l’OIF, S.E. Abdou Diouf. Il le mérite d’autant plus qu’il œuvre remarquablement avec des moyens par trop mesurés, si précaires qu’ils pourraient rendre certains projets ultérieurs aléatoires.

 

Enfin , un rapide appel à la lecture de la foisonnante et talentueuse littérature francophone d’outre-mer

(ou,si vous préférez, non « hexagonale »). Dieu sait si ses auteurs sont nombreux, émérites et souvent géniaux ( TCHIKAYA U TAM’SI, Henri LOPEZ et le poète Gabriel OKOUNDIL, entre autres écrivains de la République du Congo, MUDIMBE et Désiré BOLYA BAENGA de la RDC, les canadiens Michael ONDRATSE, Dany LAFERRIERE, Jules BOUDREAU (Nouveau Brunswick), la Québécoise d’origine vietnamienne, KIM THUY ; les Algériens Jean AMROUCHE, Kamel DAOUD…, l’extraordinaire romancier Yasmina KHADRA ( devenu citoyen français), le fécond Tahar BENJELLOUL,…etc

 

Allez, j’arrête là, non sans pouvoir m’empêcher d’évoquer l’art et l’étoffe de deux écrivains, proches amis, grands humanistes inspirés : Cheik Hamidou KANE et Amine MAALOUF ; et permettez moi d’ajouter que ce furent pour moi deux révélations récentes : « le Marocain Mohamed NEDALI ( lire avant tout son grand  Grâce à Jean de la Fontaine  ) et Alain MABANCKOU ( privilégier la lecture de « Black Bazar » et « Verre cassé ») à l’imagination foisonnante et à l’humour décapant. Si AD@lY( et donc Anna) le voulait bien, il me paraîtrait utile que nous rédigions une anthologie des quelques 200 ou 300 meilleurs auteurs francophones (non métropolitains). Ce serait d’autant plus utile et bienvenue qu’à ma connaissance, un tel florilège n’existe pas encore.

 

Et puis, un jour, il nous faudra songer à une anthologie du théâtre « francophonique ». Le moment viendra, mais bien après que vous ayiez ouï les excellentes communications qui nous attendent. Merci

 

Paul Louis AUDAT

Chef de Division de Classe Exceptionnelle de la France d’Outre-mer

Ancien Directeur à l’UNICEF International

Directeur Général Honoraire de Comité Français pour l’UNICEF

Président Honoraire du Comité Départemental pour l’UNICEF

Chevalier de la Légion d’Honneur

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    michel PENAUD (mercredi, 06 mai 2015 18:51)

    Le développement de la francophonie (qui n'est pas forcément l'expansion de la langue française) à l'étranger est une très bonne chose mais il faudrait que cela s'applique et s'impose aussi sur le territoire national où les présentateurs, chroniqueurs, commentateurs, débatteurs, journalistes et autres intervenants dans les médias font assaut de fatuité en utilisant de plus en plus, de façon aussi inappropriée que mal prononcée, des mots et expressions de l'anglo-américain qui appauvrissent notre pourtant riche vocabulaire ("booster", low cost, dance floor, interview, prime time, news et autres news letters, les nights de ceci ou de cela, crowd funding etc. etc.)(et même "teddy bear", prononcé "teddy beer", de quoi mourir de rire pour un anglophone!) en ajoutant souvent stupidement "qui signifie en français..." plutôt que de s'exprimer directement dans notre langue. Tous ces gens ne se rendent pas compte du ridicule et de la bêtise de leur comportement.
    Récemment, un service des impôts m'a même demandé des précisions sur, un ou une ?, "box" que je posséderais (sans doute appelé aussi "parking", qui signifierait en français "parc de stationnement") auquel cas j'ai répondu que je ne voyais pas de quelle boite il pouvait bien s'agir. Je ne sais encore si ce service a apprécié...
    C'est aux autorités qu'il appartient de faire respecter la loi Toubon, et en premier lieu dans les médias publics, mais c'est une bien rude tâche.
    michelpenaud@gmail.com

  • #2

    Debah Faïza (vendredi, 30 septembre 2016 13:50)

    Bonjour .
    Je vous informe que Paul-Louis AUDAT s'est éteint hier en soon domicile de Ferrieres-les-Verreries.
    Cordialement .

  • #3

    Anna Owhadi Richardson (vendredi, 30 septembre 2016 16:50)

    J'apprends avec une grande tristesse le décès de Paul Louis Audat . Au nom d'AD@lY et à mon nom personnel, j'adresse mes condoléances à Yvonne et toute la famille . Paul restera toujours vivant dans nos cœurs et nous n'oublierons pas tout ce qu'il a fait pour le Vietnam.