Montcayos

Il portait l’Ancre d’Or

Présentation

 

L’album qu’a consacré Christian Chambon à la carrière et plus encore à
l’œuvre de son père, le médecin colonel Marcel Chambon, des troupes coloniales,
est exemplaire à de nombreux titres.
Sur le plan scientifique d’abord, où, à l’aide de très nombreux documents, il
permet de retracer le travail en profondeur mené par les médecins du service de
santé, en majeure partie formés au Pharo.
Sur les pas du docteur Jamot, le vainqueur de la maladie du sommeil,
nous suivons une équipe de jeunes médecins tropicalistes, une véritable bande
soudée par le sens de la mission et les enjeux de la santé publique alors en pleine
évolution, dont les destins se croiseront sur toutes les routes de ce qui forme alors
l’Empire français.
D’Afrique centrale au Tonkin, de Madagascar à l’Afrique du Nord, la
carrière du docteur est aussi celle d’un soldat, tantôt détaché auprès des services
sanitaires et médicaux tantôt servant en corps de troupes, le plus souvent auprès
des unités de tirailleurs. À partir de 1943, ce sont les dures campagnes pour la
libération de la France et de l’Europe au sein de la glorieuse 9ème division
d’infanterie coloniale, puis dès 1945 les opérations qui tentent de ramener
l’Indochine dans l’espace de l’Union française. Reprenant alors des fonctions
hospitalières à Hanoï puis au Laos, sur lesquelles le livre apporte des témoignages
nombreux et inédits, Marcel Chambon est admis dans les réserves du service de
santé colonial en 1949 avant de commencer une seconde vie de praticien, toujours
au service de l’autre et des plus démunis, à Bordeaux.
Livre scientifique autant que véritable roman d’aventure, les documents -
textes tirés de sources officielles et privées, carnets de route, extraits de presse,
cartes et photographies originales, objets souvenirs, décorations... - précieusement
rassemblés et sauvegardés par Christian Chambon constituent un bel hommage
filial mais surtout une parfaite illustration de ce que le travail de mémoire, pris
dans son sens le plus littéral et finalement le plus juste nous apportent.
Pas d’interprétations, pas de plaidoyers pro domo ou anachroniques,
simplement les faits et documents rassemblés et remis dans le bon ordre pour
préserver et transmettre l’engagement d’un homme, d’un médecin, à tous ceux, et
ils sont de plus en plus nombreux, qui s’attachent à l’histoire outre-mer dans toute
sa diversité, toute sa complexité, toute sa richesse.

 

Eric Deroo.
Auteur, réalisateur, chercheur associé au CNRS




Écrire commentaire

Commentaires : 0